Colloque CIST : « Fonder les sciences du territoire »

« Le colloque fondateur du GIS (Groupement d’Intérêt Scientifique) CIST (Collège International des Sciences du Territoire) a eu lieu les 23, 24 et 25 novembre 2011 à Paris (École nationale supérieure de chimie 11, rue Pierre et Marie Curie 75005). Ce colloque international a pour ambition de fonder le champ interdisciplinaire des sciences du territoire en France, en l’inscrivant dans les réseaux de recherche existant à l’étranger ».

Objectifs :

 « L’ambition du CIST est de montrer en quoi le territoire est une approche pertinente d’enjeux pluridisciplinaires tels que :

–  l’articulation entre échelons individuel et collectif (parcours individuels et mobilités collectives, questions identitaires ; pratiques spatiales et fragmentation sociale ; politiques individuelles ou territoriales…) ;

–  les nouvelles normes et régulations suscitées par la mondialisation (nouveau rôle de l’Etat et multiplication des producteurs de normes ; dépassement des régulations nationales par la montée du local et du transnational ; biens communs et gouvernance par la mobilisation multi acteurs…) ;
–  les temporalités et ruptures dans les événements sociaux, physiques ou biologiques (vulnérabilité et risques ; sécurité, durabilité et résilience ; politiques de prévention et gestion des crises ; le besoin du temps long de la planification face à l’accélération des pratiques sociales…).

La rencontre entre les disciplines prendra des formes différentes selon que l’on envisage les sciences du territoire :

(i) soit comme un savoir scientifique. Les sciences du territoire sont alors envisagées à travers un ensemble de disciplines scientifiques que l’on confronte pour comprendre, de manière minimalement harmonisée, la dimension territoriale de leurs objets propres. Le concept de territoire sera discuté afin d’en constater les acceptions et les éventuels écarts d’une discipline à l’autre, et la prise en compte de l’espace obéira à des méthodes un tant soit peu comparables. Il faudra plutôt parler des sciences du territoire comme d’une méthodologie ;

(ii) soit comme une discipline scientifique émergente. Il faudra alors en définir les concepts, les lois et les méthodes d’analyse. L’énergie des chercheurs devra se concentrer sur le concept de territoire lui-même davantage que sur des grands enjeux cognitifs (le rapport individu-collectif etc.), ou plus précisément ces derniers fourniront l’occasion d’avancer dans une meilleure connaissance de l’objet scientifique qu’est le territoire. »

http://www.gis-cist.fr/index.php/main-sections/colloque-sciences-du-territoire/objectifs-and-themes/

 

Thèmes:

  • Définir les sciences du territoire
  • L’information territoriale
  • Mobilités, identités et territoires
  • Conflits, compromis et gouvernance territoriale
  • Risques et territoires
  • Biodiversité et territoires
  • Agricultures, territoires et développement durable
  • Territoires et santé

 http://www.gis-cist.fr/index.php/main-sections/colloque-sciences-du-territoire/themes/

 

Actes du Colloque : 

Télécharger la version électronique du recueil des communications :
http://www.gis-cist.fr/CIST-Colloque-preactes.pdf

« Croissance et environnement culturel » – conférences

« L’association Diversum, sous le de patronage de l’Unesco, organise le premier forum international de l’économie mauve sur le thème Croissance et environnement culturel, du 11 au 13 octobre, à Paris.

L’économie mauve peut être présentée comme une alliance entre culture et économie. Elle prend en compte les enjeux culturels, pour faire de l’économie un vecteur de la richesse et de la diversité culturelle, mais aussi pour faire de l’environnement culturel un enjeu de croissance économique.

Deux enjeux sont au cœur de ce forum : un enjeu éthique et un enjeu économique.

Les journées s’articuleront entre séances plénières et ateliers, sur des sujets tels que les enjeux géopolitiques, l’attractivité des territoires, le tremplin du numérique…

Ce forum se tiendra à l’Espace Pierre Cardin, 1-3, avenue Gabriel, à Paris 8ème.

Cet événement est organisé par Diversum, une association apolitique créée en France en 2006 pour la prise en compte de l’environnement culturel dans les politiques de développement durable.

Contact : Association diversum, 23, rue de Beauvau, 78000 Versailles (+ 33 1 83 64 26 28 – contact@diversum.net ) »

Site internet : http://www.economie-mauve.org

« Les industries créatives, encore, toujours et partout : actualités et enjeux des transformations dans les industries créatives » – OMIC / MSH Paris Nord, le 7 juin

.
Le mardi 7 juin 2011, de 9h00 à 18h00, à la Salle de conférence de la MSH Paris Nord, aura lieu une journée d’études sur  » Les industries créatives, encore, toujours et partout : actualités et enjeux des transformations dans les industries créatives « .

Lien vers la page de l’OMIC

.

Thème:

Pourquoi le thème des industries et de l’économie créatives sont-ils aussi présents sous des latitudes aussi diverses que les anciens pays industriels et les pays émergents ? Quels sont les enjeux soulevés par ces mouvements ? Faut-il prendre au sérieux ces notions et qu’apportent-elles de nouveau par rapport à des notions plus établies, celle d’industries culturelles en particulier, et par rapport également aux thématiques de la société de l’information ou de la connaissance ? Qu’est-ce qui relie les industries créatives au territoire ? De nouveaux « acteurs » et de nouvelles institutions émergent-ils ? Telles sont les questions centrales soumises à plusieurs chercheurs, étrangers et français, invités par l’équipe de l’ANR « Des théories des industries culturelles et éducatives aux théories des industries créatives ».


Programme :

  • 8h45 : accueil des participants
  • 9h : introduction par Philippe Bouquillion (professeur à l’Université Paris 8), porteur de l’ANR « Des théories des industries culturelles et éducatives aux théories des industries créatives (2009-2012) »
  • 9h15-10h15 : Philip Schlesinger (professeur à l’Université de Glasgow) : « Enjeux politiques et économie créative au Royaume-Uni »
  • 10h15-11h15 : Enrique Bustamante (professeur à l’Université Complutense de Madrid) : « Industries créatives et industries culturelles en Espagne et en Amérique Latine: répercussions sur la recherche et sur les politiques culturelles »

11h15-11h30 : Pause

  • 11h30-12h30 : Gaëtan Tremblay (professeur à l’Université du Québec à Montréal), avec Pierre Moeglin (professeur à l’Université Paris 13 ) : « Les industries culturelles face aux politiques de la créativité »
  • 12h30-13h30 : Eric Georges (professeur à l’Université du Québec à Montréal) : « Pour une critique de la notion d’industries créatives. Perspectives au Canada et sur les industries de l’information. »

13h30- 14h30 : Déjeuner à la MSH

  • 14h30-16h00 : Bernard Miège (professeur émérite à l’Université Grenoble 3 ), « Pour une recherche des traits communs et des spécificités des Industries Culturelles et des Industries Créatives: éléments méthodologiques ».
  • Débat et synthèse

16h00-16h15 : Pause

  • 16h15- 18h00 : présentation de travaux de recherches portant spécifiquement sur l’Inde (en collaboration avec le Réseau/équipe « Industries culturelles, Scènes artistiques et littéraires indiennes », coordonné par Catherine Servan-Schreiber et Raphaël Rousseleau)
  • Kristian Fiegelson (Ehess/Paris 3) et Monique Dagnaud (CNRS/EHESS) sur « Bollywood, les industries de l’image »Joël Augros (professeur à l’Université Paris 8 ) sur « une comparaison entre Bollywood/Hollywood »Bertrand Ficamos (Docteur, Bordeaux 3) sur « la convergence entre TV/Globo et Bollywood ».
Pour vous rendre à la MSH Paris Nord, cliquez ici

Les séries télévisées américaines contemporaines : entre la fiction, les faits et le réel – Paris Diderot, du 5 au 7 mai 2011

Depuis le milieu des années 1990, les séries américaines connaissent un nouvel « âge d’or », marqué par des productions de grande qualité, par un engouement international spectaculaire (lié aussi aux nouveaux modes de visionnage – DVD, streaming ou VOD), et par un nouveau respect critique pour la forme elle-même. Ce colloque se propose d’explorer le lien que tissent ces œuvres entre fiction et réalité. Pourquoi, par exemple, certaines réalités semblent-elles se prêter plus particulièrement à la forme sérielle (le monde médical, policier, ou judiciaire par exemple)? Les communications pourront aussi s’interroger sur l’idéologie qui sous-tend les choix de la fiction : quelle fonction la fiction a-t-elle quand elle prend en charge un certain aspect de la réalité (sociale, politique, économique) à un moment donné ? (comme la représentation de l’administration américaine dans The West Wing [A la Maison Blanche], ou la dénonciation des dysfonctionnements institutionnels dans The Wire [Sur Ecoute]).

