Projet de thèse initial (Mai 2010)

Ce projet de recherche est le résultat d’une volonté constante de décloisonnement entre deux milieux : le culturel et l’urbain. Mon tropisme vers le milieu culturel m’a à un moment extrait de l’architecture qui est ma formation initiale pour chercher des domaines transversaux. Lors de mon diplôme d’architecte DPLG, j’ai découvert des acteurs culturels privés en constant dialogue ou conflit avec le politique (Mains d’œuvre à St Ouen, compagnie Là Hors De à La Duchère, Lyon, …) mais toutefois participant à l’évolution du cadre urbain… première rencontre avec les « Nouveaux Territoires de l’Art » (sic. Fabrice Lextrait). Afin d’acquérir suffisamment d’outils intellectuels et pratiques pour comprendre la démarche artistique, politique, mais aussi l’économie de ce milieu culturel engagé dans l’espace public, j’ai entamé et obtenu un master 2 professionnel intitulé « Projets Culturels dans l’Espace Public ».

Ce cursus m’a ensuite permis de travailler dans la coopération culturelle internationale espagnole au Mexique (2008-2009), puis pour la coopération culturelle française en Egypte (2009-2010), où j’ai pu découvrir la difficulté pour ces institutions européennes à mener – ou à s’emparer – de projets culturels internationaux complexes, lourds budgétairement, malgré l’intérêt qu’ils suscitent chez tous les acteurs, y compris locaux en termes de développement économique et humain.

Résumé du projet de recherche, problématique :

Dans un contexte de compétitions entre les territoires les obligeant à se mettre en valeur sur la scène nationale et internationale, les plus grands évènements culturels (macro-événements] célébrés ces 10 dernières années dans les grandes villes européennes répondent à des impératifs de développement culturel local ou régional, induisant des enjeux et des effets urbains. Nous nous proposerons donc d’étudier s’il est possible d’offrir une méthode d’évaluation de ces politiques culturelles et urbaines incluses dans ces « macro-événements » culturels depuis un point de vue historique, politique et urbanistique en s’intéressant  plus particulièrement au rôle des acteurs privés.

Ce projet de recherche se propose donc d’analyser des dynamiques d’acteurs du développement culturel et urbain en se focalisant sur les acteurs privés prenant part au développement culturel du territoire. Nous prendrons pour terrain d’étude une métropole en mutation à la frontière de l’Europe ayant gagné le titre très convoité de « Capitale européenne de la culture 2010» : Istanbul. Cette ville est également choisie pour ses ressemblances géographiques et urbaines avec d’autres villes qui ont accueilli – ou accueilleront – des manifestations culturelles d’envergure internationale, comme Barcelone et son Forum universel des Cultures en 2004, comme Marseille future capitale européenne de la culture en 2013, et d’autres actuellement en compétition pour le même titre en Espagne en 2016, telle Tarragone. Toutes ces villes ont pour point commun de posséder un front de mer sur la Méditerranée, des friches industrielles à réinvestir, une économie tertiaire en développement, ainsi qu’un vivier culturel (privé et public) important.

Une préoccupation importante des acteurs publics et privés des territoires est celle de la question de la durabilité du développement – économique, social, culturel, urbain – qu’ils cherchent à insuffler, ce pour des raisons diverses selon le statut de ces acteurs et leur rapport à la puissance publique.

Avant de mesurer ce développement et son degré de « durabilité », nous nous demanderons si les définitions existantes du développement prennent en compte la question culturelle, et quelles notions (notamment celles de « paysage culturel », de « diversité culturelle », « industrie culturelle »,…) sont pertinentes et peuvent servir d’outils conceptuels à cette mesure.

Une fois défriché ce thème et identifiés les macro-événements culturels considérés comme  des instruments de coopération pour le développement local, ainsi que sur les particularités propres à Istanbul, nous étudierons quels sont les acteurs existants et les conditions dans lesquels ils évoluent : quels instruments réglementaires ou diplomatiques, quels enjeux, quelles évolutions ? Et surtout – car nous nous intéresserons aussi à des projets en cours – quels sont les conditions et les processus de prise de décision pendant ces projets.

Après exploration de l’état de la question sur les caractéristiques des projets culturels d’envergure internationale, il s’agira de donc de :

  • Situer la coopération culturelle privée et publique dans le champ de politiques libérales ;
  • repérer les textes, notions et concepts référents sur les questions de coopération culturelle internationale et de développement urbain (Agenda 21 de la culture, traité de Lisbonne, …) ;
  • contextualiser la problématique du développement culturel d’Istanbul dans son histoire politique et urbaine récente (1980-2010) ;
  • repérer et avoir des entretiens avec les protagonistes principaux de ces projets, au niveau local, international et transnational afin de discerner les spécificités de leur action et les processus de décision en œuvre ;
  • rechercher des indicateurs et une méthode (en précisant leurs caractéristiques et limites) permettant l’évaluation du ou des projets de développement culturel, et de proposer des pistes d’amélioration de la stratégie mise en œuvre dans une perspective de démocratisation des processus.

Objectifs :

  • Définir des liens entre la culture et l’urbanisme dans les politiques de coopération pour le développement culturel ;
  • Identifier les processus de prise de décision, les conditions existantes ou nécessaires a un développement culturel et urbain ;
  • Identifier les processus clés dans l’élaboration des projets culturels prenant en compte le développement urbain ;
  • Identifier des indicateurs et des instruments de développement culturel et urbain ;
  • Préciser le cadre réglementaire et culturel européen des macro-projets étudiés ;
  • Proposer une méthodologie d’évaluation des effets urbains des projets culturels européens.

