Protégé : Istanbul et la production audiovisuelle turque : une approche territoriale (extrait)

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Mettre à plat les concepts. Carte mentale d’une approche pluridisciplinaire des industries culturelles.

Avril 2012. Diagramme des relations entre notions, auteurs et corpus utilisés dans ma thèse. Cliquez pour agrandir

Voici une petite tentative – en perpétuelle évolution – de préciser quels sont, ou seraient, les ponts reliant des concepts-clés issus des disciplines structurant ma recherche sur les séries TV turques. Ces disciplines sont : les sciences de la communication, la géographie, et le binôme sociologie/philosophie. J’ai ordonné ces concepts selon la logique suivante : un concepts original (cad dont il est possible de préciser quel en est l’auteur) peut être relié à des disciplines particulières ainsi qu’à des « inter-concepts » ayant plusieurs acceptions selon le champ disciplinaire depuis lequel ils sont énoncés. Ce point me semble important car le fait de ne pas préciser les sources ces « inter-concepts » peut conduire à une multitude d’interprétations, et les transformer ainsi en mot-valises vidés de leur sens.

Archive décembre 2011. Cliquez pour agrandir

Afin que cet exercice ne se cantonne pas à la théorie il est aussi nécessaire de relier ces concepts et ces disciplines à un corpus précis et circonscrit. Le second objectif de cet exercice est donc de retracer l’effectivité de mon corpus, en reliant ses composantes aux concepts centraux et périphériques de ma réflexion. En effet chacune des sources de données ou d’information se doit de répondre à une exigence à la fois scientifique et méthodologique afin d’être analysée et de participer ensuite à l’échafaudage de la thèse.

Enfin, il est important de préciser que les cartes mentales présentées ici ont une vocation avant tout épistémologique, et qu’elles sont donc amenées à se transformer durant le travail de thèse. C’est la raison pour laquelle l’archive de décembre 2011 est elle aussi visible dans ce billet, pour témoigner d’un processus. La carte mentale des concepts est comme une sorte de photographie de ma problématique à un instant précis, photo dont la fonction serait à la fois de garder une trace des champs abordés au préalable, tout en rappelant constamment à l’esprit qu’il faut faire évoluer cette réflexion vers plus de précision. Cette évolution constante trouve sa source dans les nouvelles lectures, les dernières références ou dans l’avancée de l’enquête de terrain.

Petite généalogie d’une nouvelle pratique : 

D’un point de vue uniquement pratique, l’envie de cartographier ces concepts est venue de la manière suivante. Au dépôt du sujet, j’avais comme tout doctorant une bibliographie de base. Une fois la thèse commencée depuis plusieurs mois, lorsque j’ai voulu reprendre cette bibliographie préparatoire, l’exercice m’a alors semblé vain avec les outils que j’avais à disposition : à quoi bon peaufiner une bibliographie sachant qu’à chaque article lu les références évoluent ? Comment s’y retrouver dans un fichier word de dizaines de pages, même thématique, lorsqu’on veut s’atteler à une recherche transdisciplinaire dont le but est de jeter des ponts entre les disciplines plus que de chercher l’érudition dans une disciplines particulière ? Et tout simplement quel outil utiliser au quotidien, outil qui puisse accompagner les lectures de la façon la moins invasive possible ?

Trois grands champs nourrissaient de manière abstraite ma démarche (géographie, communication, sociologie-philosophie). Certains de ces concepts m’étaient tout à fait familiers car ils m’accompagnaient depuis plusieurs années déjà. D’autres étaient pour moi nouveaux car je les avaient découverts dans les premiers mois de  la thèse, lors de la préparation plus fine du sujet, ou encore dans des lectures très récentes. Les premiers mois de recherche m’ont aussi forcé à définir un corpus plus précis et réaliste (qu’est-ce qui est à disposition sur place?), chose qui force en retour à trouver les concepts ad hoc permettant d’interpréter ce corpus. Complexité supplémentaire tous ces concepts, tous ces auteurs, toutes ces informations, possédaient des échelles et des niveaux d’abstraction très divers : certains concepts sont très abstraits et très englobant ( qu’est -ce que le « libéralisme » ou la « post-modernité » ?), quand d’autres lectures sont extrêmement situées dans le temps ou l’espace et sont purement informatives (tel immeuble a été construit par monsieur X telle année).

Peut-être par goût de la symbolisation et du graphisme, ou du fait de ma formation en architecture (dessiner des plans sur des grands formats) ou encore bêtement par jeu, j’ai d’abord tenté de tracer à grand traits la carte de ces familles d’idées qui à mon sens avaient un lien entre elles. L’intérêt de cette deuxième dimension, celle de la carte, est comme on peut le faire sur une table de pouvoir « mettre à plat ». On peut alors faire des regroupements, trouver des gradiens (du plus au moins abstrait), des filiations, voire de créer des parallèles entre des idées qui ne sont pas évidents à priori et de les tester. L’exercice est ensuite devenu de plus en plus prenant au fur et à mesure que la pratique de ce logiciel m’est devenu plus familière et que le terrain avançait, apportant avec lui nombre de nouvelles questions d’ordre sociologique, historique, méthodologique.

A défaut d’encourager d’autres à faire de même, j’essaie d’engager les autres chercheurs ou étudiants avec lesquels je discute à « rentrer » dans ces cartes, à – comme face à un plan de bâtiment – tracer des itinéraires, des parcours imaginaires, ou à errer, flâner, sans but dans des cartes de ce genre. Flâner d’une idée à une autre en quelque sorte. Si on met de côté l’aspect technico-technique (le fait que ce soit un logiciel par exemple), ce type d’outil n’est jamais qu’un autre outil de représentation,  ne remplaçant pas l’écriture et le récit mais offrant la possibilité du changement d’échelle (le zoom), la sélectivité (les calques), la symbolisation (les formes basiques et les couleurs) et une deuxième dimension de lecture par rapport à l’écriture (la co-existence d’éléments).

Pour information, les diagrammes ont été réalisés avec le logiciel libre VUE dont j’ai déjà parlé dans un précédent article.

Si vous souhaitez voir cette présentation dans une résolution correcte merci de poster un commentaire juste en dessous.

Article créé le 300/11/2011.
Mis à jour le 05/04/2012

Réseaux, Territoires, Milieux associés. Jeu théorique entre combinatoires et interrelations.