Les approches plus esthétiques et formelles pourront se pencher sur les modes et stratégies utilisées par ces fictions pour représenter le réel. En quoi consiste le « réalisme » prétendument affiché par certaines d’entre elles, depuis la représentation en « temps réel » de 24 jusqu’à l’utilisation de la caméra à l’épaule dans Californication, ou encore aux détails corporels très crus de Nip/Tuck ? D’autres œuvres, au contraire, témoignent d’une ambition de stylisation ou de caricature (Desperate Housewives), et que dire des mondes fantasmés de Battlestar Galactica ou True Blood, ou du rapport à une quelconque « réalité historique » dans des séries comme Deadwood, Mad Men, ou Rome ?

Ce lien entre fiction et réalité pourra aussi nous aider à réfléchir sur la manière dont ces séries s’inscrivent dans la réalité même des spectateurs. Le processus d’identification et d’appropriation semble atteindre des niveaux sans précédents. Les spectateurs poursuivent l’expérience de « leur » série sur internet, par des discussions, des « re-créations » audiovisuelles, ou tout simplement par la consommation de produits dérivés. Les séries influent par la suite sur la manière dont nous appréhendons la réalité qui nous entoure. De tout temps bien sûr, l’individu s’est construit en partie grâce aux fictions auxquelles il était exposé, mais on pourra s’interroger, lors de ce colloque, sur la spécificité de l’impact des séries sur le spectateur, qui y trouve à la fois le pouvoir hypnotique et séducteur du film de cinéma et le plaisir de la complexité narrative et de la durée plus généralement associé au roman littéraire.

Comité scientifique :
Ariane Hudelet (Etudes anglophones, Université Paris Diderot)
Sophie Vasset (Etudes anglophones, Université Paris Diderot)
Pierre-Olivier Toulza (Etudes cinématographiques, Université Paris Diderot)
Marjolaine Boutet (Histoire, Université d’Amiens)
Sarah Hatchuel (Etudes anglophones, Université du Havre)
Monica Michlin (Etudes anglophones, Université Paris IV-Sorbonne)
Thibaut de Saint-Maurice (Philosophe, Lycée Richelieu, Rueil-Malmaison)

Contacts : Ariane Hudelet et Sophie Vasset

 

Programme du jeudi 5 mai 2011

  • 13h30 : accueil et inscriptions
  • 14h00 : ouverture du colloque (Ariane Hudelet et Sophie Vasset)

 

Panel 1 : Quelle réalité, quelle fiction ?
Présidente de séance : Ariane Hudelet

  • 14h30 : De quel réalisme la sérialité est-elle la forme ? – Thibaut de Saint-Maurice (philosophe)
  • 15h : Le temps des séries – Jean-Pierre Esquenazi (Université Lyon III)
  • 15h30 : Du roman réaliste à la série télé, la fresque sociale en miettes – Antonia Zagamé (CNRS)
  • 16h30 : Effet de réel contre réalisme dans les séries télévisées contemporaines – Hervé Glévarec (CNRS)
  • 17h : The treatment of the law: between reality and imagination in television legal series – Barbara Villez (Université Paris 8 )
  • 17h30 : Les séries judiciaires : histoires de cour, histoires de cœur. L’écriture dramatique au service de la culture juridique – Nathalie Maroun Taraud (ENS Ulm)

 

