Mettre à plat les concepts. Carte mentale d’une approche pluridisciplinaire des industries culturelles.

Avril 2012. Diagramme des relations entre notions, auteurs et corpus utilisés dans ma thèse. Cliquez pour agrandir

Voici une petite tentative – en perpétuelle évolution – de préciser quels sont, ou seraient, les ponts reliant des concepts-clés issus des disciplines structurant ma recherche sur les séries TV turques. Ces disciplines sont : les sciences de la communication, la géographie, et le binôme sociologie/philosophie. J’ai ordonné ces concepts selon la logique suivante : un concepts original (cad dont il est possible de préciser quel en est l’auteur) peut être relié à des disciplines particulières ainsi qu’à des « inter-concepts » ayant plusieurs acceptions selon le champ disciplinaire depuis lequel ils sont énoncés. Ce point me semble important car le fait de ne pas préciser les sources ces « inter-concepts » peut conduire à une multitude d’interprétations, et les transformer ainsi en mot-valises vidés de leur sens.

Archive décembre 2011. Cliquez pour agrandir

Afin que cet exercice ne se cantonne pas à la théorie il est aussi nécessaire de relier ces concepts et ces disciplines à un corpus précis et circonscrit. Le second objectif de cet exercice est donc de retracer l’effectivité de mon corpus, en reliant ses composantes aux concepts centraux et périphériques de ma réflexion. En effet chacune des sources de données ou d’information se doit de répondre à une exigence à la fois scientifique et méthodologique afin d’être analysée et de participer ensuite à l’échafaudage de la thèse.

Enfin, il est important de préciser que les cartes mentales présentées ici ont une vocation avant tout épistémologique, et qu’elles sont donc amenées à se transformer durant le travail de thèse. C’est la raison pour laquelle l’archive de décembre 2011 est elle aussi visible dans ce billet, pour témoigner d’un processus. La carte mentale des concepts est comme une sorte de photographie de ma problématique à un instant précis, photo dont la fonction serait à la fois de garder une trace des champs abordés au préalable, tout en rappelant constamment à l’esprit qu’il faut faire évoluer cette réflexion vers plus de précision. Cette évolution constante trouve sa source dans les nouvelles lectures, les dernières références ou dans l’avancée de l’enquête de terrain.

Petite généalogie d’une nouvelle pratique : 

D’un point de vue uniquement pratique, l’envie de cartographier ces concepts est venue de la manière suivante. Au dépôt du sujet, j’avais comme tout doctorant une bibliographie de base. Une fois la thèse commencée depuis plusieurs mois, lorsque j’ai voulu reprendre cette bibliographie préparatoire, l’exercice m’a alors semblé vain avec les outils que j’avais à disposition : à quoi bon peaufiner une bibliographie sachant qu’à chaque article lu les références évoluent ? Comment s’y retrouver dans un fichier word de dizaines de pages, même thématique, lorsqu’on veut s’atteler à une recherche transdisciplinaire dont le but est de jeter des ponts entre les disciplines plus que de chercher l’érudition dans une disciplines particulière ? Et tout simplement quel outil utiliser au quotidien, outil qui puisse accompagner les lectures de la façon la moins invasive possible ?

Trois grands champs nourrissaient de manière abstraite ma démarche (géographie, communication, sociologie-philosophie). Certains de ces concepts m’étaient tout à fait familiers car ils m’accompagnaient depuis plusieurs années déjà. D’autres étaient pour moi nouveaux car je les avaient découverts dans les premiers mois de  la thèse, lors de la préparation plus fine du sujet, ou encore dans des lectures très récentes. Les premiers mois de recherche m’ont aussi forcé à définir un corpus plus précis et réaliste (qu’est-ce qui est à disposition sur place?), chose qui force en retour à trouver les concepts ad hoc permettant d’interpréter ce corpus. Complexité supplémentaire tous ces concepts, tous ces auteurs, toutes ces informations, possédaient des échelles et des niveaux d’abstraction très divers : certains concepts sont très abstraits et très englobant ( qu’est -ce que le « libéralisme » ou la « post-modernité » ?), quand d’autres lectures sont extrêmement situées dans le temps ou l’espace et sont purement informatives (tel immeuble a été construit par monsieur X telle année).

Peut-être par goût de la symbolisation et du graphisme, ou du fait de ma formation en architecture (dessiner des plans sur des grands formats) ou encore bêtement par jeu, j’ai d’abord tenté de tracer à grand traits la carte de ces familles d’idées qui à mon sens avaient un lien entre elles. L’intérêt de cette deuxième dimension, celle de la carte, est comme on peut le faire sur une table de pouvoir « mettre à plat ». On peut alors faire des regroupements, trouver des gradiens (du plus au moins abstrait), des filiations, voire de créer des parallèles entre des idées qui ne sont pas évidents à priori et de les tester. L’exercice est ensuite devenu de plus en plus prenant au fur et à mesure que la pratique de ce logiciel m’est devenu plus familière et que le terrain avançait, apportant avec lui nombre de nouvelles questions d’ordre sociologique, historique, méthodologique.

