Reports : RATEM

width="246"

SOME QUOTES FROM RATEM REPORT

Televizyon

– 2009 ylna göre toplam televizyon reklam yatrmlar içindeki dalmda 2010 ylnda bölgesel televizyon kanallar dnda tüm yayn lisans türleri alannda reklam girdisi art olmutur. Bir önceki yla göre televizyon lisans türlerinin tümünde ortalama % 43 bir art olmasna karn, bölgesel televizyon reklam yatrmlarnda % 66.92 gibi çok yüksek bir oranla düüyaanmtr.

– 24 ulusal televizyon 1 milyar 611 milyon TL’nin üzerinde bir reklam yatrmn paylarken, 15 bölgesel televizyon 2.36 milyon TL’lik bir pazar payn paylamakta ve yine 210 yerel televizyon kanal 8.73 milyon TL’lik bir reklam yatrmn almaktadr.

– Televizyon yayncl pazarnda ulusal kanallarn baskn bir etkinlii bulunmaktadr. 24 ulusal kanaln toplam televizyon reklam yatrmlar içindeki pay geçen yla göre yükselerek % 88.39’a ulamtr. Buna karlk 15 bölgesel ve 210 yerel yaynn toplam televizyon reklam pay 0.61’e gerilemitir. Bir önceki yl bu pay % 1.20 seviyesindeydi.

– Küresel televizyon reklam yatrmlar bakmndan ABD 50 milyar dolarn üzerinde ürettii gelirle dier ülkelerle kyaslanamayacak bir düzeye sahip bulunuyor. Almanya, Fransa, ngiltere ve talya gibi ülkeler 4 milyar ABD dolarnn üstünde reklam yatrmlaryla öne çkan Avrupa ülkeleri. Türkiye ise 932 milyon dolar televizyon reklam yatrmlarna sahip. Kii ba televizyon reklam yatrm bakmndan ABD, Japonya, Avustralya, talya gibi ülkeler öne çbarken, ngiltere, Fransa ve Almanya gibi ülkelerde 60 ABD dolarnn üstünde bir rakam olumakta, Türkiye’nin TV reklam yatrmlar kii bana 12.85 olarak gerçeklemektedir.

Reports : TUIK

SOME QUOTES FROM TUIK REPORTS

There are 12 parts in the publication: cultural heritages, archives, libraries, newspapers, periodicals and books, art galleries, theaters, operas and ballets, orchestra, choir, group, cinemas, cultural and scientific activities, participation in and time spent on cultural activities and religion. Published in the cultural heritage in museums, the current work, the museum and the ruins of public information such as number of visitors and receipts are included. Archives section, research related to open archives to statistics are available. Libraries section; National Library, university libraries, public libraries, formal and non-formal education institutions belonging to the library information is available. In the print media, newspapers and magazines, according to the number of broadcast area, circulation, such as the frequency of publication statistics are also included. Publications also, art galleries, theater, opera and ballet and cinema with the information to the cultural and scientific activities, and participation in cultural activities and religious issues of time allocated to the various statistics are included.
Data on the number of enterprises, employment and payments, number of hours worked by employees, total purchases of good services, turnover, production value, value-added at factor costs, change in stocks, fixed-capital investments and sales given by Statistical Classification of Economic Activities in the European Community. (NACE Rev.1.1) and Classification of Statistical Reginal Units (SRE).
This publication, broadcasting institutions data, economic activities, number of persons engaged, size of broadcasting, current expenditures, revenues of institution, type of programmes, broadcasting times of programme etc. related to institutions and values for variables such as production value and value added data are presented to use.
In this publication, there is information about participation level, participation frequency in cultural activities by sex and socio-economic characteristics, average time spent for cultural activities are given by main cultural activities. In addition, internet use, and entertainment activities which are closely related to cultural activities are given as separate parts in the publication.

« AGB founder sold TV ratings company in face of network pressure » – Today’s Zaman

Hilmi Köksal Alişanoğlu (Photo: AA). Source : Today's Zaman

« A businessman who was one of the founding partners of the AGB television ratings company, which is currently at the heart of a ratings scandal, has said he and his partners were forced to sell the company in the face of pressure from network owners and producers to present ratings for their stations and shows higher than they actually are.

Hilmi Köksal Alişanoğlu, who founded AGB with his partners in 1984, said he faced great pressure from broadcasters. “We resisted for a long time, but it wasn’t enough. When we couldn’t anymore, in 1994, we transferred the company ownership for a meager sum.”

Ratings takers have been in the spotlight since police launched a major investigation into ratings fraud. In the course of the probe, it became evident that some networks had obtained a list of households where ratings measuring devices had been installed and bribed residents to watch their shows in order to manipulate their ratings.

Alişanoğlu, author of “The Communist Businessman” — a humorous book which recounts the author’s memories as a businessman, told Today’s Zaman that networks have been pressuring ratings companies to manipulate viewer ratings for the past 20 years. “There are so many agencies, so many producers involved,” he said, reiterating that this was the only reason he and his partners sold their company.

He also indicated he was sure that AGB had not leaked the identities of families with ratings measuring boxes, noting that producers have been able to acquire lists of households in the ratings program through intimidation for years.

He recalled that a similar incident had taken place earlier. “In 1992, a television network tried to strong arm us because its overall ratings were low. They told us to ‘correct their ratings.’ After a short while, the [then-state-owned telephone and postal company] PTT raided our office and demanded the list. We gave the list to the PTT. However, after a while, the same company started complaining again that their ratings were falling. They said our viewer lists were being leaked and they showed a list that was exactly the same copy we had given the PTT — it had my handwriting on it. We had to suspend ratings measurement operations for that year.”

Alişanoğlu added that the AGB suffered major to its reputation after it was sold in the face of pressure from networks. The businessman detailed in his books the tricks carried out by broadcasters and producers to manipulate their ratings. Alişanoğlu has held managerial positions in various media companies, including Bileşim, Bileşim Media and AGB — three companies he helped establish. »

Source : Today’s Zaman

« Big Data : est-ce que le déluge de données va rendre la méthode scientifique obsolète ? » – Le Monde/InternetActu

Illustration: Marian Bantjes pour Wired

Extrait : « Nous voici entré dans l’ère des Big Data des ensembles de données tellement gigantesques qu’ils nécessitent de nouveaux outils techniques et scientifiques pour les comprendre et en tirer du sens. Un déluge de données qui pose des questions profondes sur leur collecte, leur interprétation, leur analyse… Dans ce siècle des réseaux, la science des algorithmes, censée extraire le sens de ces amas d’information doit apprendre à comprendre ce qu’elle analyse. L’enjeu des Big Data nous adresse des questions scientifiques, mais aussi politiques et éthiques. Les Big Data, c’est le dossier de la semaine d’InternetActu qui commence par un retour sur un article fondateur de 2008 qui posait les bases de la révolution à venir.

Il y a soixante ans, les ordinateurs ont rendu l’information lisible. Il y a vingt ans, l’internet l’a rendu accessible. (…) Selon Chris Anderson, nous sommes à la fin de la science, de la science telle que nous la connaissons. « À l’échelle du pétaoctet, l’information n’est pas une question de simples dimensions en matière de taxonomie et d’ordre, mais de statistiques agnostiques en termes de dimensions. Cela nécessite une approche totalement différente, qui nous oblige à concevoir la donnée comme quelque chose qui ne peut être visualisée dans sa totalité. (…) » 

Source : Le Monde 

Voir aussi le dossier dans Wired

 

 

 

 

Grandes tendances de la production de séries en Turquie entre 1970 et 2010 (premier jet)

A partir des données recueillies sur Internet puis croisées, j’ai pu créer quelques graphiques montrant l’évolution de la production turque de séries télévisées entre 1970 et 2010. Les données seront prochainement disponibles sous forme de tableau excel sur ce site.

Quelques précisions et précautions : sur mon échantillon de base désagrégé (soit 1694 titres de séries recensées), une grande partie n’est pas encore totalement renseignée. En effet il me manque parfois soit l’année de production, soit la maison de production, soit le canal de diffusion, voire les trois. Le travail présenté dans ce billet est donc toujours en cours d’évolution et sera peut-être caduque une fois que l’ensemble de ces 1694 séries sera totalement renseignées.

De plus les données qui sont illustrées ici ne représentent que les années où ont été « lancés » ces titres : ces graphiques ne tiennent donc pas en compte les séries qui continuent d’une année sur l’autre (telles que Kurtlar Vadisi ou Muhteşem Yüzyıl) ou les taux d’audience. Prendre en compte ces aspects demandent de récupérer d’autres types de données, et ce par d’autres méthodes (ces chantiers sont en cours).