Programme du vendredi 6 mai 2011

Panel 2 : Histoire et histoires
Présidente de séance : Marjolaine Boutet

  • 9h : Les séries historiques entre la fiction et le réel : quand les scénaristes rivalisent avec les historiens – Ioanis Deroide (Historien, lycée Richelieu, Rueil Malmaison)
  • 9h30 : “The West Wing with Wigs?”: Politics and History in HBO’s John Adams – Aurélie Godet (Université Paris Diderot)
  • 10h : Les bonds historico-médiatiques de Sam Beckett. Code Quantum, voyage au temps des images -Vincent Baticle (Université Paris Diderot)
  • 11h : Fiction and Reality in TV Series Portraying Presidents: Reality effect, Déjà Vu, Groundhog Day, Prophecy, or Time Warp? – Monica Michlin (Université Paris Sorbonne)
  • 11h30 : « Qumar », le pays qui n’existait pas. The West Wing et le spectre du Moyen-Orient – Joseph Belletante (Triangle, ENS-LSH)
  • 12h : Le remake de la série V et le système de santé universel de Barack Obama: entre réalité et fiction, histoire d’une défaite programmée – Audrey Viguier (University of Florida)

 

Panel 3 : Réalisme du corps
Présidente de séance: Sophie Vasset

  • 14h : Evidence of the Body: Death, Illness and Representation of Truth in Contemporary American TV series – Maria Neklyudova (Russian State University of Humanities, Moscou)
  • 14h30 : Au plus près de la chair : corps malades et corps morts dans les séries contemporaines (titre provisoire) – Maud Desmet (Université de Poitiers)
  • 15h : Deadwood entre réalité et fiction : inscription de l’Histoire, figurations du corps, et jeux de langage – Gilles Menegaldo (Université de Poitiers)

 

Panel 4 : Esthétiques du réalisme
Présidente de séance : Shannon Wells-Lassagne

  • 16h : Mad Men, Nostalgia, and the Aesthetics of Consumption, or: Don Draper Gets an iPhone – Simone Knewitz (Bonn University)
  • 16h30 : Fiction and Reality in HBO’s Treme : A Narrative Alchemy at the Service of Political Truth – Catherine Dessinges, Dominique M. Gendrin, Wendy Hajjar (Tulane University)

 

Panel 5 : Genres et publics
Président de séance – à confirmer

  • 14h : House of mirrors: New realities, new fictions of the suburbs in The Middle – Donna Spalding Andreolle (Université Stendhal – Grenoble III)
  • 14h30 : The L Word : Le réel sous le glamour : ou « The way that they live » – Adrienne Boutang (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle)
  • 15h : Veronica Mars vs Don Draper : le réalisme des séries adolescentes contemporaines – Pierre-Olivier Toulza (Université Paris Diderot)
  • 16h : Is there a Doctor in the HOUSE ?: les séries télévisées médicales face au monde réel – Pamela Tytell (Université Lille 3)
  • 17h : “Unreal” gender messages in late 90s women-centered action dramas – Anne Sweet (Université Paris 3- Sorbonne Nouvelle)

 

Programme du samedi 7 mai 2011

Panel 6 : Représenter quelque chose qui n’existe pas : de l’Antique à la science-fiction
Présidente de séance : Sarah Hatchuel

  • 9h : Jules César au secours des américains : l’incipit de la série Rome – Julie Gallego (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
  • 9h30 : Rome : un péplum enfin réaliste ? – Vivien Bessières (Université Toulouse II, Le Mirail)
  • 10h : Rome ou le grain de l’antique – Isabelle Schmitt-Pitiot (Université de Bourgogne, Dijon)
  • 11h : Occupation, collaboration, résistance et épuration dans la troisième saison de Battlestar Galactica – Marjolaine Boutet (Université d’Amiens)
  • 11h30 : Battlestar Galactica and the Global War on Terror – Lori Maguire (Université Paris 8 )
  • 12h : De Babylon à Caprica: la nouvelle science-fiction télévisuelle et l’effet-réalité – Medhi Achouche (Université Stendhal, Grenoble)

 

