« La culture, plus on la consomme, plus on a envie d’en consommer » – Le Monde.fr

« Françoise Benhamou est l’une des spécialistes mondiales de l’économie de la culture. Pour Le Monde.fr, elle revient en détails sur les différents concepts économiques évoqués dans la parabole des Tuileries.

Lors d’une intervention en octobre 2010 à Savigny-sur-Orge (Essonne), Nicolas Sarkozy a dit : « Quand on va au théâtre ou au concert étant jeune, on y va toute sa vie. Quand on créé l’habitude, quand on a créé le désir, on le décline sa vie durant. » Est-ce là une remarque qu’un économiste pourrait reprendre à son compte ?

Tout à fait. Quand les économistes ont commencé à réfléchir sur les consommations culturelles, ils ont fait le parallèle avec la drogue. On n’assouvit pas son désir d’héroïne en la consommant. Au contraire, le désir ne fait qu’augmenter à chaque dose. C’est à peu près la même chose avec la culture : plus on la consomme, plus on aime ça, et plus on a envie d’en consommer. En économie, on dit que l’utilité marginale de l’héroïne, comme celle des biens culturels, est croissante. Mais, de la même façon qu’il faut prendre une première dose d’héroïne pour avoir envie d’en prendre une seconde, il faut recevoir une première « dose » de culture pour, peu à peu, y prendre goût. C’est en partie ce qui justifie l’investissement public dans l’éducation culturelle : l’Etat cherche à créer chez les citoyens les moyens de développer leur goût pour la culture.

Dans les ouvrages spécialisés, on lit souvent que la consommation de biens culturels génère des « externalités positives » qui justifient les subventions publiques. Qu’entendent par là les économistes ?

L’idée d’externalité positive est assez simple. Prenons l’exemple du théâtre. Lorsque vous allez voir une pièce, vous en retirez une certaine satisfaction, qu’on appelle aussi utilité. Mettons qu’elle soit égale à 100. Les économistes expliquent que l’utilité totale créée par le fait que vous alliez au théâtre est en réalité supérieure à 100. Pourquoi ? Parce que vous allez peut-être parler de cette pièce avec des collègues, ou simplement être plus productif au travail grâce au plaisir que vous avez ressenti. En bref, vous serez un meilleur citoyen et cela va profiter à la société. Cet effet supplémentaire de votre consommation est une externalité positive. Mais en tant que consommateur, vous n’êtes prêt à payer que pour votre propre satisfaction, et non en fonction de la satisfaction que vous apportez à la collectivité. Il revient donc à l’Etat de subventionner la différence entre l’une et l’autre. Dans le cas contraire, le marché qui, laissé libre, ne peut subvenir qu’à la somme des demandes individuelles, produira moins de pièces de théâtre que ce dont la société a besoin.

Beaucoup d’études économiques justifient l’investissement culturel par l’idée que celui-ci a un effet multiplicateur, c’est à dire qu’il génère des retombées économiques supérieures aux sommes investies. Que pensez-vous de cet argument ?

L’effet multiplicateur de l’investissement culturel existe, mais il est souvent grossi, caricaturé et instrumentalisé, en particulier par des porteurs de projets : ils cherchent un financement, et s’adressent aux collectivités territoriales en arguant des retombées économiques de leur projet. Le plus souvent, les retombées sont surtout qualitatives. Personne ne remettra en cause, par exemple, que le musée Guggenheim de Bilbao a donné une excellente image à la ville. Mais ces aspects qualitatifs étant difficiles à mesurer, il arrive que le côté quantitatif soit volontairement exagéré.

L’investissement culturel ne produit donc pas nécessairement que des effets positifs.

Il peut même avoir des effets décevants ou ambivalents. Prenons l’exemple de villes italiennes muséifiées, telles que Rome ou Lucca. Les investissements massifs qui ont servi à les mettre en valeur ont certes profité aux visiteurs – qui peuvent à présent marcher dans des rues interdites à la circulation automobile –, ainsi qu’aux commerçants locaux. Mais ils ont aussi entraîné une hausse systématique des prix. Les populations moins fortunées ont dû quitter les centres villes pour habiter en périphérie, dans de grands ensembles souvent construits à la hâte. Les banlieues se sont enlaidies, et la qualité de vie de leurs habitants s’est dégradée. Donc, ce qu’on a fait de positif pour ces villes, on l’a en quelque sorte fait payer à leurs contours.

Propos recueillis par David Castello-Lopes

Source : Le Monde

« Big Data : est-ce que le déluge de données va rendre la méthode scientifique obsolète ? » – Le Monde/InternetActu

Illustration: Marian Bantjes pour Wired

Extrait : « Nous voici entré dans l’ère des Big Data des ensembles de données tellement gigantesques qu’ils nécessitent de nouveaux outils techniques et scientifiques pour les comprendre et en tirer du sens. Un déluge de données qui pose des questions profondes sur leur collecte, leur interprétation, leur analyse… Dans ce siècle des réseaux, la science des algorithmes, censée extraire le sens de ces amas d’information doit apprendre à comprendre ce qu’elle analyse. L’enjeu des Big Data nous adresse des questions scientifiques, mais aussi politiques et éthiques. Les Big Data, c’est le dossier de la semaine d’InternetActu qui commence par un retour sur un article fondateur de 2008 qui posait les bases de la révolution à venir.

Il y a soixante ans, les ordinateurs ont rendu l’information lisible. Il y a vingt ans, l’internet l’a rendu accessible. (…) Selon Chris Anderson, nous sommes à la fin de la science, de la science telle que nous la connaissons. « À l’échelle du pétaoctet, l’information n’est pas une question de simples dimensions en matière de taxonomie et d’ordre, mais de statistiques agnostiques en termes de dimensions. Cela nécessite une approche totalement différente, qui nous oblige à concevoir la donnée comme quelque chose qui ne peut être visualisée dans sa totalité. (…) » 

Source : Le Monde 

Voir aussi le dossier dans Wired

 

 

 

 

« La série télé, ce n’est pas de la littérature » – Le Monde

« Samedi 28 mai, aux Subsistances à Lyon, dans le cadre des Assises internationales du roman, organisées par Le Monde et la villa Gillet, la parole était donnée pour la première fois aux séries télévisées et à leurs concepteurs : l’écrivain Richard Russo, les scénaristes Eric Overmyer et Sarah Treem étaient interviewés par les journalistes Robert Polito et Nils C. Ahl.

Depuis vingt ans, l’avènement des chaînes cablées et notamment d’HBO aux Etats-Unis a provoqué une révolution dans l’offre des séries télés. Oui, ils le reconnaissent volontiers, l’un après l’autre : « la fiction télévisuelle vit un âge d’or ». L’expression est de Richard Russo, romancier et scénariste, prix Pulitzer en 2002 pour Le Déclin de l’empire Whithing. Pourtant, Eric Overmyer, co-créateaur de Treme, scénariste des deux dernières saisons de Sur Ecoute, se demande ce qu’il fait aux Assises du roman : « la série n’est pas de la littérature ». Ou encore : « l’auteur de série n’existe pas, il n’est jamais qu’un co-auteur parmi d’autres ». Avec un sourire, il renchérit : « la maquilleuse, la costumière, le directeur des programmes de la chaîne est au moins autant un auteur ».

Tous sont pourtant des écrivains à l’origine. Comme Eric Overmyer, Sarah Treem, scénariste de En Analyse est dramaturge. A la télévision, il s’agit bel et bien d’écrire, mais de manière différente : « on ne dit pas les mêmes choses ». Richard Russo ajoute : « quand j’écris un roman, la moindre description est un enjeu, un défi. Quand il s’agit d’un film ou d’une série, je m’en moque, le spectateur voit sans qu’on ait besoin de lui raconter ». En riant, il revient sur la dimension collective de ce genre d’exercice : « j’ai passé vingt ans à écrire tout seul, c’est plutôt agréable de travailler en groupe maintenant(…)« .

Source : Le Monde

« Accro aux séries télé, c’est grave, Dr House ? » – Le Monde

« «Mad Men », « Desperate Housewives », « Dr House », « Dexter », « Les Soprano », « Six Feet Under », « Urgences », « Grey’s Anatomy », « Les Experts »… Si aucun de ces titres ne vous fait vibrer, vous pouvez tourner la page. Vous n’êtes pas accro aux séries télé comme ces quelque 90 fans qui ont répondu à un appel à témoignage lancé sur LeMonde.fr.(…)

Car le vrai fan attend rarement la diffusion de la série sur une chaîne française. Il la télécharge et la regarde le plus souvent en VO sous-titrée dès qu’elle est passée dans son pays d’origine, de préférence gratuitement. Pour Marc Zaffran, alias Martin Winckler, écrivain, médecin, passionné de séries et auteur d’un livre sur le sujet (Les Miroirs de la vie : histoires des séries américaines, Le Passage, 2005), l’attachement des fans est dû à un cocktail. Il combine « variété » – il n’y a pas un seul mais plusieurs personnages -, « continuité » – les récits se déroulent sur plusieurs années – et « surprise » – les rebondissements sont nombreux et alimentent le suspense.

« Toutes proportions gardées, les séries remplissent la fonction de narration que l’on retrouve tous les jours en parlant de ses voisins, de ses collègues ou de sa famille, explique-t-il. Les psychologues évolutionnistes estiment que la fiction sert, non seulement, à nous mettre dans des situations hypothétiques, mais qu’elle nous apprend à les résoudre. » Comme une sorte d’imitation de la vie. Baptiste, 18 ans, se reconnaît dans certaines scènes de ses deux séries préférées (« How I Met Your Mother », « The Big Bang Theory »), « ce qui, avoue-t-il, [le] fait réfléchir ».(…) »

Source: Le Monde

 

« Pourquoi les séries télévisées envahissent-elles tous les écrans ?  » – Le Monde

« Parce qu’elles captivent chaque semaine les téléspectateurs et les fidélisent, parce qu’elles permettent aux chaînes d’échapper à des audiences erratiques et de compresser les coûts de production, les séries télévisées constituent aujourd’hui le genre majeur à la télévision. Le plus plébiscité et le plus propre au médium.

Un phénomène culturel mondialisé

Ces programmes confèrent au petit écran, longtemps traité de robinet à images, une légitimité culturelle qui lui faisait défaut. Or, paradoxe, ces mêmes séries contribuent à en abolir les frontières en s’émancipant de leur lieu d’origine. Si elles sont nées avec le petit écran, les séries sont devenues un phénomène culturel mondialisé, un laboratoire où s’inventent de nouvelles formes de narration, depuis vingt ans, soit la période au cours de laquelle les canaux de diffusion se sont multipliés.

D’abord propulsées par la généralisation des DVD qui permettaient d’enchaîner les épisodes, elles prospèrent grâce au Web, qui répond au besoin d’échanges et d’urgence créés par l’addiction. D’autant que cette migration, contrairement au cinéma, n’entraîne pas un sentiment de déperdition, comme c’est le cas lorsqu’on passe du grand au petit écran.(…) »

Source : Le Monde

 

« La loi des séries américaines » – Le Monde

« Quelle situation atypique que celle de la fiction télévisée en France ! Dans une étude portant sur 2009 et publiée en novembre, « La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens », le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) révèle qu’en Europe, seule la France compte quatre séries venues des Etats-Unis parmi ses cinq meilleures audiences. L’Allemagne, l’Espagne, l’Italie et le Royaume-Uni placent au contraire leurs propres fictions en tête des audiences du genre.

Certes, en Espagne, les séries américaines font presque jeu égal avec les fictions nationales, mais les deux plus fortes audiences de 2009 sont dues à des téléfilms espagnols. En Allemagne et en Italie, on retrouve la première série américaine respectivement en 10e et 17e places des meilleures audiences de fiction. Et au Royaume-Uni à la 62e place, avec un public deux à trois fois moindre que pour les fictions britanniques(…) »

Source: Le Monde

« Pourquoi les séries télévisées envahissent-elles tous les écrans ? » – Le Monde

Par  Macha Séry

« En quinze ans, les séries télévisées sont devenues une addiction planétaire, le genre majeur de la télévision. Des collégiens aux cinéastes tels Jean-Luc Godard fan de « Docteur House », des mères au foyer aux universitaires, elles captivent tout le monde.

Même les plus réfractaires à la télévision, ceux qui ne la possèdent pas, ceux qui la qualifiaient avec mépris de « robinet à images », se sont découvert un appétit pour ce type de programmes.

De fait, les séries ont conféré au petit écran la légitimité intellectuelle qui lui faisait défaut. En moins de cinq ans, elles ont fait leur entrée à l’université où elles sont désormais étudiées et disséquées par des professeurs de diverses disciplines. Cet engouement a été impulsé par le renouveau des séries américaines, des créations plus percutantes, ou jouant de cette longue durée que seul permet le feuilleton pour bâtir des fresques historiques et des peintures sociales riches en détail et en ambigüité psychologique. En somme des méga-films.

DES PAYS ÉMERGENT SUR LE MARCHÉ MONDIAL

Cette hégémonie toujours puissante des productions anglo-saxonnes dissimule le fait que, peu à peu, des pays émergent sur le marché mondial. Tel est, par exemple, le cas des pays scandinaves, de la Grande-Bretagne, d’Israël, du Brésil et de l’Italie qui, aujourd’hui produisent des œuvres de qualité qui s’exportent bien.

En France, les chaînes de télévision ont progressivement réduit les cases dévolues jadis au cinéma et privilégient désormais la fiction sérielle au téléfilm. Cette culture populaire et mondialisée – une même série peut être diffusée simultanément dans 120 pays comme ce fut le cas, en novembre, de « Walking Dead » – essaime sur tous les écrans.

On les trouve à la télévision, évidemment, sur le téléphone portable mais surtout l’ordinateur, le Web étant le lieu d’échanges et de consommation massive des séries télévisées davantage piratées que le cinéma. »

Source : Le Monde

« La série turque qui sème la zizanie dans les couples » – Le Monde Diplomatique

« Durant le mois de ramadan, les séries télévisées occupent une place centrale dans le monde arabe. Le soir, au dîner de rupture du jeûne, la famille se réunit autour du repas et du petit écran. Dans les années 1990, les séries syriennes ont remplacé les sempiternels feuilletons égyptiens. Mais, aujourd’hui, c’est une production turque qui sème la zizanie dans les couples et pose la question du droit des femmes.

« Nour suscite divorces et tensions au sein des couples dans le monde arabe » ; « Mohannad, l’homme dont rêvent les femmes, crée des problèmes sans frontières ! »… Jour après jour, les médias se font l’écho du phénomène « Nour ». Cette série turque aurait pu n’être qu’un énième feuilleton dans le flot déversé par les chaînes satellitaires arabes. Mais voilà : « Nour » a débordé du petit écran pour devenir un phénomène de société. Certains oseraient presque parler de mouvement social…

Petits et grands, hommes et (surtout) femmes ne rateraient pour rien au monde les tribulations du couple formé par Nour et Mohannad. La série éclipse même la politique dans les discussions quotidiennes. Selon le propriétaire de la chaîne MBC, M. Walid Al-Ibrahim, qui la diffuse à travers le monde arabe, rien qu’en Arabie saoudite, pays de vingt-huit millions d’habitants, elle a attiré chaque jour trois à quatre millions de téléspectateurs.

Suite à la mort accidentelle de sa petite amie Nihal, Mohannad plonge dans une grave dépression. Son grand-père Fekri Bek décide alors de le marier à Nour, une jeune femme de la campagne que Mohannad avait aimée dans son enfance. Le couple est entraîné dans un tourbillon d’événements épiques : enlèvements, emprisonnements, tentatives d’assassinat… Ce scénario assez convenu, qui lui a d’ailleurs valu de faibles audiences en Turquie lors de sa diffusion en 2005, amène à s’interroger sur les raisons d’un tel succès dans les sociétés arabes.

L’explication tient en trois éléments : « Al-Atf wa al romansiyya wa Muhannad » (« Sentiment, romance et Mohannad »). Au-delà des ingrédients habituels de ce genre de feuilleton, la surprise vient en effet de celui qu’on appelle déjà le « Brad Pitt du monde arabe » : Kivanç Tatlitug, désormais plus connu sous le nom de Mohannad, mannequin de 24 ans que la série a révélé en tant qu’acteur et promu idole du monde arabe. » […]

Source : Le Monde Diplomatique