Mettre à plat les concepts. Carte mentale d’une approche pluridisciplinaire des industries culturelles.

Avril 2012. Diagramme des relations entre notions, auteurs et corpus utilisés dans ma thèse. Cliquez pour agrandir

Voici une petite tentative – en perpétuelle évolution – de préciser quels sont, ou seraient, les ponts reliant des concepts-clés issus des disciplines structurant ma recherche sur les séries TV turques. Ces disciplines sont : les sciences de la communication, la géographie, et le binôme sociologie/philosophie. J’ai ordonné ces concepts selon la logique suivante : un concepts original (cad dont il est possible de préciser quel en est l’auteur) peut être relié à des disciplines particulières ainsi qu’à des « inter-concepts » ayant plusieurs acceptions selon le champ disciplinaire depuis lequel ils sont énoncés. Ce point me semble important car le fait de ne pas préciser les sources ces « inter-concepts » peut conduire à une multitude d’interprétations, et les transformer ainsi en mot-valises vidés de leur sens.

Archive décembre 2011. Cliquez pour agrandir

Afin que cet exercice ne se cantonne pas à la théorie il est aussi nécessaire de relier ces concepts et ces disciplines à un corpus précis et circonscrit. Le second objectif de cet exercice est donc de retracer l’effectivité de mon corpus, en reliant ses composantes aux concepts centraux et périphériques de ma réflexion. En effet chacune des sources de données ou d’information se doit de répondre à une exigence à la fois scientifique et méthodologique afin d’être analysée et de participer ensuite à l’échafaudage de la thèse.

Enfin, il est important de préciser que les cartes mentales présentées ici ont une vocation avant tout épistémologique, et qu’elles sont donc amenées à se transformer durant le travail de thèse. C’est la raison pour laquelle l’archive de décembre 2011 est elle aussi visible dans ce billet, pour témoigner d’un processus. La carte mentale des concepts est comme une sorte de photographie de ma problématique à un instant précis, photo dont la fonction serait à la fois de garder une trace des champs abordés au préalable, tout en rappelant constamment à l’esprit qu’il faut faire évoluer cette réflexion vers plus de précision. Cette évolution constante trouve sa source dans les nouvelles lectures, les dernières références ou dans l’avancée de l’enquête de terrain.

Petite généalogie d’une nouvelle pratique : 

D’un point de vue uniquement pratique, l’envie de cartographier ces concepts est venue de la manière suivante. Au dépôt du sujet, j’avais comme tout doctorant une bibliographie de base. Une fois la thèse commencée depuis plusieurs mois, lorsque j’ai voulu reprendre cette bibliographie préparatoire, l’exercice m’a alors semblé vain avec les outils que j’avais à disposition : à quoi bon peaufiner une bibliographie sachant qu’à chaque article lu les références évoluent ? Comment s’y retrouver dans un fichier word de dizaines de pages, même thématique, lorsqu’on veut s’atteler à une recherche transdisciplinaire dont le but est de jeter des ponts entre les disciplines plus que de chercher l’érudition dans une disciplines particulière ? Et tout simplement quel outil utiliser au quotidien, outil qui puisse accompagner les lectures de la façon la moins invasive possible ?

Trois grands champs nourrissaient de manière abstraite ma démarche (géographie, communication, sociologie-philosophie). Certains de ces concepts m’étaient tout à fait familiers car ils m’accompagnaient depuis plusieurs années déjà. D’autres étaient pour moi nouveaux car je les avaient découverts dans les premiers mois de  la thèse, lors de la préparation plus fine du sujet, ou encore dans des lectures très récentes. Les premiers mois de recherche m’ont aussi forcé à définir un corpus plus précis et réaliste (qu’est-ce qui est à disposition sur place?), chose qui force en retour à trouver les concepts ad hoc permettant d’interpréter ce corpus. Complexité supplémentaire tous ces concepts, tous ces auteurs, toutes ces informations, possédaient des échelles et des niveaux d’abstraction très divers : certains concepts sont très abstraits et très englobant ( qu’est -ce que le « libéralisme » ou la « post-modernité » ?), quand d’autres lectures sont extrêmement situées dans le temps ou l’espace et sont purement informatives (tel immeuble a été construit par monsieur X telle année).

