Mettre à plat les concepts. Carte mentale d’une approche pluridisciplinaire des industries culturelles.

Avril 2012. Diagramme des relations entre notions, auteurs et corpus utilisés dans ma thèse. Cliquez pour agrandir

Voici une petite tentative – en perpétuelle évolution – de préciser quels sont, ou seraient, les ponts reliant des concepts-clés issus des disciplines structurant ma recherche sur les séries TV turques. Ces disciplines sont : les sciences de la communication, la géographie, et le binôme sociologie/philosophie. J’ai ordonné ces concepts selon la logique suivante : un concepts original (cad dont il est possible de préciser quel en est l’auteur) peut être relié à des disciplines particulières ainsi qu’à des « inter-concepts » ayant plusieurs acceptions selon le champ disciplinaire depuis lequel ils sont énoncés. Ce point me semble important car le fait de ne pas préciser les sources ces « inter-concepts » peut conduire à une multitude d’interprétations, et les transformer ainsi en mot-valises vidés de leur sens.

Archive décembre 2011. Cliquez pour agrandir

Afin que cet exercice ne se cantonne pas à la théorie il est aussi nécessaire de relier ces concepts et ces disciplines à un corpus précis et circonscrit. Le second objectif de cet exercice est donc de retracer l’effectivité de mon corpus, en reliant ses composantes aux concepts centraux et périphériques de ma réflexion. En effet chacune des sources de données ou d’information se doit de répondre à une exigence à la fois scientifique et méthodologique afin d’être analysée et de participer ensuite à l’échafaudage de la thèse.

Enfin, il est important de préciser que les cartes mentales présentées ici ont une vocation avant tout épistémologique, et qu’elles sont donc amenées à se transformer durant le travail de thèse. C’est la raison pour laquelle l’archive de décembre 2011 est elle aussi visible dans ce billet, pour témoigner d’un processus. La carte mentale des concepts est comme une sorte de photographie de ma problématique à un instant précis, photo dont la fonction serait à la fois de garder une trace des champs abordés au préalable, tout en rappelant constamment à l’esprit qu’il faut faire évoluer cette réflexion vers plus de précision. Cette évolution constante trouve sa source dans les nouvelles lectures, les dernières références ou dans l’avancée de l’enquête de terrain.

Petite généalogie d’une nouvelle pratique : 

D’un point de vue uniquement pratique, l’envie de cartographier ces concepts est venue de la manière suivante. Au dépôt du sujet, j’avais comme tout doctorant une bibliographie de base. Une fois la thèse commencée depuis plusieurs mois, lorsque j’ai voulu reprendre cette bibliographie préparatoire, l’exercice m’a alors semblé vain avec les outils que j’avais à disposition : à quoi bon peaufiner une bibliographie sachant qu’à chaque article lu les références évoluent ? Comment s’y retrouver dans un fichier word de dizaines de pages, même thématique, lorsqu’on veut s’atteler à une recherche transdisciplinaire dont le but est de jeter des ponts entre les disciplines plus que de chercher l’érudition dans une disciplines particulière ? Et tout simplement quel outil utiliser au quotidien, outil qui puisse accompagner les lectures de la façon la moins invasive possible ?

Trois grands champs nourrissaient de manière abstraite ma démarche (géographie, communication, sociologie-philosophie). Certains de ces concepts m’étaient tout à fait familiers car ils m’accompagnaient depuis plusieurs années déjà. D’autres étaient pour moi nouveaux car je les avaient découverts dans les premiers mois de  la thèse, lors de la préparation plus fine du sujet, ou encore dans des lectures très récentes. Les premiers mois de recherche m’ont aussi forcé à définir un corpus plus précis et réaliste (qu’est-ce qui est à disposition sur place?), chose qui force en retour à trouver les concepts ad hoc permettant d’interpréter ce corpus. Complexité supplémentaire tous ces concepts, tous ces auteurs, toutes ces informations, possédaient des échelles et des niveaux d’abstraction très divers : certains concepts sont très abstraits et très englobant ( qu’est -ce que le « libéralisme » ou la « post-modernité » ?), quand d’autres lectures sont extrêmement situées dans le temps ou l’espace et sont purement informatives (tel immeuble a été construit par monsieur X telle année).

