Le plan de thèse, un objet toujours changeant (ou l’intérêt de la cartographie heuristique)

Entre le projet de thèse initial et le plan de thèse détaillé il se passe plusieurs années de recherche, d’évolutions, de découvertes. Garder une trace de cette évolution est nécessaire afin de rendre plus dense sa réflexion, mais compliqué lorsqu’on utilise simplement du traitement de texte. Chacun possède sa méthode pour mener cette réflexion ; en voici une s’appuyant sur des logiciels de cartographie mentale.

FreeMind, XMind et VUE (Visual Understanding Environment) sont des logiciels opensource écrits en java (multi pate-formes) permettant de faire des « cartes mentales » (ou « carte heuristique », « mind maps »). Il s’agit ici de voir en quelle mesure ces programmes permettraient : 1) de s’affranchir de Word et de sa linéarité pour construire un plan de thèse, 2) de permettre à ce plan de thèse de pouvoir évoluer dans le temps au fur et à mesure que les idées et références l’enrichissent.

 

 

XMind

Le site officiel de XMind : http://www.xmind.net/

 

FreeMind

Le site officiel de FreeMind : http://freemind.sourceforge.net/

 

Le site officiel de VUE (Visual Understanding Environment) : https://vue.tufts.edu/index.cfm

L’intérêt d’utiliser ce type de visualisation durant la première année de thèse est de pouvoir classer les différentes idées et thèmes de recherche qui viennent à l’esprit tout en ayant une vision globale et juger de la cohérence du tout. Ceci permet aussi de garder de côté certaines idées sans pour autant les inclure dans son plan de travail (telle la ramification « tâches » ou « idées vrac » du graphique ci-dessous) ou de les déplacer/copier d’une partie à l’autre. Bref ce type de visualisation permet de faire évoluer le projet initial de manière lisible sans avoir à le tronquer en cours de route.

L’avantage de cette méthode par rapport à un éditeur de texte de type Word est l’interactivité que cette visualisation permet. Sous Word tous les chapitres et sous-parties sont listés les uns après les autres, et il est compliqué d’avoir une vision d’ensemble. Sous FreeMind – ou tout autre logiciel de cartographie mentale – l’arborescence des thèmes (chapitres et sous parties) est tout aussi claire que sous Word, et chacune des « branches » peut être repliée pour donner encore plus de lisibilité au tout. Il est ensuite possible d’exporter l’arborescence en format texte.

Ci-dessous un exemple de « carte mentale » de ma thèse à l’heure actuelle :

Ici fait sous XMind (permet de mettre en ligne une version interactive) :


 

 

 

Ici le même plan fait sous FreeMind, ici presque entièrement « dépliée », (cliquer sur l’image pour l’agrandir) :

 

Plan de ma thèse sous FreeMind : le premier étant celui proposé lors du dépôt de dossier, le second celui en cours de modification. (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Pour un rapide aperçu, voici un tutoriel trouvé sur YouTube expliquant le principe de base de FreeMind :


3 réflexions au sujet de « Le plan de thèse, un objet toujours changeant (ou l’intérêt de la cartographie heuristique) »

  1. Merci pour votre commentaire, j’en ai d’ailleurs profité (comme vous pourrez le voir plus haut) pour mettre à jour ce billet et adapter mon plan Freemind au format XMind, les deux logiciels étant comptatibles.

    Ce qui me semble peut-être le plus pédagogique avec XMind est la possibilité de mettre en ligne son travail de manière interactive et de pouvoir naviguer, comme vous l’aviez fait dans votre billet, http://www.soichot.com/parce-quun-schema-vaut-mieux-que-400-pages/).

    Je note aussi l’usage qui peut en être fait lors des discussions avec des collègues ou son directeur de thèse, je n’ai pas encore testé.

    En tout cas encore merci pour cette info.

  2. Je ne peux qu’approuver et plussoyer le contenu de ce billet !

    Un autre intérêt du mindmapping réside dans l’échange avec son directeur de thèse (ou toute autre personne avec qui l’on discute de la construction de son travail). Je l’ai testé et approuvé ! Un bon schéma dans lequel on peut naviguer, pointer un élément, y revenir, etc. vaut mieux que qq dizaine de pages qui tentent de présenter de façon linéaire un raisonnement en construction qui ne l’est pas. Et au final, cela donne quelque chose dans ce genre là : http://www.soichot.com/parce-quun-schema-vaut-mieux-que-400-pages/

    J’ajouterai que Xmind est également très bien comme logiciel, je le préfère à Freemind et Vue (il est gratuit également et équivalent à MindManager). Pour ce qui est de l’utilisation d’une minrésentation orale, je n’ai pas encore trouvé de solution idéale. Vue ne fait que transformer en slides une carte, on n’y navigue pas réellement. J’avais penser exporter la carte de ma thèse en pdf pour l’utiliser dans prezi mais je ne l’ai pas encore réellement expérimenté.

    En tous cas bravo pour ce billet et l’utilisation du mindmapping !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *