Representation of media groups. Looking for inspiration…

As I’d like to make a representation of the media groups in Turkey I looked for some works previously done on this kind of topic. Those two graphs found on the web illustrate the links between audiovisual and press production in one hand, and the media groups in another hand. Those representations are very helpful to give an idea of the complexity of media sector and of the interelations between finance, media groups, producers, technicians, and so on… 

Financial links between cinéma et media groups in 2010 (source CNC). Click to download the complete pdf
Media groups in France in 2004. (source : internet). Click to dowload the complete pdf file

See also the Pierre Carles documentaries on media groups in France, particularly on TF1 channel : « Fin de concession » (2010), « Pas vu, pas pris » (1998), « Enfin pris? » (2003)

Bonus : 

Photogram of the Pierre Carles documentary, « Fin de concession » (2010). Extract of a printed interview of Patrick Le Lay, TF1 CEO.

My translation to english of the quote in pink (from « Les dirigeants face au changement. Baromètre 2004 »):

« […] let’s be realistic : the basis of TF1 job, is to help Coca-Cola, for instance, to sell its product. But to make the advertisement message perceived, the brain of the spectator has to be available. The vocation of our broadcasts is to make it available, so to say entertain it, to relax it to prepare it between two messages. What we sell to Coca-Cola is available brain time. […] »

« La culture, plus on la consomme, plus on a envie d’en consommer » – Le Monde.fr

« Françoise Benhamou est l’une des spécialistes mondiales de l’économie de la culture. Pour Le Monde.fr, elle revient en détails sur les différents concepts économiques évoqués dans la parabole des Tuileries.

Lors d’une intervention en octobre 2010 à Savigny-sur-Orge (Essonne), Nicolas Sarkozy a dit : « Quand on va au théâtre ou au concert étant jeune, on y va toute sa vie. Quand on créé l’habitude, quand on a créé le désir, on le décline sa vie durant. » Est-ce là une remarque qu’un économiste pourrait reprendre à son compte ?

Tout à fait. Quand les économistes ont commencé à réfléchir sur les consommations culturelles, ils ont fait le parallèle avec la drogue. On n’assouvit pas son désir d’héroïne en la consommant. Au contraire, le désir ne fait qu’augmenter à chaque dose. C’est à peu près la même chose avec la culture : plus on la consomme, plus on aime ça, et plus on a envie d’en consommer. En économie, on dit que l’utilité marginale de l’héroïne, comme celle des biens culturels, est croissante. Mais, de la même façon qu’il faut prendre une première dose d’héroïne pour avoir envie d’en prendre une seconde, il faut recevoir une première « dose » de culture pour, peu à peu, y prendre goût. C’est en partie ce qui justifie l’investissement public dans l’éducation culturelle : l’Etat cherche à créer chez les citoyens les moyens de développer leur goût pour la culture.

Dans les ouvrages spécialisés, on lit souvent que la consommation de biens culturels génère des « externalités positives » qui justifient les subventions publiques. Qu’entendent par là les économistes ?

L’idée d’externalité positive est assez simple. Prenons l’exemple du théâtre. Lorsque vous allez voir une pièce, vous en retirez une certaine satisfaction, qu’on appelle aussi utilité. Mettons qu’elle soit égale à 100. Les économistes expliquent que l’utilité totale créée par le fait que vous alliez au théâtre est en réalité supérieure à 100. Pourquoi ? Parce que vous allez peut-être parler de cette pièce avec des collègues, ou simplement être plus productif au travail grâce au plaisir que vous avez ressenti. En bref, vous serez un meilleur citoyen et cela va profiter à la société. Cet effet supplémentaire de votre consommation est une externalité positive. Mais en tant que consommateur, vous n’êtes prêt à payer que pour votre propre satisfaction, et non en fonction de la satisfaction que vous apportez à la collectivité. Il revient donc à l’Etat de subventionner la différence entre l’une et l’autre. Dans le cas contraire, le marché qui, laissé libre, ne peut subvenir qu’à la somme des demandes individuelles, produira moins de pièces de théâtre que ce dont la société a besoin.

Beaucoup d’études économiques justifient l’investissement culturel par l’idée que celui-ci a un effet multiplicateur, c’est à dire qu’il génère des retombées économiques supérieures aux sommes investies. Que pensez-vous de cet argument ?