Peut-être par goût de la symbolisation et du graphisme, ou du fait de ma formation en architecture (dessiner des plans sur des grands formats) ou encore bêtement par jeu, j’ai d’abord tenté de tracer à grand traits la carte de ces familles d’idées qui à mon sens avaient un lien entre elles. L’intérêt de cette deuxième dimension, celle de la carte, est comme on peut le faire sur une table de pouvoir « mettre à plat ». On peut alors faire des regroupements, trouver des gradiens (du plus au moins abstrait), des filiations, voire de créer des parallèles entre des idées qui ne sont pas évidents à priori et de les tester. L’exercice est ensuite devenu de plus en plus prenant au fur et à mesure que la pratique de ce logiciel m’est devenu plus familière et que le terrain avançait, apportant avec lui nombre de nouvelles questions d’ordre sociologique, historique, méthodologique.

A défaut d’encourager d’autres à faire de même, j’essaie d’engager les autres chercheurs ou étudiants avec lesquels je discute à « rentrer » dans ces cartes, à – comme face à un plan de bâtiment – tracer des itinéraires, des parcours imaginaires, ou à errer, flâner, sans but dans des cartes de ce genre. Flâner d’une idée à une autre en quelque sorte. Si on met de côté l’aspect technico-technique (le fait que ce soit un logiciel par exemple), ce type d’outil n’est jamais qu’un autre outil de représentation,  ne remplaçant pas l’écriture et le récit mais offrant la possibilité du changement d’échelle (le zoom), la sélectivité (les calques), la symbolisation (les formes basiques et les couleurs) et une deuxième dimension de lecture par rapport à l’écriture (la co-existence d’éléments).

Pour information, les diagrammes ont été réalisés avec le logiciel libre VUE dont j’ai déjà parlé dans un précédent article.

Si vous souhaitez voir cette présentation dans une résolution correcte merci de poster un commentaire juste en dessous.

Article créé le 300/11/2011.
Mis à jour le 05/04/2012

Some meta-mapping in progress…

Click to enlarge. Simplified hierarchy of relationship between actors of audiovisual production. Made with VUE

In complement of my previous article I wanted to present some maps made with Gephi, an amazing program (opensource in Java) allowing to explore and spatialize relational databases. The biggest problem is indeed to create your own relational database, what I tried to do using the datas of audience I grabbed on Internet (see also here). The main idea would be to follow this scheme of analysis to show and measure the process of creation of audiovisual content as TV series.

The scheme is a pure abstraction, and once the database put into the program of spatialization it begins to complicate a lot : the dataset is composed of approximately 500.000 entries, each one having the name of the program, the typology, audience score, rate, channel of broadcasting, and so on…The maps are made from datas going from april 2004 to august 2011, and are separated by group of study : in one hand the « AB » group mostly aimed by advertisers, and in another hand the « TÜM » group gathering the whole sample of study.

So the first maps shows the relations between channels and the typologies of programs channels broadcast. We won’t be surprised to find the same patterns of results I showed in this article, but I think those figures are more readable.

AB GROUP : 

AB group - first 10 audiences - from april 2004 to august 2011. Sources : Medyatava / AGB Nielsen. Made with Gephi
AB group - first 100 audiences - from april 2004 to august 2011. Sources : Medyatava / AGB Nielsen. Made with Gephi

Those maps shows the preference of the audience for turkish series (link more visible in the 10 first rates than in the 100 first).

 

TUM GROUP : 

(In construction)

 

WHAT’S NEXT ?

The next game I’ll play with those datas will be to cut them into laps of time (by season or by month) and observe the film of the evolution pictured by AGB Nielsen of the audience from 2004 to 2011.

 

More infos on Gephi and other programs to do datamapping here :

Istanbul demography and Turkey timelines (1900-2011)

Last update : may 5rd, 2011 (262 historical events in 10 categories)

I just produced a basis for a timeline mixing some historical datas I wanted to compare : economics, medias, political events, global context, demography, etc. related with Turkey’s and Istanbul’s history. The purpose of this little work is to contextualize on a century scale the apparition of TV medias in Turkey and in Istanbul metropolis, and also to share with other searchers a timeline resuming Turkey’s important events.

This chart would need more further precisions, especially on sources, and would need more informations on medias major events (legislation and so on). So this article should be updated regularly…

NA : This article and the chart are in english because the sources were so.