Projet professionnel :

Le projet professionnel au bout de cette recherche pourrait être résumé ainsi : être en mesure – en tant qu’organisateur d’événement, de maîtrise d’ouvrage ou encore de conseil auprès du politique et du privé – d’apporter une expertise et un pouvoir de proposition stratégique dans le cadre de ces macro-projets culturels, prenant en compte les paramètres politiques, économiques, culturels et urbains en jeu.

Hypothèses :

Les principales hypothèses de travail de cette recherche sont les suivantes :

  • Il existe un lien réciproque entre la forme urbaine et la culture spécifique d’un territoire ;
  • Les projets culturels d’échelle internationale ayant pour partie des acteurs publics cherchent à pérenniser « durablement » l’action publique, laquelle se traduit en termes urbains et en termes qualitatifs et quantitatifs de développement ;
  • Les fondations en particulier et les acteurs privés sont parfois en situation de délégation de service public, et parfois en posture de proposition vis-à-vis du politique.
  • Pour prendre en compte la culture dans le développement urbain « soutenable » il est nécessaire de redéfinir la notion de richesse(s) culturelle(s) d’un territoire ;
  • Plus que le contenu des événements sélectionnés durant les macro-projets culturels, les processus de décision et plus généralement le contexte de prise de décision sont des éléments essentiels pour garantir un développement urbain et culturel ;
  • Il est possible de donner un cadre d’évaluation des conditions de développement des projets culturels, afin d’anticiper ou du moins de prévenir leurs effets qualitatifs ou/et quantitatifs ;
  • Le concept et le cadre théorique du terme de « paysage culturel » sont une base pour développer une méthode d’évaluation du développement culturel, dans la mesure où il prend en compte la culture, l’économie et l’urbain.

Méthodologie :

Dans sa globalité, la méthodologie de ce projet correspond à un travail de définitions itératives qui, depuis des concepts généraux (« développement », « réhabilitation », « richesse », « diversité culturelle », « durabilité »…) aborde progressivement la question des instruments pratiques pour arriver à prendre en compte les effets urbanistiques des projets culturels.

Il s’agit ici de tenter une approche ouverte, interdisciplinaire, pour comprendre comment le partage de certains concepts débouche sur des règlements et des processus, et comment rétroactivement les objectifs de ces règlements et processus ont des effets sur l’urbain. Cette approche est essentielle car nous tenterons de tracer ici des filiations entre philosophie, droit, urbanisme et évaluation socio-économique.  

Plus précisément, la méthodologie de recherche qui sera suivie durant cette thèse se décompose ainsi :

  • Définir un cadre théorique de réflexion et d’analyse, prenant en compte l’évolution historique des concepts utilisés, afin de préciser les liens entre politiques, culture et développement ;
  • Discerner à la fois dans le corpus bibliographique et parmi les projets culturels propres à chaque ville de référence les points de comparaison pertinents afin de préciser l’angle de recherche comparatiste ;
  • Définition du contexte historique et politique en jeu des projets culturels étudiés, au niveau global et au niveau local ;
  • Définir le cadre réglementaire des projets culturels étudiés ;
  • Etudier les processus de décision tout en identifiant les différents acteurs ;
  • Identifier des indicateurs tout à la fois pertinents dans le champ culturel et dans le champ urbain ;
  • En accord avec le cadre théorique précédent, élaborer un modèle général d’évaluation des projets culturels ;
  • Eprouver les limites de ce modèle en l’appliquant à un exemple particulier de projet culturel.

Résultats attendus :

  • Des indicateurs culturels comme autant d’éléments d’évaluation des projets culturels européens, permettant d’identifier les effets urbains induits ;
  • Une analyse critique et des recommandations pour des projets culturels futurs ;
  • Une liste de recommandations et de bonnes pratiques à destination des acteurs des projets culturels européens (acteurs privés et fondations en particulier), visant une continuité de l’action privée avec l’action publique.

Etat des savoirs :

Ce travail se propose de croiser plusieurs thèmes : urbanisme, politique culturelle, développement durable, méthodologie d’évaluation de projets. De ce fait les sources bibliographiques sont multiples :

Sources primaires :

  • Textes de règlementation internationale, communautaire et nationale sur la culture et le développement : ICOMOS, PNUD, Union Européenne, gouvernements, régions et intercommunalités ;
  • Publications des statistiques culturelles dans les pays et régions étudiées ;
  • Documents publics publiés par les différents acteurs des projets culturels étudiés ;
  • Méthodes de construction de projet culturel publiées par les institutions parapubliques ;

Sources secondaires :

  • Philosophie et sociologie traitant des notions d’ « événement », de « culture », « territoire », « durabilité », « développement », « paysage culturel », « diversité culturelle », « indicateurs culturels » ;
  • Articles de presse traitant des effets ou du contexte politique et culturel des projets culturels étudiés ;
  • Publications scientifiques et thèses traitant des exemples étudiés ;
  • Entretiens avec les acteurs impliqués dans les projets culturels étudiés ;

Aide à la structuration du travail de recherche :

  • Thèses doctorales traitant des notions abordées ;
  • Bibliothèques universitaires de l’IFEA (Istanbul), l’UPC (Barcelone), de l’EHESS (Paris), de l’Observatoire des Politiques Culturelles (Grenoble) ;

On pourra également identifier diverses sources sur le thème de la culture et du développement territorial, à Barcelone ou à Paris :

  • Villes et gouvernement Locaux Unis, Barcelone ;
  • Archives municipales d’Istanbul, Barcelone et Marseille ;
  • Le Centre de la Culture Contemporaine de Barcelone ;
  • La Maison de l’Europe, Paris ;
  • Relais Culture Europe, Paris.