L’effet multiplicateur de l’investissement culturel existe, mais il est souvent grossi, caricaturé et instrumentalisé, en particulier par des porteurs de projets : ils cherchent un financement, et s’adressent aux collectivités territoriales en arguant des retombées économiques de leur projet. Le plus souvent, les retombées sont surtout qualitatives. Personne ne remettra en cause, par exemple, que le musée Guggenheim de Bilbao a donné une excellente image à la ville. Mais ces aspects qualitatifs étant difficiles à mesurer, il arrive que le côté quantitatif soit volontairement exagéré.

L’investissement culturel ne produit donc pas nécessairement que des effets positifs.

Il peut même avoir des effets décevants ou ambivalents. Prenons l’exemple de villes italiennes muséifiées, telles que Rome ou Lucca. Les investissements massifs qui ont servi à les mettre en valeur ont certes profité aux visiteurs – qui peuvent à présent marcher dans des rues interdites à la circulation automobile –, ainsi qu’aux commerçants locaux. Mais ils ont aussi entraîné une hausse systématique des prix. Les populations moins fortunées ont dû quitter les centres villes pour habiter en périphérie, dans de grands ensembles souvent construits à la hâte. Les banlieues se sont enlaidies, et la qualité de vie de leurs habitants s’est dégradée. Donc, ce qu’on a fait de positif pour ces villes, on l’a en quelque sorte fait payer à leurs contours.

Propos recueillis par David Castello-Lopes

Source : Le Monde

Rapports : Culture et Territoires en Ile-de-France

 

Liste complète des rapports de recherche : 

Sélection personnelle : 

  • « L’Île-de-France, quel(s) territoire(s) de tournage, pour quels enjeux ? « 
    Gwenaële ROT, maître de conférences en sociologie, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, laboratoire IDHE UMR 85 33 CNRS
    (Lien)
  • « Cinéma et audiovisuel en Île-de-France : le nord et l’est parisien. Effets locaux d’activités à rayonnement global. »
    Sociologues et Ethnologues Associés Europe (SEA-Europe), Hervé THOMAS.
    (Lien)
  • « Le développement de l’Île de France par la création de districts culturels ».
    Xavier GREFFE, CNRS, centre d’économie de la Sorbonne. Septembre 2008
    (Lien)
  • « Territorialisation de projets culturels en Île-de-France. Propositions pour un modèle d’analyse complexe » .
    Fabrice RAFFIN, SEA Europe. Février 2008
    (Lien)
  • « Paris, métropole créative. Clusters, milieux d’innovation et industries culturelles en Île-de-France »
    Amanda BRANDELLERO (Université d’Amsterdam, AMIDST), Pierric CALENGE (Université Paris-1, CRIA), Claire DAVOULT (Université Paris-Est, LATTS), Ludovic HALBERT (Université Paris-Est, LATTS, École des Ponts), Ulrike WAELLISCH (Université de Loughborough, GAWC). Novembre 2008
    (Lien

« Croissance et environnement culturel » – conférences

« L’association Diversum, sous le de patronage de l’Unesco, organise le premier forum international de l’économie mauve sur le thème Croissance et environnement culturel, du 11 au 13 octobre, à Paris.

L’économie mauve peut être présentée comme une alliance entre culture et économie. Elle prend en compte les enjeux culturels, pour faire de l’économie un vecteur de la richesse et de la diversité culturelle, mais aussi pour faire de l’environnement culturel un enjeu de croissance économique.

Deux enjeux sont au cœur de ce forum : un enjeu éthique et un enjeu économique.

Les journées s’articuleront entre séances plénières et ateliers, sur des sujets tels que les enjeux géopolitiques, l’attractivité des territoires, le tremplin du numérique…

Ce forum se tiendra à l’Espace Pierre Cardin, 1-3, avenue Gabriel, à Paris 8ème.

Cet événement est organisé par Diversum, une association apolitique créée en France en 2006 pour la prise en compte de l’environnement culturel dans les politiques de développement durable.

Contact : Association diversum, 23, rue de Beauvau, 78000 Versailles (+ 33 1 83 64 26 28 – contact@diversum.net ) »

Site internet : http://www.economie-mauve.org

« En fait-on trop avec les séries télé? » – France Culture / Du grain à moudre

Ecouter l’émission en cliquant sur ce lien

Invité(s) :

Benoit Lagane, producteur à France Culture
François Jost, spécialiste des médias Directeur de la revue Télévision
Thibaut de Saint-Maurice, philosophe

Source: France Culture

« Les industries créatives, encore, toujours et partout : actualités et enjeux des transformations dans les industries créatives » – OMIC / MSH Paris Nord, le 7 juin

.
Le mardi 7 juin 2011, de 9h00 à 18h00, à la Salle de conférence de la MSH Paris Nord, aura lieu une journée d’études sur  » Les industries créatives, encore, toujours et partout : actualités et enjeux des transformations dans les industries créatives « .