Pour ces raisons je ne m’aventurerai pas à tirer des conclusions à cette étape, si ce n’est pour remarquer ou questionner des grandes tendances.

Sources croisées : sinematurk.com / diziler.com / dizimizi.com / imdb.com
Données recueillies grâce à RapidMiner.

 

Graphique n°1 (cliquez pour agrandir)

 

Note concernant le graphique n°1 : le pic de l’année 2000 est soit intéressant soit suspect. Il peut s’agir soit d’une erreur dans les sources, soit d’une réelle « explosion » de la production. La question reste en suspens. On observe aussi un léger recul de la production entre 2008 et 2010.

Graphique n°2 (cliquez pour agrandir)

Note concernant le graphique n°2 : il s’agit de courbes empilées. L’intitulé « autres (<8) » correspond aux chaînes ayant diffusé moins de 8 titres de séries sur l’ensemble de la période étudiée. Le recul entre 2007 et 2010 est lui aussi à prendre avec précaution : erreur des sources ou effet réel ? De même il est impossible que la Fox (aka TGRT) ait diffusé des programmes avant 1993, date de son lancement. On en conclura qu’un nouveau nettoyage des sources est donc ici nécessaire, d’autant que l’échantillon ne couvre qu’environ un tiers de l’ensemble des séries recensées (1694 titres).

 

Graphique n°3 (cliquez pour agrandir)

Note concernant le graphique n°3 : comme pour le précédent graphique l’intitulé « autres (<15) » correspond aux maisons de production ayant produit moins de 15 titres de séries sur l’ensemble de la période étudiée. Entre 2005 et 2010, on notera que presque la moitié de la production est produite par des petites maisons de production (classées comme « autres (<15) »). Enfin on notera que l’échantillon ne couvre lui aussi qu’un peu plus d’un tiers de l’ensemble des séries recensées (1694 titres).

Graphique n°4 (cliquez pour agrandir)

Note concernant le graphique n°4 : ce graphique reprend les données du graphique précédent à ceci près qu’il ne comptabilise pas les maisons de production ayant produit moins de 15 titres de séries entre 1970 et 2010. Il permet d’observer une évolution allant de situations de quasi monopole dans les années 70 de quelques grands producteurs (nationaux comme la TRT), à une fragmentation de la production répartie entre une quinzaine de producteurs plus ou moins importants aujourd’hui.

Visualizing Economics : US stats illustrations

source : Visualizing Economics

« Visualizing Economics is an web site dedicated to publishing infographics about economic data. I launched this site in 2006 and post examples of my own work and the best of what I find on the web. If you’re new here, you should subscribe to my RSS feed to get the latest graphs and maps sent to you as soon as they are posted. You can check out Visualizing Economics’ stats or its ranking on Alexa, Quatcast or gongol.com’s EconDirectory. You may have seen my work at Slate.com, NPR.org, WashingtonPost.com, The Big Picture, Seeking Alpha, PBS Newshour or on MSNBC. Also VisualizingEconomics.com has been recommended as a resource by economics professors and by the Library of Congress. »

Source (website):
http://visualizingeconomics.com/

Vers une approche relationnelle des clusters medias. Coup d’œil sur la télévision à Istanbul

Les entreprises liées aux médias sur le territoire d'Istanbul / nombre d'entreprises par mahalle tous clusters confondus (quartier) (source ITO 2009) - Note de l'auteur : les holdings et chaînes de télévision indiquées sur la carte ne sont que celles diffusant des séries

En 2006, sur les 72 heures en moyenne consacrées par mois à des activités dites culturelles, un citoyen turc passait 63 heures à regarder la télévision, contre environ 30 secondes à aller à des concerts, au musée ou à d’autres performances artistiques[1]. A ce niveau de consommation,  qui demande une capacité à produire du loisir de façon industrielle, on ne peut que s’interroger sur les conditions de la production télévisuelle et leur réalité géographique.