Panel 7: Du crime au châtiment
Présidente de séance : Barbara Villez

  • 9h : Quand la fiction irrigue la réalité : les usages sociaux des séries policières dans la fiction policière – Guillaume Le Saulnier (Université Paris 2)
  • 9h30 : Qu’y a-t-il de « policier » dans les séries policières ? – Yann Philippe (Université de Reims)
  • 10h : Entre ombres et lumières : les figures de policiers en eaux troubles, symbole d’une Amérique en perte de repères (The Shield, The Wire, Dexter) – Julien Achemchame (Université Paul Valéry, Montpellier)
  • 11h : La perspective narrative dans les séries « Cop and Lab ». Quelles contributions aux représentations du monde scientifique et technique ? – C. Bruguière (Université Claude Bernard, Lyon), M. Chouteau (INSA, Lyon), C. Nguyen (INSA, Lyon), E. Triquet (Université Joseph Fourier, Grenoble)
  • 11h30 : From Oz to Lockup: Bringing Prison Life (Back) Home – Claudia Schippert (University of Central Florida, Orlando)
  • 12h : Fictions et réalités : principes miroirs ? Castle ou la rencontre de la vie et de l’écrit – Anaïs Kompf (Université Paris Diderot)

 

Panel 8: L’inquiétante étrangeté
Président de séance : Monica Michlin

  • 14h : Twin Peaks, conte de la modernité, modernité du conte – Marine Legagneur (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle)
  • 14h30 : X-Files : allégorie de la condition postmoderne du monde – Frédéric Gai (Université de Caen)
  • 15h : « Reality lies elsewhere? Le néo-réalisme fantastique dans quelques épisodes de X-files » – Emmanuëlle Delanoë-Brun (Université Paris-Diderot)

 

Panel 9: Déformation et marginalité comme mode de représentation
Président de séance : Emmanuelle Delanoë-Brun

  • 14h : “Alan Ball’s California and Louisiana series: a troubled state of the nation” – Anne-Marie Paquet-Deyris (Université Paris X-Nanterre
  • 14h30 : Which is the “True Blood”?: A Reflection on Otherness in Contemporary America – Marta Bosch (University of Barcelona)
  • 15h : Carnivàle entre fiction et réalité historique – Jean Du Verger (Université Paris 5-Sorbonne)

 

Panel 10 : Conclusion : le vertige post-moderne ou la fusion entre réalité et fiction
Président de séance : Pierre-Olivier Toulza

  • 16h : Lost in Lost (le retour): Réalité alternative et/ou fiction collective – Sarah Hatchuel (Université du Havre)
  • 16h30 : Transforming the traditional sitcom: the postmodern reflexivity of Abed in Community – Shannon Wells-Lassagne (Université Bretagne Sud)
  • 17h : Desperate Housewives : fiction de toutes les fictions – Renan Cros (Université Paris Diderot)

Rencontre avec Vince Gilligan, créateur de « Breaking Bad » – Forum des images

« Scénariste et producteur exécutif de la série X-Files entre 1993 et 2002, Vince Gilligan est également co-scénariste du film Hancock avec Will Smith et depuis 2008 le créateur de Breaking Bad dont les trois premières saisons, ont remporté un succès critique exceptionnel et trois Emmy Awards consécutifs pour son acteur principal Bryan Cranston. Vince Gilligan revient sur sa carrière et sur les coulisses de fabrication de cette série unique par son alliage de noirceur et d’humour et sa réalisation hautement cinématographique.

Breaking Bad est diffusée aux Etats-Unis par AMC et en France par Orange cinéma séries puis par Arte.

Rencontre animée par Pierre Langlais »

Commentaire de Julien Paris : une interview (en anglais) passionnante pour connaître le parcours d’un scénariste de série aux Etats-Unis, lequel est passé à la fois par les grosses productions télé (X-files), ciné (le blockbuster Hancok) pour arriver aujourd’hui à produire Breaking Bad, une série parfois considérée par la critique comme très ambitieuse dans l’esthétique et surtout dans l’écriture.



Rencontre avec Vince Gilligan, créateur de… forumdesimages

Journées d’économie de la Culture et de la Communication / Paris / le 08/02/2011

Présentation :
« Les 5èmes Journées d’économie de la culture et de la communication sont organisées par la Chaire d’innovation & régulation Orange Ecole Polytechnique TELECOM Paris Tech, le ministère de la Culture et de la Communication DEPS, le GIS Culture-Médias & Numérique, avec le concours de Cap Digital.
Elles ont pris pour thème:
«Culture-médias&numérique: nouvelles questions de concurrence»
Le 8 Février 2011, au Centre Georges Pompidou, Paris

Programme complet :
5e-colloque-eco-culture-prog-OK-2