Vers une approche relationnelle des clusters medias. Coup d’œil sur la télévision à Istanbul

Les entreprises liées aux médias sur le territoire d'Istanbul / nombre d'entreprises par mahalle tous clusters confondus (quartier) (source ITO 2009) - Note de l'auteur : les holdings et chaînes de télévision indiquées sur la carte ne sont que celles diffusant des séries

En 2006, sur les 72 heures en moyenne consacrées par mois à des activités dites culturelles, un citoyen turc passait 63 heures à regarder la télévision, contre environ 30 secondes à aller à des concerts, au musée ou à d’autres performances artistiques[1]. A ce niveau de consommation,  qui demande une capacité à produire du loisir de façon industrielle, on ne peut que s’interroger sur les conditions de la production télévisuelle et leur réalité géographique.

Les thèses de David Harvey[2] et de Henri Lefebvre[3] ont déjà tissé des liens structurels entre capital, industrie et urbanisme mais se concentrent sur des territoires européens ou américains. Notre ambition est de poursuivre leur réflexion critique – ou celles d’Allen Scott[4] – pour la Turquie contemporaine, en déplaçant leur objet d’étude vers l’industrie du loisir qu’est la télévision. L’objectif modeste ici est de préparer quelques hypothèses, mais surtout de questionner les outils à disposition du chercheur en sciences sociales qui lui permettront de réfléchir à la part des logiques de marché dans les processus de production culturelle.

Cette première analyse cherche à repérer des regroupements géographiques d’activités caractéristiques de l’industrie des médias à Istanbul. Ce bref article tentera de faire une présentation synthétique des résultats de cette analyse statistique, de ses limites mais aussi des ouvertures possibles à d’autres recherches complémentaires. Ce travail – fait en partenariat avec Eda Yücesoy de l’université Sehir – s’inscrit dans le cadre de la préparation d’une thèse sur la production des industries culturelles[5] à Istanbul, prenant pour objet d’étude principal la production de feuilletons télévisés turcs et son lien à la question urbaine.

METHODE

Plusieurs études des clusters culturels d’Istanbul ont déjà été produites, particulièrement en 2010 à l’occasion du projet européen d’inventaire du patrimoine culturel d’Istanbul[6]. Cette analyse se démarque de ces recherches essentiellement par le type de méthode utilisée, l’approche relationnelle. En effet ces études se basent généralement sur des modèles et définitions pré-établis de « cluster culturel »  développés par des institutions internationales (OCDE, UE, UNCTAD… ) ciblant un secteur d’activité précis, pour ensuite étudier la forme de ces modèles sur le territoire d’Istanbul[7]. Notre approche est ici inverse : chercher des regroupements relationnels sur l’ensemble du spectre des activités liées aux médias pour se demander ensuite si des schémas récurrents existent.

On le verra, certains des résultats de cette analyse tendent à rejoindre ceux produits pour le projet d’inventaire culturel, mais les enrichissent également d’une ouverture aux questions de structures de financement privé de la production culturelle.

Comme dans toute analyse statistique, un échantillon de cas a d’abord été choisi à partir d’une base de données désagrégée, le registre 2009 de la Chambre de Commerce d’Istanbul (ITO) : 824 types d’activités pour 295.000 entreprises recensées, classées selon la codification européenne NACE[8]. Notre échantillon couvre lui 75 types d’activités différentes et compte 34.110 entreprises. Cet éventail d’activités relativement large regroupe les activités liées à la communication, à l’édition, à la création artistique, à la finance, à l’enseignement, et les activités juridiques.

La méthode utilisée pour établir nos regroupements est basée sur celle développée par le professeur Murat Güvenç[9] de l’université Sehir, et procède de plusieurs calculs itératifs : calcul de l’indice de ségrégation (co-présences) des différentes activités en fonction de leur emplacement géographique[10] (semt), calcul des clusters grâce à l’indice d’écart à l’indépendance (Chi2 signé) et par la méthode dite de Ward, puis intégration des résultats dans un système d’information géographique (SIG)[11].