A défaut d’encourager d’autres à faire de même, j’essaie d’engager les autres chercheurs ou étudiants avec lesquels je discute à « rentrer » dans ces cartes, à – comme face à un plan de bâtiment – tracer des itinéraires, des parcours imaginaires, ou à errer, flâner, sans but dans des cartes de ce genre. Flâner d’une idée à une autre en quelque sorte. Si on met de côté l’aspect technico-technique (le fait que ce soit un logiciel par exemple), ce type d’outil n’est jamais qu’un autre outil de représentation,  ne remplaçant pas l’écriture et le récit mais offrant la possibilité du changement d’échelle (le zoom), la sélectivité (les calques), la symbolisation (les formes basiques et les couleurs) et une deuxième dimension de lecture par rapport à l’écriture (la co-existence d’éléments).

Pour information, les diagrammes ont été réalisés avec le logiciel libre VUE dont j’ai déjà parlé dans un précédent article.

Si vous souhaitez voir cette présentation dans une résolution correcte merci de poster un commentaire juste en dessous.

Article créé le 300/11/2011.
Mis à jour le 05/04/2012

Representation of media groups. Looking for inspiration…

As I’d like to make a representation of the media groups in Turkey I looked for some works previously done on this kind of topic. Those two graphs found on the web illustrate the links between audiovisual and press production in one hand, and the media groups in another hand. Those representations are very helpful to give an idea of the complexity of media sector and of the interelations between finance, media groups, producers, technicians, and so on… 

Financial links between cinéma et media groups in 2010 (source CNC). Click to download the complete pdf
Media groups in France in 2004. (source : internet). Click to dowload the complete pdf file

See also the Pierre Carles documentaries on media groups in France, particularly on TF1 channel : « Fin de concession » (2010), « Pas vu, pas pris » (1998), « Enfin pris? » (2003)

Bonus : 

Photogram of the Pierre Carles documentary, « Fin de concession » (2010). Extract of a printed interview of Patrick Le Lay, TF1 CEO.

My translation to english of the quote in pink (from « Les dirigeants face au changement. Baromètre 2004 »):

« […] let’s be realistic : the basis of TF1 job, is to help Coca-Cola, for instance, to sell its product. But to make the advertisement message perceived, the brain of the spectator has to be available. The vocation of our broadcasts is to make it available, so to say entertain it, to relax it to prepare it between two messages. What we sell to Coca-Cola is available brain time. […] »

« Des séries et des vies » – revue Labyrinthes n°37

Extrait de l’éditorial par Renaud Pasquier : 

« Jadis on les dédaignait, on les négligeait, on les stigmatisait comme symbole de sous-culture et de mauvais goût, bras armé de l’abêtissement généralisé. Les temps ont bien changé : aujourd’hui, les séries américaines sont portées au pinacle, elles ne sont plus ce plaisir honteux qu’on cachait. Au contraire, il est de bon ton, à tout âge et dans tout milieu, de clamer son admiration pour Les Sopranos, The Wire, Mad Menet bien d’autres, et d’ajouter aux soirées passées devant l’écran les heures de conversation. Enfin les séries suscitent l’écriture, un déferlement de textes, analyses, articles, communications, bien au-delà des cercles de fans ou de journalistes spécialisés, jusque là leur domaine réservé. Les sociologues, les philosophes, les critiques littéraires s’en emparent, en font leur objet de prédilection. Labyrinthesouhaiterait moins s’inscrire dans cette vogue que l’interroger.

Non que nous voulions prendre de la distance, qu’elle soit amusée, accusatrice ou scientifique, avec cet impressionnant engouement ; il ne s’agit en rien de l’objectiver. Au contraire, c’est justement parce que beaucoup d’entre nous sont amateurs assidus de séries que nous voulons comprendre comment et pourquoi elles ont pris tant de place dans nos vies et celles de nos contemporains. Mieux encore, comment elles les ont façonnées, informées, transformées. Non pas donc considérer les séries comme des objets à manipuler à notre guise, calibrées selon concepts et raisonnements préalablement construits, mais mettre en jeu notre expérience de spectateur, et donc inverser les rôles : comment nous devenons les objets des séries, comment elles nous donnent forme, quelles « formes de vie » elles font naître.(…)« 

Source : revue Labyrinthe

« Éditorial », Labyrinthe , 37 | 2011 (2) , [En ligne], mis en ligne le 29 juillet 2011. URL : http://labyrinthe.revues.org/index4210.html. Consulté le 11 octobre 2011.