En revenant du colloque CIST ,   ayant vu tant de personnes parler de « territoire » depuis autant de disciplines scientifiques différentes, plusieurs questions et commentaires se bousculaient : quels points communs avaient toutes ces définitions du territoire ? Où y avait-il des ponts entre les disciplines ? Bref, comment puis-je m’approprier ces interventions ?
.
J’ai retenu plusieurs hypothèses théoriques (restant à vérifier) qui me semblent récurrentes dès qu’il est question de territoire. Voici donc une petite réflexion théorique – sous la forme d’un jeu assez basique de mathématiques combinatoires – dont les hypothèses sont les suivantes :
  • Un territoire est lié à un réseau, lui-même relié à un « milieu associé » (B. Stiegler).
  • Un territoire peut être :
    • ouvert, fermé ou poreux. (Géographie humaine)
  • Un territoire peut se combiner de 5 manières avec un autre au sein d’un réseau :
    • inclusion 1, inclusion 2, exclusion, partage, superposition parfaite. (Géographie humain ou industrielle)
  • Un réseau peut se situer de 3 manières par rapport à un milieu associé :
    • dehors, dedans ou à cheval. (extrapolation des thèses de B. Stiegler)
  • Un réseau peut se combiner de 3 manières avec un autre :
    • exclusion, partage avec un ou plusieurs territoires communs, partage sans territoire commun. (Sciences de la communication et Géographie)
La question que je me posais au départ était somme toute assez simple : si on accepte ce jeu d’hypothèses, peut-on compter le nombre de combinaisons possibles entre Territoire, Réseau et Milieu associé ? 
Conclusion :
La dimension un peu abstraite de l’exercice et le risque d’avoir commis quelques approximations logiques mis à part, on voit vite que le nombre de combinaisons possibles explose dès que le nombre des territoires et des réseaux étudiés augmente ne serait-ce qu’un peu.
Ma conclusion -temporaire – serait donc qu’en géographie définir un par un les territoires que l’on étudie n’est pas suffisant. Dans l’hypothèse où un territoire est composite, qu’il s’insère dans un milieu et un réseau, qu’il peut être ouvert, fermé ou poreux, etc… le nombre de combinaisons ou d’arrangements entre les différentes parties peut rapidement devenir trop grand pour permettre de tirer des conclusions scientifiques solides.
A la définition précise des caractéristiques de chaque territoire il semble alors essentiel d’ajouter une analyse terme à terme des liens entre chacun des éléments étudiés (dont le nombre Ima, slide 3, reste plus limité), c’est-à-dire effectuer une analyse relationnelle,  complémentaire à l’analyse de terrain, afin d’approcher au plus près la réalité du fait étudié.

 

« Des séries et des vies » – revue Labyrinthes n°37

Extrait de l’éditorial par Renaud Pasquier : 

« Jadis on les dédaignait, on les négligeait, on les stigmatisait comme symbole de sous-culture et de mauvais goût, bras armé de l’abêtissement généralisé. Les temps ont bien changé : aujourd’hui, les séries américaines sont portées au pinacle, elles ne sont plus ce plaisir honteux qu’on cachait. Au contraire, il est de bon ton, à tout âge et dans tout milieu, de clamer son admiration pour Les Sopranos, The Wire, Mad Menet bien d’autres, et d’ajouter aux soirées passées devant l’écran les heures de conversation. Enfin les séries suscitent l’écriture, un déferlement de textes, analyses, articles, communications, bien au-delà des cercles de fans ou de journalistes spécialisés, jusque là leur domaine réservé. Les sociologues, les philosophes, les critiques littéraires s’en emparent, en font leur objet de prédilection. Labyrinthesouhaiterait moins s’inscrire dans cette vogue que l’interroger.

Non que nous voulions prendre de la distance, qu’elle soit amusée, accusatrice ou scientifique, avec cet impressionnant engouement ; il ne s’agit en rien de l’objectiver. Au contraire, c’est justement parce que beaucoup d’entre nous sont amateurs assidus de séries que nous voulons comprendre comment et pourquoi elles ont pris tant de place dans nos vies et celles de nos contemporains. Mieux encore, comment elles les ont façonnées, informées, transformées. Non pas donc considérer les séries comme des objets à manipuler à notre guise, calibrées selon concepts et raisonnements préalablement construits, mais mettre en jeu notre expérience de spectateur, et donc inverser les rôles : comment nous devenons les objets des séries, comment elles nous donnent forme, quelles « formes de vie » elles font naître.(…)« 

Source : revue Labyrinthe

« Éditorial », Labyrinthe , 37 | 2011 (2) , [En ligne], mis en ligne le 29 juillet 2011. URL : http://labyrinthe.revues.org/index4210.html. Consulté le 11 octobre 2011.

Protégé : Looking for the territories of a “creative city” in Istanbul. Inputs from industrial geography into cultural industries studies.

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Call for papers, VI International PhD Seminar – Urbanism and Urbanization, 21/05/11

« Three main aspects can be identified today that define an “urban question” different from the past: first, the growing distance between the rich and the poor, second, the environmental risks, and third the mobility crises. The ‘question’ is and will be ‘urban’ because it is in the urban context that the largest part of the world population lives. It is in the context of the city that the question is most apparent and gains a sense of urgency.(…) »

« Short and ‘full papers’
The seminar invites full papers that present a coherent piece of research or dissertation chapter, as well as short papers that address methodology, research question or articulate a starting point for PhD research.
Full papers will be organized in thematic sessions. Short papers will be organized in thematic workshops.

Abstract guidelines
PhD candidates interested in presenting a paper should submit an abstract of maximum 1000 words by May 21st . The scientific committee, taking into account the interest of the themes proposed, will select the papers to be presented during the seminar by July 8th . Upon selection of the various contributions, we will invite respondents in function of the subject of the papers submitted. The selected papers will be submitted in a final version to the scientific committee and to each respondent before September 15th. (…) »

Call for papers launch:
21 March 2011

Deadline abstracts:
21 May 2011
Notification of acceptance:
8 July 2011
Full paper due:
15 September 2011

More infos :
http://www.uu2011.eu/

Istanbul demography and Turkey timelines (1900-2011)

Last update : may 5rd, 2011 (262 historical events in 10 categories)

I just produced a basis for a timeline mixing some historical datas I wanted to compare : economics, medias, political events, global context, demography, etc. related with Turkey’s and Istanbul’s history. The purpose of this little work is to contextualize on a century scale the apparition of TV medias in Turkey and in Istanbul metropolis, and also to share with other searchers a timeline resuming Turkey’s important events.

This chart would need more further precisions, especially on sources, and would need more informations on medias major events (legislation and so on). So this article should be updated regularly…

NA : This article and the chart are in english because the sources were so.