RESULTATS PARTIELS DE L’ANALYSE STATISTIQUE ET GEOGRAPHIQUE[12]

 

2009 Regroupements d’entreprises par activité / NACE
A B C D E F G H I
Regroupements  géographiques / SEMT I 27,7 -5,0 -5,2 -0,2 -0,5 -1,4 0,0 -0,2 -0,1
II 263,1 135,7 -159,1 -35,2 -315,6 -0,1 61,4 0,3 -4,5
III -11,3 742,7 -65,2 -8,4 -8,9 8,0 -10,2 -2,5 0,9
IV 33,2 -69,8 138,1 -32,2 -64,3 -9,3 -166,9 0,0 14,9
V -118,2 -46,3 179,0 100,2 253,0 -31,8 -449,6 0,7 0,1
VI -106,2 -55,1 2,3 2,4 698,3 75,6 -90,9 -5,3 0,0
VII -56,3 -11,8 1,7 -5,7 -10,0 757,2 11,0 -1,6 -0,7
VIII -85,6 -22,1 -113,3 -0,7 46,0 -2,4 1496,7 -2,9 -1,2
IX -3,1 4,5 -153,5 16,0 -72,1 -1,6 1095,4 14,5 -1,5
X -43,4 -20,2 2,5 0,4 8,8 -2,2 121,3 -5,6 0,0

Figure 1 : Variation de l’indice d’écart à l’indépendance (Chi2 signé) selon les groupes d’activités et les groupes géographiques. Plus le chiffre est élevé, plus le regroupement est sur-représenté. (voir la légende complète en notes de fin)

 

2009 Regroupements d’entreprises par activité / NACE Total
A B C D E F G H I
Regroupements  géographiques / SEMT I 65,3% 0,0% 18,4% 2,0% 6,1% 0,0% 8,2% 0,0% 0,0% 100,0%
II 34,1% 13,5% 31,6% 2,3% 4,3% 2,8% 10,8% 0,5% 0,1% 100,0%
III 19,0% 48,3% 16,7% 1,0% 5,2% 5,0% 4,6% 0,0% 0,4% 100,0%
IV 30,4% 6,7% 48,1% 1,9% 6,0% 2,2% 3,8% 0,5% 0,4% 100,0%
V 20,8% 8,0% 47,2% 5,1% 14,0% 1,9% 2,3% 0,5% 0,2% 100,0%
VI 15,2% 5,1% 40,6% 3,8% 26,2% 6,0% 2,7% 0,1% 0,2% 100,0%
VII 5,4% 4,2% 43,1% 0,9% 3,9% 28,4% 14,1% 0,0% 0,0% 100,0%
VIII 7,2% 4,1% 11,8% 2,6% 17,4% 1,8% 55,0% 0,0% 0,0% 100,0%
IX 24,3% 11,9% 19,3% 5,1% 2,7% 2,3% 33,3% 1,1% 0,1% 100,0%
X 16,6% 6,0% 41,5% 3,6% 11,7% 2,1% 18,2% 0,0% 0,2% 100,0%
Total 26,5% 10,2% 38,6% 3,3% 9,1% 2,9% 8,7% 0,5% 0,2% 100,0%

Figure 2 : Composition des différents clusters géographiques en fonction des types de regroupements d’activités. Par exemple 47,2% des entreprises composant le territoire V appartiennent au groupe C. (voir la légende complète en notes de fin)

 

Parmi les 9 types de regroupements d’activités  trouvés, trois nous intéresserons particulièrement dans le cadre de notre étude des industries culturelles :

C. « Communication / Sièges sociaux » : informatique, études de marché et sondages, activités juridiques et de sièges sociaux.
D. « Finance / Diffusion » : programmation de télévision et télédiffusion, activités des sociétés holding, services financiers.
E. « Production / Création » : activités de production et post-production vidéographiques,  régies publicitaires, activités artistiques.

Ces trois groupes couvrent les principales échelles de la production télévisuelle : la demande de contenu et les études de marché, la création et production de contenu, sa diffusion, et leur encadrement juridique.

Il est notable que ces trois groupes d’activités sont eux-mêmes majoritairement co-présents sur les mêmes types de territoires : les semt rassemblées sous l’intitulé « V » (Bir Levent, Altunizade, Bebek, Besiktaş, Beykoz, Beylerbeyi, Esentepe, Etiler, Gayrettepe, Harbiye, Kabataş, Kalamis, Kasimpaşa, Kavacik, Levent, Macka, Maslak, Mecidiyeköy, Nisantaşi, Ortaköy, Osmanbey, Sariyer, Sisli, Taksim, Tarabya, Tesvikiye, Zincirlikuyu).

Afin d’affiner l’analyse de la répartition géographique des groupes d’activités C, D et E nous avons besoin de les situer sur la carte d’Istanbul, puis de les pondérer en fonction des concentration d’entreprises. Ce procédé nous permet d’abord d’observer des concentrations d’entreprises dans les quartiers d’affaires de Sisli (Ensentepe, Mecidiyeköy et Maslak) et à Zeytinburnu (Maltepe), quartiers stratégiques du fait de leur connexion aux nœuds  autoroutiers et au premier pont sur le Bosphore (axe E-5/O-1).