Click on the picture to a full-view size

The events are classified between 10 families of events :

01 – INTERNATIONAL CONTEXT
02 – ECONOMY
03 – POLITICS
04 – MEDIAS
05 – ISTANBUL GOVERNMENT
06 – INDUSTRIES
07 – CULTURE
08 – TRANSPORTS
09 – URBANIZATION
10 – BUSINESS DISTRICT

Sources : « Development chart of Istanbul metropolitan area » / N. Monceau (dir.) « Istanbul »/ J.F. Pérouse « La Turquie en marche » / Wikipedia

Continuer la lecture de Istanbul demography and Turkey timelines (1900-2011)

Le plan de thèse, un objet toujours changeant (ou l’intérêt de la cartographie heuristique)

Entre le projet de thèse initial et le plan de thèse détaillé il se passe plusieurs années de recherche, d’évolutions, de découvertes. Garder une trace de cette évolution est nécessaire afin de rendre plus dense sa réflexion, mais compliqué lorsqu’on utilise simplement du traitement de texte. Chacun possède sa méthode pour mener cette réflexion ; en voici une s’appuyant sur des logiciels de cartographie mentale.

FreeMind, XMind et VUE (Visual Understanding Environment) sont des logiciels opensource écrits en java (multi pate-formes) permettant de faire des « cartes mentales » (ou « carte heuristique », « mind maps »). Il s’agit ici de voir en quelle mesure ces programmes permettraient : 1) de s’affranchir de Word et de sa linéarité pour construire un plan de thèse, 2) de permettre à ce plan de thèse de pouvoir évoluer dans le temps au fur et à mesure que les idées et références l’enrichissent.

 

 

XMind

Le site officiel de XMind : http://www.xmind.net/

 

FreeMind

Le site officiel de FreeMind : http://freemind.sourceforge.net/

 

Le site officiel de VUE (Visual Understanding Environment) : https://vue.tufts.edu/index.cfm

L’intérêt d’utiliser ce type de visualisation durant la première année de thèse est de pouvoir classer les différentes idées et thèmes de recherche qui viennent à l’esprit tout en ayant une vision globale et juger de la cohérence du tout. Ceci permet aussi de garder de côté certaines idées sans pour autant les inclure dans son plan de travail (telle la ramification « tâches » ou « idées vrac » du graphique ci-dessous) ou de les déplacer/copier d’une partie à l’autre. Bref ce type de visualisation permet de faire évoluer le projet initial de manière lisible sans avoir à le tronquer en cours de route.

L’avantage de cette méthode par rapport à un éditeur de texte de type Word est l’interactivité que cette visualisation permet. Sous Word tous les chapitres et sous-parties sont listés les uns après les autres, et il est compliqué d’avoir une vision d’ensemble. Sous FreeMind – ou tout autre logiciel de cartographie mentale – l’arborescence des thèmes (chapitres et sous parties) est tout aussi claire que sous Word, et chacune des « branches » peut être repliée pour donner encore plus de lisibilité au tout. Il est ensuite possible d’exporter l’arborescence en format texte.

Ci-dessous un exemple de « carte mentale » de ma thèse à l’heure actuelle :

Ici fait sous XMind (permet de mettre en ligne une version interactive) :


 

 

 

Ici le même plan fait sous FreeMind, ici presque entièrement « dépliée », (cliquer sur l’image pour l’agrandir) :

 

Plan de ma thèse sous FreeMind : le premier étant celui proposé lors du dépôt de dossier, le second celui en cours de modification. (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Pour un rapide aperçu, voici un tutoriel trouvé sur YouTube expliquant le principe de base de FreeMind :

Newsmap : représentation des flux d’informations de Google News

/

Presentation :

« Google News automatically groups news tories with similar content and places them based on algorithmic results into clusters. In Newsmap, the size of each cell is determined by the amount of related articles that exist inside each news cluster that the Google News Aggregator presents. In that way users can quickly identify which news stories have been given the most coverage, viewing the map by region, topic or time. Through that process it still accentuates the importance of a given article.

Newsmap also allows to compare the news landscape among several countries, making it possible to differentiate which countries give more coverage to, for example, more national news than international or sports rather than business

Currently, the internet presents a highly disorganized collage of information. Many of us are working in an information-soaked world. There is too much of everything. We are subject everywhere to a sensory overload of images, bombarded with information; in magazines and advertisements, on TV, radio, in the cityscape. The internet is a wonderful communication tool, but day after day we find ourselves constantly dealing with information overload. Today, the internet presents a new challenge, the wide and unregulated distribution of information requires new visual paradigms to organize, simplify and analyze large amounts of data. New user interface challenges are arising to deal with all that overwhelming quantity of information. »

Website (source) :
http://newsmap.jp/

Voir aussi :
http://www.multimedialab.be/cours/interfaces/visualisation.htm

/