Click on the picture to a full-view size

The events are classified between 10 families of events :

01 – INTERNATIONAL CONTEXT
02 – ECONOMY
03 – POLITICS
04 – MEDIAS
05 – ISTANBUL GOVERNMENT
06 – INDUSTRIES
07 – CULTURE
08 – TRANSPORTS
09 – URBANIZATION
10 – BUSINESS DISTRICT

Sources : « Development chart of Istanbul metropolitan area » / N. Monceau (dir.) « Istanbul »/ J.F. Pérouse « La Turquie en marche » / Wikipedia

Continuer la lecture de Istanbul demography and Turkey timelines (1900-2011)

Le plan de thèse, un objet toujours changeant (ou l’intérêt de la cartographie heuristique)

Entre le projet de thèse initial et le plan de thèse détaillé il se passe plusieurs années de recherche, d’évolutions, de découvertes. Garder une trace de cette évolution est nécessaire afin de rendre plus dense sa réflexion, mais compliqué lorsqu’on utilise simplement du traitement de texte. Chacun possède sa méthode pour mener cette réflexion ; en voici une s’appuyant sur des logiciels de cartographie mentale.

FreeMind, XMind et VUE (Visual Understanding Environment) sont des logiciels opensource écrits en java (multi pate-formes) permettant de faire des « cartes mentales » (ou « carte heuristique », « mind maps »). Il s’agit ici de voir en quelle mesure ces programmes permettraient : 1) de s’affranchir de Word et de sa linéarité pour construire un plan de thèse, 2) de permettre à ce plan de thèse de pouvoir évoluer dans le temps au fur et à mesure que les idées et références l’enrichissent.

 

 

XMind

Le site officiel de XMind : http://www.xmind.net/

 

FreeMind

Le site officiel de FreeMind : http://freemind.sourceforge.net/

 

Le site officiel de VUE (Visual Understanding Environment) : https://vue.tufts.edu/index.cfm

L’intérêt d’utiliser ce type de visualisation durant la première année de thèse est de pouvoir classer les différentes idées et thèmes de recherche qui viennent à l’esprit tout en ayant une vision globale et juger de la cohérence du tout. Ceci permet aussi de garder de côté certaines idées sans pour autant les inclure dans son plan de travail (telle la ramification « tâches » ou « idées vrac » du graphique ci-dessous) ou de les déplacer/copier d’une partie à l’autre. Bref ce type de visualisation permet de faire évoluer le projet initial de manière lisible sans avoir à le tronquer en cours de route.

L’avantage de cette méthode par rapport à un éditeur de texte de type Word est l’interactivité que cette visualisation permet. Sous Word tous les chapitres et sous-parties sont listés les uns après les autres, et il est compliqué d’avoir une vision d’ensemble. Sous FreeMind – ou tout autre logiciel de cartographie mentale – l’arborescence des thèmes (chapitres et sous parties) est tout aussi claire que sous Word, et chacune des « branches » peut être repliée pour donner encore plus de lisibilité au tout. Il est ensuite possible d’exporter l’arborescence en format texte.

Ci-dessous un exemple de « carte mentale » de ma thèse à l’heure actuelle :

Ici fait sous XMind (permet de mettre en ligne une version interactive) :


 

 

 

Ici le même plan fait sous FreeMind, ici presque entièrement « dépliée », (cliquer sur l’image pour l’agrandir) :

 

Plan de ma thèse sous FreeMind : le premier étant celui proposé lors du dépôt de dossier, le second celui en cours de modification. (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

Pour un rapide aperçu, voici un tutoriel trouvé sur YouTube expliquant le principe de base de FreeMind :

Grandes tendances de la production de séries en Turquie entre 1970 et 2010 (premier jet)

A partir des données recueillies sur Internet puis croisées, j’ai pu créer quelques graphiques montrant l’évolution de la production turque de séries télévisées entre 1970 et 2010. Les données seront prochainement disponibles sous forme de tableau excel sur ce site.

Quelques précisions et précautions : sur mon échantillon de base désagrégé (soit 1694 titres de séries recensées), une grande partie n’est pas encore totalement renseignée. En effet il me manque parfois soit l’année de production, soit la maison de production, soit le canal de diffusion, voire les trois. Le travail présenté dans ce billet est donc toujours en cours d’évolution et sera peut-être caduque une fois que l’ensemble de ces 1694 séries sera totalement renseignées.

De plus les données qui sont illustrées ici ne représentent que les années où ont été « lancés » ces titres : ces graphiques ne tiennent donc pas en compte les séries qui continuent d’une année sur l’autre (telles que Kurtlar Vadisi ou Muhteşem Yüzyıl) ou les taux d’audience. Prendre en compte ces aspects demandent de récupérer d’autres types de données, et ce par d’autres méthodes (ces chantiers sont en cours).

Pour ces raisons je ne m’aventurerai pas à tirer des conclusions à cette étape, si ce n’est pour remarquer ou questionner des grandes tendances.

Sources croisées : sinematurk.com / diziler.com / dizimizi.com / imdb.com
Données recueillies grâce à RapidMiner.

 

Graphique n°1 (cliquez pour agrandir)

 

Note concernant le graphique n°1 : le pic de l’année 2000 est soit intéressant soit suspect. Il peut s’agir soit d’une erreur dans les sources, soit d’une réelle « explosion » de la production. La question reste en suspens. On observe aussi un léger recul de la production entre 2008 et 2010.

Graphique n°2 (cliquez pour agrandir)

Note concernant le graphique n°2 : il s’agit de courbes empilées. L’intitulé « autres (<8) » correspond aux chaînes ayant diffusé moins de 8 titres de séries sur l’ensemble de la période étudiée. Le recul entre 2007 et 2010 est lui aussi à prendre avec précaution : erreur des sources ou effet réel ? De même il est impossible que la Fox (aka TGRT) ait diffusé des programmes avant 1993, date de son lancement. On en conclura qu’un nouveau nettoyage des sources est donc ici nécessaire, d’autant que l’échantillon ne couvre qu’environ un tiers de l’ensemble des séries recensées (1694 titres).

 

Graphique n°3 (cliquez pour agrandir)

Note concernant le graphique n°3 : comme pour le précédent graphique l’intitulé « autres (<15) » correspond aux maisons de production ayant produit moins de 15 titres de séries sur l’ensemble de la période étudiée. Entre 2005 et 2010, on notera que presque la moitié de la production est produite par des petites maisons de production (classées comme « autres (<15) »). Enfin on notera que l’échantillon ne couvre lui aussi qu’un peu plus d’un tiers de l’ensemble des séries recensées (1694 titres).

