Réseaux, Territoires, Milieux associés. Jeu théorique entre combinatoires et interrelations.

En revenant du colloque CIST ,   ayant vu tant de personnes parler de « territoire » depuis autant de disciplines scientifiques différentes, plusieurs questions et commentaires se bousculaient : quels points communs avaient toutes ces définitions du territoire ? Où y avait-il des ponts entre les disciplines ? Bref, comment puis-je m’approprier ces interventions ?
.
J’ai retenu plusieurs hypothèses théoriques (restant à vérifier) qui me semblent récurrentes dès qu’il est question de territoire. Voici donc une petite réflexion théorique – sous la forme d’un jeu assez basique de mathématiques combinatoires – dont les hypothèses sont les suivantes :
  • Un territoire est lié à un réseau, lui-même relié à un « milieu associé » (B. Stiegler).
  • Un territoire peut être :
    • ouvert, fermé ou poreux. (Géographie humaine)
  • Un territoire peut se combiner de 5 manières avec un autre au sein d’un réseau :
    • inclusion 1, inclusion 2, exclusion, partage, superposition parfaite. (Géographie humain ou industrielle)
  • Un réseau peut se situer de 3 manières par rapport à un milieu associé :
    • dehors, dedans ou à cheval. (extrapolation des thèses de B. Stiegler)
  • Un réseau peut se combiner de 3 manières avec un autre :
    • exclusion, partage avec un ou plusieurs territoires communs, partage sans territoire commun. (Sciences de la communication et Géographie)
La question que je me posais au départ était somme toute assez simple : si on accepte ce jeu d’hypothèses, peut-on compter le nombre de combinaisons possibles entre Territoire, Réseau et Milieu associé ? 
Conclusion :
La dimension un peu abstraite de l’exercice et le risque d’avoir commis quelques approximations logiques mis à part, on voit vite que le nombre de combinaisons possibles explose dès que le nombre des territoires et des réseaux étudiés augmente ne serait-ce qu’un peu.
Ma conclusion -temporaire – serait donc qu’en géographie définir un par un les territoires que l’on étudie n’est pas suffisant. Dans l’hypothèse où un territoire est composite, qu’il s’insère dans un milieu et un réseau, qu’il peut être ouvert, fermé ou poreux, etc… le nombre de combinaisons ou d’arrangements entre les différentes parties peut rapidement devenir trop grand pour permettre de tirer des conclusions scientifiques solides.
A la définition précise des caractéristiques de chaque territoire il semble alors essentiel d’ajouter une analyse terme à terme des liens entre chacun des éléments étudiés (dont le nombre Ima, slide 3, reste plus limité), c’est-à-dire effectuer une analyse relationnelle,  complémentaire à l’analyse de terrain, afin d’approcher au plus près la réalité du fait étudié.