En étudiant les groupes un à un les résultats sont les suivants :

C. Le groupe « Communication / Sièges sociaux » est globalement situé à Sisli, sur un axe suivant la voie rapide allant de Maslak à Ensentepe, puis l’autoroute périphérique O-1 allant d’Halil Rifat Pasa à Mecidiyeköy. Deux autres pôles existent sur la rive asiatique : l’un gravite autour du quartier d’Osmanaga à Kadiköy, l’autre se trouve à Icerenköy, toujours à Kadiköy.

D. Le groupe « Finance / Diffusion », globalement concentré sur Sisli, sur un axe Nord-Sud allant du pôle Ensentepe-Levent à Maslak, ainsi qu’à Altinuzade dans le district d’Üsküdar.

E. Le groupe « Production / Création » : deux pôles importants, Ensentepe et Hacikadin à Eminonü,  et le reste des entreprises est réparti de manière plus diffuse sur un axe allant de Sisli (Halil Rifat Paşa, Fulya, Tesvikiye, Merkez) à Beyoğlu (Gümüşsuyu, Firuzağa), ainsi que dans le centre de Kadiköy (Osmanağa et Kaferağa).

En juxtaposant ces trois familles de regroupements il est intéressant de noter le rôle central du quartier d’Esentepe pour toutes ces activités. On peut aussi se demander quelle est la nature des relations entre diffusion et production sur ces différents territoire : les lieux de production s’organisent-il autour de zones d’influences des chaînes, ou les logiques sont-elles plus indirectes (historiques, foncières) ? Enfin on observe que ces territoires ne se juxtaposent pas parfaitement, et que le cluster de communication créée une sorte de continuum territorial entre la finance et la production.

LIMITES DE L’ANALYSE

Cette première analyse n’est qu’une photographie de la localisation des entreprises telles que peuvent le permettre nos sources d’origine (ITO), elle ne fait que montrer des effets de co-présences géographiques. Elle demeure de fait incomplète pour étudier les réseaux d’acteurs. Par exemple ces premiers résultats ne prennent pas en compte l’importance que peut représenter une seule de ces entreprises par rapport aux autres, le registre de la Chambre de Commerce ne comportant pas le chiffre d’affaire ou le nombre d’employés.

De plus il est important de savoir que les entreprises – et donc leur type d’activité – sont enregistrées sur la base de leur propre déclaration à l’administration. Par effet de mode ou par souci de mieux se vendre, il est courant qu’une entreprise se déclare comme ayant activité de production télévisée alors que son activité réelle ne se cantonne qu’à la publicité papier[13].

Il serait nécessaire de produire puis de croiser par différentes méthodes d’autres données, à la fois économiques, juridiques, d’emploi, d’audience, du coût du foncier, entretiens, et de leur donner une perspective historique pour mener à bien une étude complète des réseaux des acteurs de la production culturelle industrielle à Istanbul.

CONCLUSIONS ET OUVERTURES

Tout en reconnaissant les nombreuses limites de cet exercice, certains résultats nous permettent de formuler quatre hypothèses clés pour des analyses ultérieures :

  • L’existence de plusieurs axes névralgiques pour la production télévisuelle à Maltepe, Maslak, Ensentepe et Altinuzade qui sont les centres financiers moteurs de la diffusion ;
  • L’axe de création-production de Beyoğlu-Levent, ainsi que le centre de Kadiköy ;
  • Le quartier d’Esentepe comme « hub » de communication central ;
  • Le rôle des réseaux d’acteurs privés dans le secteur des médias, visible soit par les effets de co-présence, ou à déduire de l’appartenance des chaînes aux portefeuilles d’activités des holdings.

Le fait que la production télévisuelle soit surtout composée d’acteurs privés demande de comprendre quelles sont les différentes logiques économiques à l’oeuvre : on voit en effet que les logiques et les échelles de marché dans lesquelles évoluent ces entreprises varient énormément, allant de la maison de production ne comptant au maximum que quelques dizaines d’employés à la holding financière internationale type Doğan Holding, Çukurova Holding, ou News Corporation.

Ceci est d’autant plus important que ces holdings privées sont les premières clientes des maisons de production car propriétaires de la majorité des chaînes télévisées. Entre parenthèses on ajoutera d’ailleurs que les outils mathématiques employés dans le domaine de la finance doivent aussi être abordés et intégrés dans la réflexion en sciences sociales ou en urbanisme : on connaît à la fois le poids des holdings dans les médias ou la spéculation foncière, et la part des ingénieurs et des mathématiciens dans ces structures. Les chaînes de télévision (et les holdings qui les possèdent) se servent de modèles complexes – ou dits de « data mining » – pour analyser des quantités d’informations toujours plus importantes, en temps réel, et pour déterminer leur accès aux marchés (ou à l’audience).


