« Feuilletons turcs – Quel succès ! » – Le Petit Journal

« Les feuilletons turcs sont un succès tant national qu’international. Mais il n’est pas seulement limité à l’audimat, les produits portés par les personnages  engendrent une commercialisation. S’habiller comme une star de série, ou avoir l’un de ses accessoires, montre une envie d’obtenir une identité, selon Hüsamettin Inanç, auteur du livre Les problèmes d’identité de la Turquie. Et ce phénomène se développe de plus en plus. Ainsi l’anneau, porté par Hürrem (première favorite du sultan Soliman le Magnifique) dans la série Muhteşem Yüzyıl , est très recherché par les adolescentes qui s’identifient à leur héroine de série. S’exprimant au sujet de la tendance à acheter les accessoires de stars, Inanç souligne que les gens cherchent à imiter ceux qu’ils voient à la télévision. « Il y a une envie de devenir quelqu’un qui est déjà accepté par la société, et les adolescents aimeraient être acceptés par la société « , soutient Odabaşıoğlu, psychiatre pour adolescents.

Mais l’impact de ces feuilletons populaires ne se limite pas seulement à la Turquie. En effet, du Maroc à l’Irak, les jeunes suivent les aventures de Murat et Hasret dans Gönülçelen, la vie du harem à l’époque du sultan Soliman le Magnifique dans Muhteşem Yüzyıl ou encore le couple Şadoğlu dans Gümüş.

La popularité croissante des feuilletons télévisés turcs a coïncidé avec la montée de la puissance régionale de la Turquie dans le Moyen-Orient. Le commerce avec la région a quadruplé depuis 2002, et la Turquie ambitionne de créer une zone de libre-échange avec la Syrie, l’Irak et la Jordanie. Le gouvernement d’Ankara a été engagé dans les révoltes du printemps arabe, en appelant l’Egyptien Moubarak à quitter le pouvoir et en servant de médiateur entre les rebelles de la Libye et Kadhafi. Les séries turques sont, comme la diplomatie, un moyen d’influence, puisqu’elles présentent une société musulmane en transition vers la modernité. Elles sont le reflet des aspirations actuelles au sein du Moyen-Orient. « 

Ecrit par Gabrielle Steiblen (www.lepetitjournal.com:istanbul

Source : Le Petit Journal


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *