« Oh séries chéries! » – HS Les Inrocks

Texte de présentation du Hors-série des Inrocks « Oh séries chéries »  par Olivier Joyard : 

« Il y a eu le cinéma (“Tout le monde a deux métiers : le sien et critique de cinéma”, écrivait Truffaut), puis le foot (“La France compte cinquante millions de sélectionneurs”, se plaignaient Michel Hidalgo et consorts), il y a désormais les séries télé. Depuis dix ans, les anciens feuilletons du dimanche après-midi ont pris la dimension d’un phénomène culturel massif en même temps qu’ils gagnaient en maturité et en diversité. De chaque côté de l’écran, une révélation a eu lieu.

Les séries, invention du XXIe siècle ? Pas vraiment, mais leur perception et leur réalité ont changé. La sériephilie, petite soeur contemporaine de la cinéphilie, fait office de mot de passe générationnel. Les plateformes de streaming sont les nouvelles cinémathèques. De grandes oeuvres sont nées, de The Wire à Friday Night Lights ; il est du dernier chic de passer ses nuits devant l’intégrale A la Maison Blanche ou la saison 1 du Trône de fer ; les colloques universitaires s’épanchent sur la question du genre à travers Glee ou Buffy ; et personne ou presque n’ignore que Don Draper est un garçon compliqué.

L’amour des séries s’incarne sous des formes futiles ou profondes, sentimentales ou intellectuelles. C’est ce spectre inédit, large et organique, que Les Inrocks traversent à l’occasion de ce hors-série. Nous aimons les séries pour la grandeur ou la bêtise d’un personnage, pour la ritournelle d’un générique devenu madeleine (voir notre CD en supplément, qui convoque Angelo Badalamenti ou Lalo Schifrin), pour l’ampleur romanesque d’un récit, ou simplement pour le plaisir de revoir les mêmes visages entrer dans nos vies à répétition. On y découvre de nouveaux continents de fiction, pas seulement anglais ou californiens. On y croise des auteurs tout-puissants, à la liberté créative sans équivalent dans l’entertainment d’aujourd’hui. Pour les meilleures, de The Good Wife à Treme, les motifs sociaux et politiques viennent perturber l’ordonnancement tranquille des épisodes. Les séries déploient un monde de fétiches et d’idées neuves pour spectateurs contemporains jamais rassasiés. Elles supposent aussi un travail acharné dont la France n’a toujours pas trouvé la clef. Le témoignage exceptionnel du scénariste de Prime Suspect, John McNamara, nous plonge dans le quotidien d’une industrie US réactive et organisée pour faire face à l’imprévu. Malgré Engrenages et quelques autres, difficile de trouver une série d’ici vraiment aboutie. Les méthodes de travail américaines, souvent citées en exemple, ne sont pas simples à importer. 

Elles supposent une révolution culturelle qui n’est peut-être pas la solution. Les copies de bonnes séries seront toujours des copies. Dans l’entretien qu’il nous a accordé, l’écrivain Tristan Garcia, grand amateur du genre, diagnostique la fin de l’âge d’or des années 2000, symbolisé par des sommets comme Lost ou Six Feet Under, et l’arrivée des “séries conscientes”, potentiellement prétentieuses et maniéristes. On peut à la fois être d’accord avec lui et considérer que l’époque reste propice à l’émerveillement, même prudent. Les grandes séries continuent d’arriver chaque saison. Opportunité rare, l’histoire du genre se construit désormais en direct pour chacun de nous, et elle est passionnante. L’arrivée massive sur le petit écran des cinéastes, de Gus Van Sant, Martin Scorsese à David Fincher, sans oublier le retour du pionnier Michael Mann, marque un nouveau tournant. Les séries font envie même à ceux qui pensaient ne jamais en avoir envie. Ultime signe des temps. »

Olivier Joyard – Les Inrockuptibles