Lien vers la page de l’OMIC

.

Thème:

Pourquoi le thème des industries et de l’économie créatives sont-ils aussi présents sous des latitudes aussi diverses que les anciens pays industriels et les pays émergents ? Quels sont les enjeux soulevés par ces mouvements ? Faut-il prendre au sérieux ces notions et qu’apportent-elles de nouveau par rapport à des notions plus établies, celle d’industries culturelles en particulier, et par rapport également aux thématiques de la société de l’information ou de la connaissance ? Qu’est-ce qui relie les industries créatives au territoire ? De nouveaux « acteurs » et de nouvelles institutions émergent-ils ? Telles sont les questions centrales soumises à plusieurs chercheurs, étrangers et français, invités par l’équipe de l’ANR « Des théories des industries culturelles et éducatives aux théories des industries créatives ».


Programme :

  • 8h45 : accueil des participants
  • 9h : introduction par Philippe Bouquillion (professeur à l’Université Paris 8), porteur de l’ANR « Des théories des industries culturelles et éducatives aux théories des industries créatives (2009-2012) »
  • 9h15-10h15 : Philip Schlesinger (professeur à l’Université de Glasgow) : « Enjeux politiques et économie créative au Royaume-Uni »
  • 10h15-11h15 : Enrique Bustamante (professeur à l’Université Complutense de Madrid) : « Industries créatives et industries culturelles en Espagne et en Amérique Latine: répercussions sur la recherche et sur les politiques culturelles »

11h15-11h30 : Pause

  • 11h30-12h30 : Gaëtan Tremblay (professeur à l’Université du Québec à Montréal), avec Pierre Moeglin (professeur à l’Université Paris 13 ) : « Les industries culturelles face aux politiques de la créativité »
  • 12h30-13h30 : Eric Georges (professeur à l’Université du Québec à Montréal) : « Pour une critique de la notion d’industries créatives. Perspectives au Canada et sur les industries de l’information. »

13h30- 14h30 : Déjeuner à la MSH

  • 14h30-16h00 : Bernard Miège (professeur émérite à l’Université Grenoble 3 ), « Pour une recherche des traits communs et des spécificités des Industries Culturelles et des Industries Créatives: éléments méthodologiques ».
  • Débat et synthèse

16h00-16h15 : Pause

  • 16h15- 18h00 : présentation de travaux de recherches portant spécifiquement sur l’Inde (en collaboration avec le Réseau/équipe « Industries culturelles, Scènes artistiques et littéraires indiennes », coordonné par Catherine Servan-Schreiber et Raphaël Rousseleau)
  • Kristian Fiegelson (Ehess/Paris 3) et Monique Dagnaud (CNRS/EHESS) sur « Bollywood, les industries de l’image »Joël Augros (professeur à l’Université Paris 8 ) sur « une comparaison entre Bollywood/Hollywood »Bertrand Ficamos (Docteur, Bordeaux 3) sur « la convergence entre TV/Globo et Bollywood ».
Pour vous rendre à la MSH Paris Nord, cliquez ici

« Avant qu’il ne soit trop tard pour avoir des regrets…  » – Têtes de séries

« Ce week-end, Xanadu, sur Arte, a réalisé une score atterrant : 50.000 téléspectateurs. Après une première semaine décevante (250.000), c’est carrément l’hécatombe.

La veille, Signature finissait mollement sa course sur France 2, avec tout juste 2 millions de curieux. Quelques semaines plus tôt, Les Beaux Mecs, un peu plus haut (2,7 millions), raccrochaient eux aussi sans avoir véritablement emballé l’audience. Pendant ce temps-là, Joséphine ange gardien et RIS gambadaient sans trop forcer entre 6 et 7 millions de téléspectateurs sur TF1.