Les thèses de David Harvey[2] et de Henri Lefebvre[3] ont déjà tissé des liens structurels entre capital, industrie et urbanisme mais se concentrent sur des territoires européens ou américains. Notre ambition est de poursuivre leur réflexion critique – ou celles d’Allen Scott[4] – pour la Turquie contemporaine, en déplaçant leur objet d’étude vers l’industrie du loisir qu’est la télévision. L’objectif modeste ici est de préparer quelques hypothèses, mais surtout de questionner les outils à disposition du chercheur en sciences sociales qui lui permettront de réfléchir à la part des logiques de marché dans les processus de production culturelle.

Cette première analyse cherche à repérer des regroupements géographiques d’activités caractéristiques de l’industrie des médias à Istanbul. Ce bref article tentera de faire une présentation synthétique des résultats de cette analyse statistique, de ses limites mais aussi des ouvertures possibles à d’autres recherches complémentaires. Ce travail – fait en partenariat avec Eda Yücesoy de l’université Sehir – s’inscrit dans le cadre de la préparation d’une thèse sur la production des industries culturelles[5] à Istanbul, prenant pour objet d’étude principal la production de feuilletons télévisés turcs et son lien à la question urbaine.

METHODE

Plusieurs études des clusters culturels d’Istanbul ont déjà été produites, particulièrement en 2010 à l’occasion du projet européen d’inventaire du patrimoine culturel d’Istanbul[6]. Cette analyse se démarque de ces recherches essentiellement par le type de méthode utilisée, l’approche relationnelle. En effet ces études se basent généralement sur des modèles et définitions pré-établis de « cluster culturel »  développés par des institutions internationales (OCDE, UE, UNCTAD… ) ciblant un secteur d’activité précis, pour ensuite étudier la forme de ces modèles sur le territoire d’Istanbul[7]. Notre approche est ici inverse : chercher des regroupements relationnels sur l’ensemble du spectre des activités liées aux médias pour se demander ensuite si des schémas récurrents existent.

On le verra, certains des résultats de cette analyse tendent à rejoindre ceux produits pour le projet d’inventaire culturel, mais les enrichissent également d’une ouverture aux questions de structures de financement privé de la production culturelle.

Comme dans toute analyse statistique, un échantillon de cas a d’abord été choisi à partir d’une base de données désagrégée, le registre 2009 de la Chambre de Commerce d’Istanbul (ITO) : 824 types d’activités pour 295.000 entreprises recensées, classées selon la codification européenne NACE[8]. Notre échantillon couvre lui 75 types d’activités différentes et compte 34.110 entreprises. Cet éventail d’activités relativement large regroupe les activités liées à la communication, à l’édition, à la création artistique, à la finance, à l’enseignement, et les activités juridiques.

La méthode utilisée pour établir nos regroupements est basée sur celle développée par le professeur Murat Güvenç[9] de l’université Sehir, et procède de plusieurs calculs itératifs : calcul de l’indice de ségrégation (co-présences) des différentes activités en fonction de leur emplacement géographique[10] (semt), calcul des clusters grâce à l’indice d’écart à l’indépendance (Chi2 signé) et par la méthode dite de Ward, puis intégration des résultats dans un système d’information géographique (SIG)[11].

Continuer la lecture de Vers une approche relationnelle des clusters medias. Coup d’œil sur la télévision à Istanbul

Newsmap : représentation des flux d’informations de Google News

/

Presentation :

« Google News automatically groups news tories with similar content and places them based on algorithmic results into clusters. In Newsmap, the size of each cell is determined by the amount of related articles that exist inside each news cluster that the Google News Aggregator presents. In that way users can quickly identify which news stories have been given the most coverage, viewing the map by region, topic or time. Through that process it still accentuates the importance of a given article.

Newsmap also allows to compare the news landscape among several countries, making it possible to differentiate which countries give more coverage to, for example, more national news than international or sports rather than business

Currently, the internet presents a highly disorganized collage of information. Many of us are working in an information-soaked world. There is too much of everything. We are subject everywhere to a sensory overload of images, bombarded with information; in magazines and advertisements, on TV, radio, in the cityscape. The internet is a wonderful communication tool, but day after day we find ourselves constantly dealing with information overload. Today, the internet presents a new challenge, the wide and unregulated distribution of information requires new visual paradigms to organize, simplify and analyze large amounts of data. New user interface challenges are arising to deal with all that overwhelming quantity of information. »

Website (source) :
http://newsmap.jp/

Voir aussi :
http://www.multimedialab.be/cours/interfaces/visualisation.htm

/