Graphique n°4 (cliquez pour agrandir)

Note concernant le graphique n°4 : ce graphique reprend les données du graphique précédent à ceci près qu’il ne comptabilise pas les maisons de production ayant produit moins de 15 titres de séries entre 1970 et 2010. Il permet d’observer une évolution allant de situations de quasi monopole dans les années 70 de quelques grands producteurs (nationaux comme la TRT), à une fragmentation de la production répartie entre une quinzaine de producteurs plus ou moins importants aujourd’hui.

Technique, méthodologie et interdisciplinarité : des outils pour une « esquisse propre »

Leonardo Da Vinci, étude d'un crâne humain. Source : Wikipedia Commons

Voici un petit billet à propos de la méthode de travail que je suis en train d’expérimenter à travers ma thèse. Cette réflexion fait suite à un parcours professionnel multiple (en agence d’architecture, en ambassades, en agence de communication), à plusieurs discussions avec des étudiants et chercheurs d’horizons divers, ainsi qu’à une discussion avec Khedidja Mamou (architecte et doctorante en sociologie) sur ma façon de travailler. Elle m’a alors conseillé de faire un article sur mes « recettes de cuisine ».

J’exposerai ici mon credo méthodologique, celui d’une « esquisse propre » – ou comment tenter de travailller sur une projet jamais abouti mais en permanence communicable et cohérent – puis je listerai quelques outils informatiques permettant d’appliquer cette logique (pour les plus pressés voir § « Quels outils » en fin d’article).

Jusqu’à ce que le cadre de références se précise le travail de préparation de thèse donne parfois des vertiges vue la quantité d’informations aujourd’hui disponible, principalement grâce à l’informatique : sur Internet tout d’abord (les catalogues en ligne, les plateformes de référencement, les revues, la presse, etc…), mais aussi dans ces tableaux interminables de chiffres ou de statistiques, les listes de contacts, ce à quoi il faut ajouter toutes les données acquises par des méthodes plus traditionnelles (entretiens, photos, et ainsi de suite). Même si l’on peut regretter cette explosion de données, au motif qu’elle brouille la lecture et la compréhension du monde, on ne peut 1) qu’admettre qu’elle existe, 2) qu’elle nous entoure, et 3) qu’il faut bien au final composer avec.

C’est une banalité de dire que la quantité d’informations traitées dans une recherche change la nature même de la recherche, comme elle change en retour la pensée du chercheur. Sans trop s’attarder on pourrait dire qu’organiser son travail signifie aussi organiser sa propre pensée, et réciproquement. Le mode d’organisation que nous adoptons est à son tour conditionné par une tekhné, c’est-à-dire est à la fois un environnement technique matériel et une technique cognitive (une maîtrise) de ces outils matériels. S’entourer d’outils techniques ne signifie pas pour autant devenir un apôtre de la technique, passer au « tout-technique » ; comme pour le marteau, le téléphone, ou la grammaire, à chaque outil correspond des besoins spécifiques, un apprentissage et un champ d’usages potentiels, qu’ils soient inconnus ou accessoires.

J’essaie de distinguer trois grands problèmes qui conditionnent mon mode d’organisation, et qui demandent chacun une réflexion spécifique :

  • La question de départ, la problématique et les objectifs ;
  • L’organisation de son temps et de ses données ;
  • Les outils à disposition pour que correspondent au mieux les deux domaines précédents.

Cet article ne s’attardera pas sur le premier point, propre à toute thèse, qui sera traité dans des posts ultérieurs. Je me concentrerai simplement sur des questions pratiques d’organisation, et sur l’influence possible de mon mode d’organisation sur la nature de ma recherche. Ce billet suivra peu ou prou la logique suivant :

→ les contraintes de base
→ les besoins spécifiques
→ l’intention
→ l’organisation
—-→ les outils
—–
→ les résultats

Des contraintes très pragmatiques

Qu’il s’agisse d’un chercheur ou d’un travail en dehors de la recherche (en agence d’architecture par exemple) il existe des impératifs et des besoins très basiques, qui engendrent autant de risques qu’il faut anticiper. Ces risques sont d’autant plus importants que la quantité d’informations augmente. Parmi les risques et les besoins du thésard, je citerai les suivants qui sont des plus basiques ou des plus triviaux mais qui au final impactent la recherche même:

  • Ne pas perdre son travail :
    Que faire avant d’avoir le problème du disque dur qui ne répond plus, de l’ordinateur volé, du café renversé sur le clavier ?
  • Gérer des quantités toujours plus grandes d’information :
    Bibliographies, articles, mails, dossiers et fichiers non classés sur son disque dur, travailler sur plusieurs ordinateurs, dans plusieurs bureaux, dans plusieurs langues…
  • Economiser ses ressources :
    Les bourses d’études durent un temps, ne se renouvellent pas automatiquement, les voyages et le matériel informatique coûtent chers. Bref des sources de financement incertaines pour des investissements coûteux.
  • S’adapter à de nouvelles situations :
    Une nouvelle référence peut remettre en question tout ou partie du travail, ou dans le cas du travail dans une équipe (laboratoire, institut) le fait de programmer des événements en parallèle qui peuvent ensuite être intégrés à sa propre recherche.
  • Gagner du temps :
    3 ans pour faire une thèse (sur le papier) et peut-être un an ou deux de plus tolérés, c’est maintenant le « contrat » de base entre l’étudiant et son université. Trois ans donc pour chercher des sources, rencontrer des personnes, travailler à côté, lire, etc… voire même avoir une vie privée pour les plus ambitieux. Le but est alors de gagner du temps sur les tâches ingrates en évitant de refaire les mêmes manipulations plusieurs fois, comme par exemple : refaire un travail perdu (cf « ne pas perdre son travail »), recopier une par une des données… Bref d’automatiser toutes ces tâches ne demandant que peu de travail intellectuel.
  • « Ça pourra peut-être servir… » :
    … petite ritournelle qui trotte lorsqu’on trouve de nouveaux documents dont on ne sait quoi faire sur le moment, et pouvant conduire au syndrome de la boulimie intellectuelle. Aux tous premiers moments de la thèse cette boulimie est nécessaire pour dessiner son cadre de travail, mais peut tout aussi bien faire perdre toute cohérence à la recherche. Le problème est ici en gros de classer l’inutile sur le moment mais peut-être intéressant.
  • Produire une réflexion :
    Sans prendre en compte la course à la compétitivité que se livrent les universités, on demande d’abord à un chercheur d’écrire ou de produire du savoir pour pouvoir ensuite le transmettre et le diffuser. L’objectif est alors de se concentrer sur l’essentiel, c’est-à-dire sur la réflexion et l’usage de l’outil plutôt que sur l’outil lui-même.