Peut-être par goût de la symbolisation et du graphisme, ou du fait de ma formation en architecture (dessiner des plans sur des grands formats) ou encore bêtement par jeu, j’ai d’abord tenté de tracer à grand traits la carte de ces familles d’idées qui à mon sens avaient un lien entre elles. L’intérêt de cette deuxième dimension, celle de la carte, est comme on peut le faire sur une table de pouvoir « mettre à plat ». On peut alors faire des regroupements, trouver des gradiens (du plus au moins abstrait), des filiations, voire de créer des parallèles entre des idées qui ne sont pas évidents à priori et de les tester. L’exercice est ensuite devenu de plus en plus prenant au fur et à mesure que la pratique de ce logiciel m’est devenu plus familière et que le terrain avançait, apportant avec lui nombre de nouvelles questions d’ordre sociologique, historique, méthodologique.

A défaut d’encourager d’autres à faire de même, j’essaie d’engager les autres chercheurs ou étudiants avec lesquels je discute à « rentrer » dans ces cartes, à – comme face à un plan de bâtiment – tracer des itinéraires, des parcours imaginaires, ou à errer, flâner, sans but dans des cartes de ce genre. Flâner d’une idée à une autre en quelque sorte. Si on met de côté l’aspect technico-technique (le fait que ce soit un logiciel par exemple), ce type d’outil n’est jamais qu’un autre outil de représentation,  ne remplaçant pas l’écriture et le récit mais offrant la possibilité du changement d’échelle (le zoom), la sélectivité (les calques), la symbolisation (les formes basiques et les couleurs) et une deuxième dimension de lecture par rapport à l’écriture (la co-existence d’éléments).

Pour information, les diagrammes ont été réalisés avec le logiciel libre VUE dont j’ai déjà parlé dans un précédent article.

Si vous souhaitez voir cette présentation dans une résolution correcte merci de poster un commentaire juste en dessous.

Article créé le 300/11/2011.
Mis à jour le 05/04/2012

Colloque CIST : « Fonder les sciences du territoire »

« Le colloque fondateur du GIS (Groupement d’Intérêt Scientifique) CIST (Collège International des Sciences du Territoire) a eu lieu les 23, 24 et 25 novembre 2011 à Paris (École nationale supérieure de chimie 11, rue Pierre et Marie Curie 75005). Ce colloque international a pour ambition de fonder le champ interdisciplinaire des sciences du territoire en France, en l’inscrivant dans les réseaux de recherche existant à l’étranger ».

Objectifs :

 « L’ambition du CIST est de montrer en quoi le territoire est une approche pertinente d’enjeux pluridisciplinaires tels que :

–  l’articulation entre échelons individuel et collectif (parcours individuels et mobilités collectives, questions identitaires ; pratiques spatiales et fragmentation sociale ; politiques individuelles ou territoriales…) ;

–  les nouvelles normes et régulations suscitées par la mondialisation (nouveau rôle de l’Etat et multiplication des producteurs de normes ; dépassement des régulations nationales par la montée du local et du transnational ; biens communs et gouvernance par la mobilisation multi acteurs…) ;
–  les temporalités et ruptures dans les événements sociaux, physiques ou biologiques (vulnérabilité et risques ; sécurité, durabilité et résilience ; politiques de prévention et gestion des crises ; le besoin du temps long de la planification face à l’accélération des pratiques sociales…).

La rencontre entre les disciplines prendra des formes différentes selon que l’on envisage les sciences du territoire :

(i) soit comme un savoir scientifique. Les sciences du territoire sont alors envisagées à travers un ensemble de disciplines scientifiques que l’on confronte pour comprendre, de manière minimalement harmonisée, la dimension territoriale de leurs objets propres. Le concept de territoire sera discuté afin d’en constater les acceptions et les éventuels écarts d’une discipline à l’autre, et la prise en compte de l’espace obéira à des méthodes un tant soit peu comparables. Il faudra plutôt parler des sciences du territoire comme d’une méthodologie ;

(ii) soit comme une discipline scientifique émergente. Il faudra alors en définir les concepts, les lois et les méthodes d’analyse. L’énergie des chercheurs devra se concentrer sur le concept de territoire lui-même davantage que sur des grands enjeux cognitifs (le rapport individu-collectif etc.), ou plus précisément ces derniers fourniront l’occasion d’avancer dans une meilleure connaissance de l’objet scientifique qu’est le territoire. »

http://www.gis-cist.fr/index.php/main-sections/colloque-sciences-du-territoire/objectifs-and-themes/

 

Thèmes:

  • Définir les sciences du territoire
  • L’information territoriale
  • Mobilités, identités et territoires
  • Conflits, compromis et gouvernance territoriale
  • Risques et territoires
  • Biodiversité et territoires
  • Agricultures, territoires et développement durable
  • Territoires et santé

 http://www.gis-cist.fr/index.php/main-sections/colloque-sciences-du-territoire/themes/

 

Actes du Colloque : 

Télécharger la version électronique du recueil des communications :
http://www.gis-cist.fr/CIST-Colloque-preactes.pdf