.

[1] source Türkstat (2006)

[2] HARVEY David (2010) Géographie et capital, ed. Syllepse, Paris

[3] LEFEBVRE Henri  (1985) La production de l’espace, Anthropos, Paris

[4] SCOTT Allen J., LERICHE Frédéric (2005) Les ressorts géographiques de l’économie culturelle : du local au mondial, in L’espace géographique, n°34, ed. Belin, Paris

[5] voir aussi : Observatoire des politiques culturelles, n°36, dossier « La ville créative : concept marketing ou utopie mobilisatrice ?»

[6] AKSOY Asu, ENLIL Zeynep ,et alii (2010) : http://istanbulkulturenvanteri.gov.tr/kultur-ekonomisi/kultur-aktorleri

[7] TÖRE ÖZKAN Evrim (2010) Istanbul Film Endüstrisi, ed. Bilgi, Istanbul

[8] source Union Européenne, RAMOS, codification NACE

[9] GUVENÇ Murat (2009), Electoral Atlas of Turkey, 1950-2009: Continiuties and Changes in Turkey’s Politics, ed. Bilgi, İstanbul

[10] BOURDIEU Pierre (1979) La distinction,  ed. de Minuit, Paris

[11] Voir les logiciels en opensource : uDig et QGIS

[12] Les résultats au complet et les cartes seront disponibles sur : https://www.ifea-istanbul.net/website_2/index.php?option=com_content&view=article&id=865%3Aparis-julien&catid=56&Itemid=36&lang=fr

[13] TANRIOVER Hülya (2011) Film Endüstrisinin Konumu ve Hedefleri, ITO, Istanbul

–   .


.

LIENS INTERNET


.

NOTES DE FIN

Légendes des figures 1 et 2 :

Familles géographiques (SEMT) :

I /Alemdag, Basaksehir, Firuzkoy, Gedikpasa, Haseki, Incirli, Kandilli, Kartaltepe, Kumburgaz, Parseller, Resitpasa, Rumelihisari, Selimiye, Senlikkoy, Sultangazi

II /Acibadem, Aksaray, Alibeykoyu, Altintepe, Avcilar, Ayazaga, Baglarbasi, Bahariye, Bahcelievler, Bakirkoy, Bayrampasa, Beylikduzu, Bomonti, Bostanci, Buyukcekmece, Caddebostan, Caglayan, Capa, Catalca, Celiktepe, Cemberlitas, Cevizli, Ciftehavuzlar, Eminonu, Erenkoy, Esenler, Esenyurt, Eyup, Fatih, Ferikoy, Findikzade, Gaziosmanpasa, Goztepe, Gultepe, Gungoren, Halkali, Heybeliada, Istinye, Karakoy, Kartal, Kazasker, Kocamustafapasa, Kucukcamlica, Kucukcekmece, Kucukyali, Kuledibi, Kuyubasi, Mahmutbey, Maltepe, Merdivenkoy, Merter, Mimarsinan, Pangalti, Pendik, Salipazari, Samandra, Saskinbakkal, Sefakoy, Sile, Silivri, Sirinevler, Sirkeci, Suadiye, Sultanbeyli, Sutluce, Tuzla, Ulus, Umraniye, Ustbostanci, Yakacik, Yenibosna, Yenikapi, Yenikoy, Yesilkoy

III / Atakoy, Azapkapi, Bahcesehir, Besyuzevler, Beyazit, Buyukada, Dolayoba, Dudullu, Fikirtepe, Galata, Haskoy, Haydarpasa, Kadirga, Kapalicarsi, Karagumruk, Kaynarca, Kazlicesme, Kirecburnu, Kucukbebek, Kumkapi, Kurtulus, Laleli, Mahmutpasa, Mercan, Nuruosmaniye, Pasabahce, Rami, Sagmalcilar, Sehremini, Sehzadebasi, Sultanciftligi, Sultanhamam, Taslitarla, Topagaci, Topcular, Vezneciler, Yavuzselim, Yeni Levent, Yesildirek, Yesilyurt, Yusufpasa

IV / Atasehir, Camlica, Cengelkoy, Feneryolu, Florya, Halicioglu, Hasanpasa, Haznedar, Icerenkoy, Idealtepe, Kadikoy, Kemerburgaz, Kilyos, Kiziltoprak, Kosuyolu, Kozyatagi, Kucukbakkalkoy, Kuzguncuk, Okmeydani, Selamicesme, Uskudar, Yalikoy, Yildiz