La méthode et les solutions techniques choisies pour répondre à chacun de ces problèmes a une influence sur la nature de la recherche, et le point commun à ces techniques est qu’elles ont en général toutes aujourd’hui un support informatique, j’y reviendrai plus bas.

Les sources, les données et la complexité

J’ai choisi de commencer ma thèse en menant d’emblée une approche « macro » : dans mon cas il s’agit de recenser toutes les séries télévisées turques (les titres, les chaînes, les boîtes de production, les holdings financières rattachées, audience) et les acteurs de leur production sur tout le territoire d’Istanbul. Ce choix est motivé par ma problématique et n’est pas neutre : je cherche à étudier la production d’une industrie culturelle de masse (la télévision) et ses liens structurels avec le milieu financier. Il me semblait alors justifié d’étudier en premier lieu une industrie de masse par la masse de données qu’elle produit.

Cette quantité de données génère de fait une complexité : de par la somme des données (environ 1200 séries depuis les années 70), ainsi que par la nature des données (durée, genre, année de production, localisation des entreprises…). Plusieurs réactions extrêmes auraient été envisageables avant ce choix : trancher dans la complexité, ou bien changer d’outils – c’est-à-dire changer mon environnement technique et ma propre organisation.

La première remarque préalable est qu’une recherche de thèse est ou devient complexe quel que soit le sujet étudié. Mais si la complexité est aussi présente dans un cas (trancher) que dans l’autre (changer d’outils), les postures sont à mon sens extrêmement différentes dans leur définition de l’interdisciplinarité.

  • Trancher dans la complexité pour la réduire dès le départ, c’est-à-dire circonscrire mon champ d’étude autour d’un objet très défini (choisir un échantillon restreint de séries dès le départ par exemple, ou le cas d’une seule boîte de production). Le faire dès le début n’aurait été qu’un pis-aller et ce pour deux raisons : ce n’aurait été que retrouver de la complexité au niveau particulier (l’effet « microcosmos »), même si la nature des données change à cette échelle ;  et je n’aurais pu légitimer ma sélection initiale que sur des critères subjectifs, chose compliquée dans mon cas vue mon approche non-anthropologique.
    Dans ce premier cas (trancher) l’approche est celle du spécialiste ou de l’expert, se traduit par un champ disciplinaire plus identifié (histoire, géographie, sociologie…) et se concentre surtout sur un objet plus précis (géographique, disciplinaire ou thématique) : l’interdisciplinarité est ici mis au service d’un objet ou d’une discipline de référence.
  • Changer d’outils pour en trouver de plus adaptés à l’échelle de complexité attendue. En effet si la somme de données à disposition au départ paraît posséder une certaine cohérence mais qu’elle échappe à la compréhension au premier abord, il semble nécessaire de revoir sa « boîte à outils », intellectuelle et technique.
    Dans ce cas (changer d’outils) l’approche est celle du non-spécialiste, pour ne pas dire de l’artisan ou de l’autodidacte, mais c’est aussi une posture qui se définit par une volonté première d’interdisciplinarité : l’interdisciplinarité se définit alors comme un champ différencié, avec ses outils spécifiques fonctions de la question initiale, et les disciplines satellites ne sont appelées qu’en appui. Alors,  il me semble que l’importance est donnée à la problématique initiale, en la plaçant avant l’objet de la recherche ou du terrain.

La pratique de l’architecte est une bonne métaphore de la pratique interdisciplinaire, car elle se situe exactement dans cet intervalle : « entre » des champs spécialisés. Cette dernière approche est évidemment celle qui me parle le plus et celle que je tente d’adapter au travail de thèse.

Croquis de Leonardo Da Vinci "dessin pour une machine volante". Source Wikipedia Commons

Une organisation proche de celle d’un « projet »

Cette réflexion repose au fond sur un principe de non-finalité et de doute : je considère en somme qu’un travail – quelle que soit sa nature – n’est jamais achevé, ou du moins en doutè-je. Deux métaphores pour l’illustrer : l’architecture et le diplôme. Dessiner un bâtiment n’est pas une fin en soi  tant qu’il n’est pas occupé dirons les architectes. Habiter un bâtiment n’est pas non plus une fin en soi dirons les habitants, cela nous permet d’avoir un confort, d’être proche des écoles, de son travail, et ainsi de suite. Le baccalauréat, un diplôme, un mémoire n’ont pas de fin en soi non plus ; certains diront qu’ils permettent de trouver un travail, mais on peut plus certainement dire qu’ils sont des rituels de passage vers autre chose. Une fois le travail trouvé on il s’agit ensuite de lui donner un sens. De fait la thèse n’est jamais qu’une étape dans ce parcours, étape est elle-même ponctuée de séquences, significatives ou non. Il n’y a donc dans cette logique ni fin ni moyen, simplement le cours d’une pensée.

Au cours de mes diverses expériences professionnelles ainsi qu’en repensant à mon apprentissage en école d’architecture j’ai souvent appliqué de manière plus ou moins consciente une logique de « projet » telle qu’on a  pu me l’enseigner en école d’architecture. Voici livrées à chaud quelques réflexions personnelles sur mon mode d’organisation en tant que chercheur, à la croisée de cette logique et de ce principe de non-finalité.

  • La thèse peut être vue comme un « projet » :
    Sans prétendre résumer la notion de « projet » d’architecture en un paragraphe je dirais que ce concept englobe plusieurs caractéristiques : une structure (une idée), un processus (une évolution), des objectifs (une commande), un planning (des délais), un cadre (une problématique), des contraintes extérieures (contraintes physiques par exemple), et l’obligation d’être communicable (pouvoir communiquer des résultats au fur et à mesure de son avancée).
  • La thèse est un processus, donc une production amenée à évoluer :
    Dans le monde professionnel un projet d’architecture se décompose dans le temps en plusieurs séquences. Dans l’ordre : l’esquisse, l’avant-projet sommaire, l’avant-projet détaillé, le projet, l’exécution,  le chantier, le rendu. Chacune des séquences demande de faire appel à des compétences propres ou à des compétences extérieures : création, expérience et inspiration personnelle de l’architecte au niveau de l’esquisse, appel à des bureaux d’études techniques au niveau projet, appel à des artisans du bâtiment lors de l’exécution et du chantier.
  • Chercheur, architecte ?
    L’architecte non-spécialiste a le rôle de coordinateur, chargé de maintenir une cohérence entre ces différentes compétences, sans pour autant figer la production. Le plus compliqué est alors de posséder en amont une organisation à la fois rigoureuse pour mener le projet vers un but précis, une connaissance minimale et critique des différentes compétences appelées pour pouvoir dialoguer avec les différents intervenants, et une flexibilité permettant de faire évoluer le projet au cours du temps.