Constat : les séries ambitieuses, risquées, qui veulent faire avancer les choses, se ramassent. Même quand elles sauvent les meubles, elles font trois fois moins de téléspectateurs que leurs copines formatées et « grand public. » Combien de temps les chaînes continueront-elles à y mettre de l’argent ? (…) »

Source : Têtes de série

« Accro aux séries télé, c’est grave, Dr House ? » – Le Monde

« «Mad Men », « Desperate Housewives », « Dr House », « Dexter », « Les Soprano », « Six Feet Under », « Urgences », « Grey’s Anatomy », « Les Experts »… Si aucun de ces titres ne vous fait vibrer, vous pouvez tourner la page. Vous n’êtes pas accro aux séries télé comme ces quelque 90 fans qui ont répondu à un appel à témoignage lancé sur LeMonde.fr.(…)

Car le vrai fan attend rarement la diffusion de la série sur une chaîne française. Il la télécharge et la regarde le plus souvent en VO sous-titrée dès qu’elle est passée dans son pays d’origine, de préférence gratuitement. Pour Marc Zaffran, alias Martin Winckler, écrivain, médecin, passionné de séries et auteur d’un livre sur le sujet (Les Miroirs de la vie : histoires des séries américaines, Le Passage, 2005), l’attachement des fans est dû à un cocktail. Il combine « variété » – il n’y a pas un seul mais plusieurs personnages -, « continuité » – les récits se déroulent sur plusieurs années – et « surprise » – les rebondissements sont nombreux et alimentent le suspense.

« Toutes proportions gardées, les séries remplissent la fonction de narration que l’on retrouve tous les jours en parlant de ses voisins, de ses collègues ou de sa famille, explique-t-il. Les psychologues évolutionnistes estiment que la fiction sert, non seulement, à nous mettre dans des situations hypothétiques, mais qu’elle nous apprend à les résoudre. » Comme une sorte d’imitation de la vie. Baptiste, 18 ans, se reconnaît dans certaines scènes de ses deux séries préférées (« How I Met Your Mother », « The Big Bang Theory »), « ce qui, avoue-t-il, [le] fait réfléchir ».(…) »

Source: Le Monde

 

« Pop culture in Turkey pushes the nation’s buttons once again » – Hürriyet Daily News

The new TV series "Muhteşem Yüzyıl" (Magnificent Century) depicts the imperial life of Süleyman the Magnificent, the longest-reigning Ottoman sultan. (Source : Hürriyet)

« Pop culture continues to bring out the nation’s sensitivities, or, more likely, insecurities. Controversy is sparked by a TV series showing Sultan Süleyman courting women in the harem rather than conquering the known world, and by a comic book showing a young Atatürk beaten by his superior in the military. Both are accused of tarnishing Turkey’s history. But when it comes to the ultra-nationalistic, ultra-violent movie ‘Valley of the Wolves: Palestine,’ there’s no reaction

Turkey is the best country in the world, Turkish history is solely an epic collection of glorious victories and Turks are the greatest people to have ever graced the earth. If these are the messages in your film, TV show or comic book, you are good to go.

But if, by any chance, that same work is seen as tarnishing the image or history of Turkey, you are likely to find an army of sensitive citizens, fanatic ideologues and statesmen (and stateswomen) more than happy to lynch you.

Pop culture tested the limits of national sensitivities in January, with a TV series, a film and a comic book roiling the waters of a nation insecure, intolerant and, at times, paranoid about its identity and how it is perceived by others.

Ironically, the most violent and discriminatory of these three new releases turned out to be the one nobody really found it necessary to make a fuss about. The blockbuster “Valley of the Wolves: Palestine” did not seem to hit a nerve. Killing dozens of onscreen Palestinians and Israelis apparently isn’t much of a problem as long as it is done for the purposes of revenge on behalf of all Turks.

The “Valley of the Wolves” franchise – including, so far, three seasons of a TV series and subsequent films – has been, more than anything else, an unabashed exploitation of Turkey’s sensitivities, or, more likely, insecurities, in the new world order of a new millennium. Its leading character, a rogue nationalist hero, is above the law and establishes his own sense of justice in the name of patriotism. Short and stocky like Jack Bauer of “24,” and a troubled sociopath like Rambo, Polat Alemdar became an instant role model for many young men in Turkey. He fed on their frustrations with being stuck in a limbo between middle class and lower class, between city and rural and between modernity and tradition.

The recently released film cashes in on last year’s Israeli commando attack on the Mavi Marmara, the Turkish aid ship carrying pro-Palestinian activists to the Gaza Strip in a trip that ended with the death of eight Turks and one American of Turkish descent on board. The words “cash in” pretty much summarize the sentiments, as the Mavi Marmara-related scene at the beginning of the movie doesn’t tie with the rest of the story, giving the impression that it was tacked on to exploit the death of nine people.[…] »

Source : Hürriyet Daily News