« Big Data : est-ce que le déluge de données va rendre la méthode scientifique obsolète ? » – Le Monde/InternetActu

Illustration: Marian Bantjes pour Wired

Extrait : « Nous voici entré dans l’ère des Big Data des ensembles de données tellement gigantesques qu’ils nécessitent de nouveaux outils techniques et scientifiques pour les comprendre et en tirer du sens. Un déluge de données qui pose des questions profondes sur leur collecte, leur interprétation, leur analyse… Dans ce siècle des réseaux, la science des algorithmes, censée extraire le sens de ces amas d’information doit apprendre à comprendre ce qu’elle analyse. L’enjeu des Big Data nous adresse des questions scientifiques, mais aussi politiques et éthiques. Les Big Data, c’est le dossier de la semaine d’InternetActu qui commence par un retour sur un article fondateur de 2008 qui posait les bases de la révolution à venir.

Il y a soixante ans, les ordinateurs ont rendu l’information lisible. Il y a vingt ans, l’internet l’a rendu accessible. (…) Selon Chris Anderson, nous sommes à la fin de la science, de la science telle que nous la connaissons. « À l’échelle du pétaoctet, l’information n’est pas une question de simples dimensions en matière de taxonomie et d’ordre, mais de statistiques agnostiques en termes de dimensions. Cela nécessite une approche totalement différente, qui nous oblige à concevoir la donnée comme quelque chose qui ne peut être visualisée dans sa totalité. (…) » 

Source : Le Monde 

Voir aussi le dossier dans Wired

 

 

 

 

Protégé : Looking for the territories of a “creative city” in Istanbul. Inputs from industrial geography into cultural industries studies.

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Some meta-mapping in progress…

Click to enlarge. Simplified hierarchy of relationship between actors of audiovisual production. Made with VUE

In complement of my previous article I wanted to present some maps made with Gephi, an amazing program (opensource in Java) allowing to explore and spatialize relational databases. The biggest problem is indeed to create your own relational database, what I tried to do using the datas of audience I grabbed on Internet (see also here). The main idea would be to follow this scheme of analysis to show and measure the process of creation of audiovisual content as TV series.

The scheme is a pure abstraction, and once the database put into the program of spatialization it begins to complicate a lot : the dataset is composed of approximately 500.000 entries, each one having the name of the program, the typology, audience score, rate, channel of broadcasting, and so on…The maps are made from datas going from april 2004 to august 2011, and are separated by group of study : in one hand the « AB » group mostly aimed by advertisers, and in another hand the « TÜM » group gathering the whole sample of study.

So the first maps shows the relations between channels and the typologies of programs channels broadcast. We won’t be surprised to find the same patterns of results I showed in this article, but I think those figures are more readable.

AB GROUP : 

AB group - first 10 audiences - from april 2004 to august 2011. Sources : Medyatava / AGB Nielsen. Made with Gephi
AB group - first 100 audiences - from april 2004 to august 2011. Sources : Medyatava / AGB Nielsen. Made with Gephi

Those maps shows the preference of the audience for turkish series (link more visible in the 10 first rates than in the 100 first).

 

TUM GROUP : 

(In construction)

 

WHAT’S NEXT ?

The next game I’ll play with those datas will be to cut them into laps of time (by season or by month) and observe the film of the evolution pictured by AGB Nielsen of the audience from 2004 to 2011.

 

More infos on Gephi and other programs to do datamapping here :

« Les internautes peuvent-ils échapper à l’espionnage ? » – France Culture / Science Publique

« Longtemps, les sciences humaines ont souffert d’un lourd handicap vis-à-vis des sciences physiques. En effet, le sociologue était privé de l’outil primordial pour tout scientifique : l’instrument de mesure. Il ne pouvait appréhender son objet d’étude, l’homme et la société, qu’à travers des méthodes approximatives d’enquêtes et de sondages. D’où, sans doute, le qualificatif de science « molle » attaché aux sciences humaines, par opposition aux sciences dites « dures » comme la physique, la chimie ou la biologie. Cette situation est en train de changer radicalement depuis quinze ans avec l’apparition d’un phénomène unique dans l’histoire de l’humanité : Internet.(…)

Invités :

Source : France Culture

 

Article de Séverine Barthes : « Panorama de la recherche universitaire sur les séries télévisées en France »

Titre:
Panorama de la recherche universitaire sur les séries télévisées en France

Auteur:
Séverine Barthes

Date de publication :
mercredi 15 avril 2009

Introduction :
« Pour vous parler de la recherche universitaire sur les séries télévisées en France, j’ai décidé de m’appuyer prioritairement sur les thèses de doctorat déjà soutenues ou en cours, tout en faisant écho à quelques autres ouvrages. En effet, c’est à ce niveau que les changements se voient en premier, que sont proposés les sujets les plus originaux, que sont menées les premières expérimentations. D’autre part, le panorama que je vous propose ne pourra pas être exhaustif. En effet, les publications universitaires sur les séries sont certes encore limitées, mais elles se font majoritairement par le biais de colloques et de revues, de telle sorte qu’il est extrêmement difficile, voire impossible, de toutes les recenser. (…) »

Lien :
http://www.a-suivre.org/rust/panorama-de-la-recherche-universitaire-sur-les-series-televisees-en-france.html