Principes d’une « esquisse propre »

L’objectif de base de ce credo méthodologique est un principe de communication : constamment rendre lisible l’idée, puis l’évolution de l’idée maîtresse, pour permettre un dialogue à chacune des étapes et enrichir. En appliquant à ma thèse une logique de projet je la considérant comme un matériau composite et évolutif, qui n’est au final qu’un façon de créer de la discussion autour d’un sujet.

S’imposer une logique « d’esquisse propre » est une manière simple de dire qu’on est en permanence à l’étape du brouillon, de l’esquisse, mais que chaque esquisse se doit  d’être présentable, cohérente, parlante, claire, bref « propre » afin qu’elle puisse participer à faire évoluer le projet dans son ensemble.

Quelques exemples de productions que je considère comme autant d’esquisse, visibles dans ce carnet :

– Cet article, tout comme ce carnet de thèse dans son ensemble.
– Ma présentation d’étape du 26 janvier 2011 : visible ICI.
– Mon article sur les clusters média : visible ICI.

Quelques principes d’organisation et réflexes dans un environnement informatique et informationnel

En bonne théorie qu’elle est, cette notion d’esquisse propre n’est aucunement performative, elle n’est qu’une intention. Elle n’est efficace qu’à travers des outils concrets répondant à des problèmes d’organisation purement pratiques. Du général au particulier, voici quelques principes que j’essaie de garder à l’esprit :

  • Garder une vision d’ensemble ;
  • Trouver une organisation flexible dans le temps ;
  • Synchroniser ses dossiers ;
  • Partager ses fichiers ;
  • Sauvegarder sur plusieurs supports ;
  • Ne pas dépendre de logiciels payants.

J’ai bien conscience qu’une grande partie des problèmes évoqués jusqu’ici peuvent paraître d’une grande banalité. Pourtant j’ai pu observer que les solutions apportées à ces problèmes relèvent souvent soit de l’empirisme (techniques ad hoc qui parfois marchent très bien), soit d’une réaction par trop tardive suite à un accident, mais encore le plus souvent d’une mauvaise maîtrise technique, voire d’une technophobie irrationnelle.

Quels outils ?

Le but premier de cet article était de fournir quelques solutions concrètes à des problèmes d’organisation courants, à la portée de toute personne se servant d’un ordinateur. La courte mise en perspective théorique avait d’abord pour objectif de garder une distance critique avec les solutions proposées.

Voici donc quelques outils qui me servent quotidiennement, et que j’ai maintenant presque totalement intégrés à ma manière de faire, à tel point qu’ils me paraissent « naturels », ou tout du moins comme constituant mon environnement. La plupart des outils que je mentionne dans ce paragraphe sont référencés dans la rubrique de liens (colonne de droite du carnet) intitulée « Outils pour la recherche« .

Outils de base, simples d’utilisation :

  • Excel : tableur bien connu de la suite Office mais possédant quantité de fonctions peu utilisées dans les sciences humaines : exploration et traitement de bases de données, calculs statistiques, formules de conditions… Payant (a priori).
  • Zotero : outil de gestion de bibliographie. Plug-in Firefox. Versions Safari et Chrome en développement. Voir aussi un autre article ICI.
  • OpenOffice : suite bureautique en opensource. A peu près les mêmes fonctionnalités que la suite Office de Microsoft mais gratuit.
  • GoogleDocs : espace de votre boîte mail Google permettant de stocker et partager des documents (word, excel, pdf, power point…).
  • Dropbox : synchronisation de fichiers. Permet de synchroniser un dossier et son contenu entre plusieurs ordinateurs, tout en conservant une copie de sauvegarde sur Internet (jusqu’à 3 Go gratuitement). Voir aussi ICI.
  • YouSendIt : un site permettant d’envoyer des mails (jusqu’à 100 Mo gratuitement).
  • Xmarks : synchronisation de bookmarks. permet de sauvegarder, de synchroniser et d’organiser tous ses favoris (bookmarks) internet entre plusieurs ordinateurs, entre plusieurs browser (Firefox, Chrome, Internet Explorer), tout en gardant une sauvegarde sur Internet.

Outils spécialisés :

  • RapidMiner : logiciel opensource de traitement de données et de « web crawling »/ »data mining ». Voir aussi ICI.
  • UDig / gvSIG : deux Systèmes d’Information Géographiques (SIG) opensource et plutôt simples d’utilisation. Voir aussi ICI.
  • FileZilla : logiciel opensource de FTP (File Transfer Protocol).
  • FreeMinder : cartographie heuristique ( ou mind mapping ). Opensource, écrit en Java.

Outils ouvrant d’autres questions sur la recherche (qui feront l’objet d’autres articles) :

  • WordPress et Hypothèses (ce carnet en faisant partie) : de l’intérêt d’écrire sous la forme d’un « blog » lors d’un travail de recherche.
    voir aussi : « Why blog? (Pourquoi un blog?) », éléments de réponse par André Gunther (article cité dans la documentation Cléo) : http://www.arhv.lhivic.org/index.php/2008/09/15/807-why-blog
  • La licence « Creative Commons » : diffuser l’information le plus librement possible en respectant certaines règles.

Ouverture sur une question majeure : du choix des outils et leur influence sur la nature de la recherche

En guise de conclusion j’aimerais ouvrir sur deux points distincts concernant l’influence de cette méthode sur la nature de ma recherche : la posture (l’interdisciplinarité comme champ) et les outils (l’informatique et la recherche).

  • En quoi cette posture interdisciplinaire basée sur la non-finalité constitue à la fois un risque et un angle importants dans ma recherche ?
  • En quoi les outils informatiques influent-ils mes résultats et ma pensée ?

Ces deux questions feront elles aussi l’objet de billets ultérieurement.

 

Croquis de Léonard de Vinci "Etudes d'eau franchissant un obstacle et d'une chute d'eau". Source Wikipedia Commons

Continuer la lecture de Technique, méthodologie et interdisciplinarité : des outils pour une « esquisse propre »

Call for proposals: European Alliances for Mobile and Mobility Industries and Creative Industries


source Wikipedia Commons

« The present call for proposals aims at a more strategic support to service innovations, with the objective to unlock its transformative potential at sectoral and market level and to contribute to strengthening the innovativeness of the economy as part of the implementation of the Europe 2020 Strategy. The call for proposals has two actions:

  • Action 1: European Mobile and Mobility Industries Alliance (1/G/ENT/CIP/11/C/N01C031). This action aims at strengthening the role of innovative services in mobile and mobility industries to re-invigorate the competitiveness of the EU. Whereas mobile services can build upon key enabling technologies developed in Europe or elsewhere, innovative mobility concepts are urgently needed to better address societal challenges. Both aspects will be addressed by this action.
  • Action 2: European Creative Industries Alliance (2/G/ENT/CIP/11/C/N03C011). This action aims at strengthening the role of creative industries as a catalyst of innovation and structural change by promoting the more effective use of all different forms of knowledge and creativity for innovation throughout the economy and to support the emergence of new industries that combine knowledge and creativity with modern technologies, in particular ICT.
  • The two actions will complement regional and national efforts by adding a European dimension through mutual learning and concrete actions. Each action has 4 strands. The deadline for the submission of proposals to each of the strands of the two actions is 24/06/2011. »

    Source : Commission Européenne

    Voir aussi : Interarts

    Bibliographie : Articles scientifiques


    Image de domaine public. Source : wikipedia common

    Bibliographie faite à l’aide de Zotero :