V / 1 Levent, Altunizade, Bebek, Besiktas, Beykoz, Beylerbeyi, Esentepe, Etiler, Gayrettepe, Harbiye, Kabatas, Kalamis, Kasimpasa, Kavacik, Levent, Macka, Maslak, Mecidiyekoy, Nisantasi, Ortakoy, Osmanbey, Sariyer, Sisli, Taksim, Tarabya, Tesvikiye, Zincirlikuyu

VI / 3 Levent, Akaretler, Akatlar, Anadoluhisari, Arnavutkoy, Balat, Balmumcu, Beyoglu, Cekmekoy, Cihangir, Dikilitas, Elmadag, Emirgan, Fenerbahce, Findikli, Galatasaray, Gumussuyu, Iclevent, Moda, Sancaktepe, Sishane, Tepebasi, Tunel

VII / 2 Levent, Alemdar, Cagaloglu, Demirkapi, Dolapdere, K Bakkalkoy, Kantarcilar, Kartal Maltepe, Kucukmustafapasa, Kurtkoy, Kurucesme, Kustepe, Samatya, Selimpasa, Sultanahmet, Tasdelen, Tozkoparan, Vefa, Yedikule, Yenilevent

VIII / Ambarli, Baltalimani, Davutpasa, Guzelyali, Haramidere, Kanlica, Osmaniye, Rahmanlar, Topkapi, Unkapani

IX / Bagcilar, Bulgurlu, Gunesli, Hadimkoy, Ikitelli, Kocasinan, Kucukkoy, Soganlik, Tophane, Zeytinburnu

X / 4 Levent, Atisalani, Cevizlibag, Kagithane, Seyrantepe

Familles d’activités (NACE, ITO 2009) :

A / Édition d’autres logiciels, Télécommunications par satellite, Autres activités de télécommunication, Gestion d’installations informatiques, Assurance vie, Autres assurances, Activités des agents et courtiers d’assurances, Autres activités auxiliaires d’assurance et de caisses de retraite, Activités photographiques, Autres activités spécialisées, scientifiques et techniques n.c.a., Enseignement de disciplines sportives et d’activités de loisirs, Enseignements divers, Activités de soutien à l’enseignement, Activités des organisations et organismes extraterritoriaux

B / Autres intermédiations monétaires, Courtage de valeurs mobilières et de marchandises

C / Reproduction d’enregistrements, Édition de revues et périodiques, Autres activités d’édition, Télécommunications filaires, Programmation informatique, Conseil informatique, Autres activités informatiques, Traitement de données, hébergement et activités connexes, Portails Internet, Autres services d’information n.c.a. , Évaluation des risques et dommages, Activités juridiques, Activités comptables, Activités des sièges sociaux, Conseil pour les affaires et autres conseils de gestion, Activités des agences de publicité, Études de marché et sondages, Activités spécialisées de design, Traduction et interprétation, Enseignement culturel

D / Édition de répertoires et de fichiers d’adresses, Édition et diffusion de programmes radio, Programmation de télévision et télédiffusion, Activités des sociétés holding, Fonds de placement et entités financières similaires, Crédit-bail, Autre distribution de crédit, Autres activités des services financiers, hors assurance et caisses de retraite, n.c.a. , Autres activités auxiliaires de services financiers, hors assurance et caisses de retraite, Gestion de fonds, Gestion des musées

E / Production de films cinématographiques, de vidéo et de programmes de télévision, Post-production de films cinématographiques, de vidéo et de programmes de télévision, Distribution de films cinématographiques, de vidéo et de programmes de télévision, Enregistrement sonore et édition musicale, Activités des agences de presse, Administration de marchés financiers, Conseil en relations publiques et communication, Régie publicitaire de médias, Arts du spectacle vivant, Activités de soutien au spectacle vivant, Création artistique

F / Imprimerie de journaux, Édition de livres, Édition de journaux, Projection de films cinématographiques, Gestion de salles de spectacles

G / Autre imprimerie (labeur), Activités de prépresse, Reliure et activités connexes, Activités de banque centrale, Enseignement post-secondaire non supérieur, Enseignement de la conduite

H /Télécommunications sans fil

I / Édition de jeux électroniques, Réassurance, Caisses de retraite, Enseignement supérieur, Gestion des bibliothèques et des archives

.

.


Une réflexion au sujet de « Vers une approche relationnelle des clusters medias. Coup d’œil sur la télévision à Istanbul »

  1. La légende de la diapo n°5 du diaporama est inexacte : il faudrait remplacer la légende par « répartition de l’ensemble des entreprises liées aux médias (échantillon) toutes activités confondues (source ITO 2009) ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *