Geocoding tools

Here comes some webpages very usefull to geocode datas. The main purpose of it is to obtain automatically (and freely) the GPS coordinates from a list of addresses, so to be able to cross those information with quantitive or qualitative informations (demographical, financial, networks…). Once the GPS informations obtained you can use a huge range of SIG or network tools like uDig, Gephi,  QGIS, and so on…

Colloque CIST : « Fonder les sciences du territoire »

« Le colloque fondateur du GIS (Groupement d’Intérêt Scientifique) CIST (Collège International des Sciences du Territoire) a eu lieu les 23, 24 et 25 novembre 2011 à Paris (École nationale supérieure de chimie 11, rue Pierre et Marie Curie 75005). Ce colloque international a pour ambition de fonder le champ interdisciplinaire des sciences du territoire en France, en l’inscrivant dans les réseaux de recherche existant à l’étranger ».

Objectifs :

 « L’ambition du CIST est de montrer en quoi le territoire est une approche pertinente d’enjeux pluridisciplinaires tels que :

–  l’articulation entre échelons individuel et collectif (parcours individuels et mobilités collectives, questions identitaires ; pratiques spatiales et fragmentation sociale ; politiques individuelles ou territoriales…) ;

–  les nouvelles normes et régulations suscitées par la mondialisation (nouveau rôle de l’Etat et multiplication des producteurs de normes ; dépassement des régulations nationales par la montée du local et du transnational ; biens communs et gouvernance par la mobilisation multi acteurs…) ;
–  les temporalités et ruptures dans les événements sociaux, physiques ou biologiques (vulnérabilité et risques ; sécurité, durabilité et résilience ; politiques de prévention et gestion des crises ; le besoin du temps long de la planification face à l’accélération des pratiques sociales…).

La rencontre entre les disciplines prendra des formes différentes selon que l’on envisage les sciences du territoire :

(i) soit comme un savoir scientifique. Les sciences du territoire sont alors envisagées à travers un ensemble de disciplines scientifiques que l’on confronte pour comprendre, de manière minimalement harmonisée, la dimension territoriale de leurs objets propres. Le concept de territoire sera discuté afin d’en constater les acceptions et les éventuels écarts d’une discipline à l’autre, et la prise en compte de l’espace obéira à des méthodes un tant soit peu comparables. Il faudra plutôt parler des sciences du territoire comme d’une méthodologie ;

(ii) soit comme une discipline scientifique émergente. Il faudra alors en définir les concepts, les lois et les méthodes d’analyse. L’énergie des chercheurs devra se concentrer sur le concept de territoire lui-même davantage que sur des grands enjeux cognitifs (le rapport individu-collectif etc.), ou plus précisément ces derniers fourniront l’occasion d’avancer dans une meilleure connaissance de l’objet scientifique qu’est le territoire. »

http://www.gis-cist.fr/index.php/main-sections/colloque-sciences-du-territoire/objectifs-and-themes/

 

Thèmes:

  • Définir les sciences du territoire
  • L’information territoriale
  • Mobilités, identités et territoires
  • Conflits, compromis et gouvernance territoriale
  • Risques et territoires
  • Biodiversité et territoires
  • Agricultures, territoires et développement durable
  • Territoires et santé

 http://www.gis-cist.fr/index.php/main-sections/colloque-sciences-du-territoire/themes/

 

Actes du Colloque : 

Télécharger la version électronique du recueil des communications :
http://www.gis-cist.fr/CIST-Colloque-preactes.pdf

Vers une approche relationnelle des clusters medias. Coup d’œil sur la télévision à Istanbul

Les entreprises liées aux médias sur le territoire d'Istanbul / nombre d'entreprises par mahalle tous clusters confondus (quartier) (source ITO 2009) - Note de l'auteur : les holdings et chaînes de télévision indiquées sur la carte ne sont que celles diffusant des séries

En 2006, sur les 72 heures en moyenne consacrées par mois à des activités dites culturelles, un citoyen turc passait 63 heures à regarder la télévision, contre environ 30 secondes à aller à des concerts, au musée ou à d’autres performances artistiques[1]. A ce niveau de consommation,  qui demande une capacité à produire du loisir de façon industrielle, on ne peut que s’interroger sur les conditions de la production télévisuelle et leur réalité géographique.

Les thèses de David Harvey[2] et de Henri Lefebvre[3] ont déjà tissé des liens structurels entre capital, industrie et urbanisme mais se concentrent sur des territoires européens ou américains. Notre ambition est de poursuivre leur réflexion critique – ou celles d’Allen Scott[4] – pour la Turquie contemporaine, en déplaçant leur objet d’étude vers l’industrie du loisir qu’est la télévision. L’objectif modeste ici est de préparer quelques hypothèses, mais surtout de questionner les outils à disposition du chercheur en sciences sociales qui lui permettront de réfléchir à la part des logiques de marché dans les processus de production culturelle.

Cette première analyse cherche à repérer des regroupements géographiques d’activités caractéristiques de l’industrie des médias à Istanbul. Ce bref article tentera de faire une présentation synthétique des résultats de cette analyse statistique, de ses limites mais aussi des ouvertures possibles à d’autres recherches complémentaires. Ce travail – fait en partenariat avec Eda Yücesoy de l’université Sehir – s’inscrit dans le cadre de la préparation d’une thèse sur la production des industries culturelles[5] à Istanbul, prenant pour objet d’étude principal la production de feuilletons télévisés turcs et son lien à la question urbaine.

METHODE

Plusieurs études des clusters culturels d’Istanbul ont déjà été produites, particulièrement en 2010 à l’occasion du projet européen d’inventaire du patrimoine culturel d’Istanbul[6]. Cette analyse se démarque de ces recherches essentiellement par le type de méthode utilisée, l’approche relationnelle. En effet ces études se basent généralement sur des modèles et définitions pré-établis de « cluster culturel »  développés par des institutions internationales (OCDE, UE, UNCTAD… ) ciblant un secteur d’activité précis, pour ensuite étudier la forme de ces modèles sur le territoire d’Istanbul[7]. Notre approche est ici inverse : chercher des regroupements relationnels sur l’ensemble du spectre des activités liées aux médias pour se demander ensuite si des schémas récurrents existent.

On le verra, certains des résultats de cette analyse tendent à rejoindre ceux produits pour le projet d’inventaire culturel, mais les enrichissent également d’une ouverture aux questions de structures de financement privé de la production culturelle.

Comme dans toute analyse statistique, un échantillon de cas a d’abord été choisi à partir d’une base de données désagrégée, le registre 2009 de la Chambre de Commerce d’Istanbul (ITO) : 824 types d’activités pour 295.000 entreprises recensées, classées selon la codification européenne NACE[8]. Notre échantillon couvre lui 75 types d’activités différentes et compte 34.110 entreprises. Cet éventail d’activités relativement large regroupe les activités liées à la communication, à l’édition, à la création artistique, à la finance, à l’enseignement, et les activités juridiques.

La méthode utilisée pour établir nos regroupements est basée sur celle développée par le professeur Murat Güvenç[9] de l’université Sehir, et procède de plusieurs calculs itératifs : calcul de l’indice de ségrégation (co-présences) des différentes activités en fonction de leur emplacement géographique[10] (semt), calcul des clusters grâce à l’indice d’écart à l’indépendance (Chi2 signé) et par la méthode dite de Ward, puis intégration des résultats dans un système d’information géographique (SIG)[11].

Continuer la lecture de Vers une approche relationnelle des clusters medias. Coup d’œil sur la télévision à Istanbul

Premiers pas sur SIG avec uDig

UDig est un logiciel de SIG en java fonctionnant sur tous les systèmes d’exploitation (Mac, Windows, Linux), en opensource. Il permet de visualiser des fichiers géographiques (.shp, .dxf, et leur bases de données attachées).

Quelques recommandations pour créer des cartes sous SIG (Système d’Information Géographique) à peu de frais :

uDig (Mac/Windows, opensource) :
http://udig.refractions.net/

Autres recommandations :
http://mappemonde.mgm.fr/num8/internet/int05401.html
http://lpm.hypotheses.org/33