    • Abu-Lughod, Lila. 1995. «Du réalisateur au spectateur : la politique des feuilletons égyptiens». Ed. Jean-Noël Ferrié. Égypte/Monde arabe (24). Anthropologies de l’Égypte 1 (Diciembre 31): 43-58.
    • Aksoy, A., y K. Robins. 1997. «Peripheral vision: cultural industries and cultural identities in Turkey». Environment and Planning A 29 (11).
    • Alvarez, M. D, y S. Yarcan. 2010a. «Istanbul as a world city: a cultural perspective». International Journal of Culture, Tourism and Hospitality Research 4 (3): 266–276.
    • ———. 2010b. «Istanbul as a world city: a cultural perspective». International Journal of Culture, Tourism and Hospitality Research 4 (3): 266–276.
    • Ambrosino, Charles, y Lauren Andres. 2008. «Friches en ville : du temps de veille aux politiques de l’espace». Espaces et sociétés 134 (3): 37. doi:10.3917/esp.134.0037.
    • André, Géraldine. 2007. «École, langues, cultures et développement». Cahiers d’études africaines 47 (186). Varia (Mayo 31): 221-247.
    • Anon. ramses03paris.pdf. http://www.ifri.org/downloads/ramses03paris.pdf.
    • Arsenault, A. H, y M. Castells. 2008. «The structure and dynamics of global multi-media business networks». International Journal of Communication 2: 707–748.
    • Baudin, Rodolphe. 2001. «Le phénomène de la série culte en contexte soviétique et post-soviétique». Cahiers du monde russe 42 (42/1). Varia (Enero 1): 49-70.
    • Benghozi, P. J, y D. Sagot-Duvauroux. 1994. «Les économies de la culture». Réseaux 12 (68): 107–130.
    • Benghozi, Pierre-Jean, y Thomas Paris. 2003. «De l’intermédiation à la prescription : le cas de la télévision». Revue française de gestion 29 (142): 205-228. doi:10.3166/rfg.142.205-228.
    • Benghozi, Pierre-Jean, Thomas Paris, y Maryvonne (de) Saint Pulgent. 2003. Mondialisation et diversité culturelle. Le cas de la France. http://hal.archives-ouvertes.fr/index.php?halsid=unbaild1qdr8uudtchui4aobi2&view_this_doc=hal-00262511&version=1.
    • Birot, Ludovic, Damien Femenias, Christophe Pécout, Régis Thouvarecq, Eric Gillet, y Benoît Louvet. 2009. «Contribution d’une démarche quantitative à l’analyse des flux médiatiques d’information». Ed. Nathalie Casemajor Loustau, Romain Huët, Jean-Pierre Machart, Sandy Montalona, y Tiphaine Zetlaoui. Études de communication (32). Parcours de recherche en SIC: littérature scientifique, méthodes et terrain (Abril 1): 63-80.
    • Bouquillion, P., B. Miège, y C. Pradié. 2003. «Financiarisation des industries de la communication et mutations corrélatives». Panam, industries culturelles et dialogues des civilisations dans les Amériques: 416–433.
    • Bouquillion, Philippe. 2011. «Industries, économie créatives et technologies d’information et de communication». tic&amp;société (Vol. 4, n° 2). TIC et industries créatives (Marzo 21). http://ticetsociete.revues.org/876.
    • Bouquillion, Philippe, Bernard Miège, y Claire Morizet. 2006. «À propos des mouvements récents (2004- 2005) de concentration capitalistique dans les industries culturelles et médiatiques». Le Temps des médias 6 (1): 151. doi:10.3917/tdm.006.0151.
    • Boutet, Marjolaine. 2010. «Soixante ans d’histoire des séries télévisées américaines». Revue de recherche en civilisation américaine (2). La culture populaire américaine (Junio 29). http://rrca.revues.org/index248.html.
    • Brennetot, Arnaud. 2010. «David Harvey ou la géographie de la crise». L’Espace Politique. Comptes rendus (Noviembre 8). http://espacepolitique.revues.org/index1605.html.
    • Calenge, P. 2006. «Les dynamiques spatiales de la production de biens culturels sous les effets de la mondialisation». Espaces et sociétés (2): 33–54.
    • Cambridge, M. «From Creative Industries to Critique: Comparing Policies of London and Berlin».
    • Cubeles, Xavier. [NUMERO_DATE_PUBLICATION]. «4. Les politiques culturelles et le processus de mondialisation des industries culturelles». https://www.cairn.info.gate3.inist.fr/la-fin-des-cultures-nationales–9782707154330-p-69.htm.
    • Cunningham, S. D. 2002. «From cultural to creative industries: theory, industry, and policy implications». Media International Australia Incorporating Culture and Policy: Quarterly Journal of Media Research and Resources (102): 54–65.
    • Cunningham, Stuart D. 2002. From cultural to creative industries: Theory, industry, and policy implications. Journal Article. http://eprints.qut.edu.au/588/.
    • Dubois, V. 2001. «La vision économique de la culture».
    • Einstein, A. «“Nouvelle” économie culturelle: existe-t-il un modèle européen?»
    • Evans, G. 2009. «Creative cities, creative spaces and urban policy». Urban Studies 46 (5-6): 1003.
    • EVREN, A. P.D.Y, y R. A.E SECKIN. «Spatial strategies for the promotion of cultural industries in Istanbul: opportunities and challenges».
    • Genieys, William, y Andy Smith. 2010. «Qui gouverne les industries ?» Métropoles (7). La nouvelle critique urbaine (Julio 8). http://metropoles.revues.org/4189.
    • Gezici, F., y E. Kerimoglu. 2010. «Culture, tourism and regeneration process in Istanbul». International Journal of Culture, Tourism and Hospitality Research 4 (3): 252–265.
    • Ghorra-Gobin, Cynthia. 2009. «À l’heure de la “ deuxième ” mondialisation, une ville mondiale est-elle forcément une ville globale ?» Ed. Hervé Théry y Neli Aparecida de Mello. Confins (5). Número 5 (Abril 11). http://confins.revues.org/5726.
    • Gras, Pierre. [NUMERO_DATE_PUBLICATION]. «Cardiff veut lier développement et grands événements». https://www.cairn.info.gate3.inist.fr/resume.php?ID_ARTICLE=GEOC_823_0145.
    • Greffe, Xavier. [NUMERO_DATE_PUBLICATION]. «Introduction : L’économie de la culture est-elle particulière ?» https://www.cairn.info.gate3.inist.fr/resume.php?ID_ARTICLE=REDP_201_0001.
    • IDIZ, Semih. 2010. «Turkey’s “French Problem”». IFRI. http://www.ifri.org/?page=contribution-detail&id=6044.
    • Janin, Claude, y Lauren Andres. 2008. «Les friches : espaces en marge ou marges de manœuvre pour l’aménagement des territoires ?» Annales de géographie 663 (5): 62. doi:10.3917/ag.663.0062.
    • Keil, R., y J. A Boudreau. 2010. «Le concept de la ville créative: la création d’une réelle ou imaginaire forme d’action politique dominante». Pôle Sud (1): 165–178.
    • Klaic, D. 2005. «Istanbul’s Cultural Constellation and Its European Prospects». HTTP:< http://www. esiweb. org/pdf/turkeynetherlands/istanbulreport. pdf>(accessed: 17 September 2007).
    • Kurtarir, E., y H. Cengiz. 2005. What are the dynamics of creative economy in Istanbul? En 41st ISoCaRP Congress.
    • Lazarou, E. 2010. «A ‘European Identity’for Turkey? Theoretical Approaches, Historical Background and Current Challenges».
    • Liefooghe, C. 2010. «Économie créative et développement des territoires: enjeux et perspectives de recherche». Innovations (1): 181–197.
    • Lusso, Bruno. 2010. «Culture et régénération urbaine : les exemples du Grand Manchester et de la vallée de l’Emscher». Métropoles (8). Varia (Noviembre 30). http://metropoles.revues.org/4357.
    • Mattelart, T. 2009. «Enjeux intellectuels de la diversité culturelle». Culture prospective (2): 1–8.
    • McAdams, M. 2007. «Global Cities as Centers of Cultural Influence: A Focus on Istanbul, Turkey». Transtext (e) s Transcultures 跨文本跨文化. Journal of Global Cultural Studies (3): 151–165.
    • Orueta, Agustín Gámir. 2004. «La industria cultural en el mundo. Estructura, composición y distribución territorial de los grupos multimedia en España». Cybergeo : European Journal of Geography. Espace, Société, Territoire (Agosto 23). http://cybergeo.revues.org/2549.
    • OUELLET, M. 2009. «Dialogues théoriques sur la culture». Cahiers de recherche sociologique (47).
    • Paris, Thomas. [NUMERO_DATE_PUBLICATION]. «Gérer la création : un pacte avec le diable ?» https://www.cairn.info.gate3.inist.fr/revue-le-journal-de-l-ecole-de-paris-du-management-2006-1-page-3.htm.
    • ———. 2011. «Des industries culturelles aux industries créatives : un changement de paradigme salutaire ?» tic&amp;société (Vol. 4, n° 2). TIC et industries créatives (Marzo 21). http://ticetsociete.revues.org/871.
    • Perona, Mathieu. 2010. Trois Essais sur les politiques publiques des industries culturelles. Septiembre 22. http://hal.archives-ouvertes.fr/index.php?halsid=unbaild1qdr8uudtchui4aobi2&view_this_doc=tel-00539075&version=2.
    • Pradié, C. 2005. «Capitalisme et financiarisation des industries culturelles». Réseaux (3): 83–109.
    • Pradié, Christian. 2005. «Capitalisme et financiarisation des industries culturelles». Réseaux 131 (3): 83. doi:10.3917/res.131.0083.
    • Pratt, Andy C. 2008. L’apport britannique à la compréhension des fonctions créatives dans les villes globales. Book Section. http://eprints.lse.ac.uk/20799/.
    • Sassen, S. 1991. «The global city». New York.
    • ———. 1999. «Globalization and its discontents: Essays on the new mobility of people and money».
    • ———. 2000. «New frontiers facing urban sociology at the Millennium». The British Journal of Sociology 51 (1): 143–159.
    • ———. 2002. «Cities in a world economy». Readings in urban theory: 32.
    • ———. 2010. «The city: Its return as a lens for social theory». City, Culture and Society.
    • SASSEN, S. «URBAN SOCIOLOGY IN THE 21ST CENTURY».
    • Schenkel, W., y D. K\übler. 2002. «Bright lights, big cities? Metropolization, intergovernmental relations and the new Federal urban policy in Switzerland».
    • Scott, Allen J, y Frédéric Leriche. [NUMERO_DATE_PUBLICATION]. «Les ressorts géographiques de l’économie culturelle : du local au mondial». https://www.cairn.info/revue-espace-geographique-2005-3-page-207.htm.
    • Seni, Nora. 2009. «Le mécène, un acteur méconnu de la ville». Ed. Dominique Fournier. Transcontinentales (7). Varia (Junio 30): 105-128.
    • Simpson, C. 2006. «Turkish Cinema’s Resurgence: The ‘Deep Nation’Unravels». Senses of Cinema 39: 19.
    • Throsby, C. D, y C. D. Throsby. 2001. Economics and culture. Cambridge University Press.
    • Throsby, D. 1994. «The production and consumption of the arts: a view of cultural economics». Journal of economic literature 32 (1): 1–29.
    • Throsby, David. 2004. «Assessing the Impacts of a Cultural Industry». The Journal of Arts Management, Law, and Society 34 (3): 188-204. doi:10.3200/JAML.34.3.188-204.
    • ———. 2008a. «Modelling the cultural industries». International Journal of Cultural Policy 14 (3): 217. doi:10.1080/10286630802281772.
    • ———. 2008b. «The concentric circles model of the cultural industries». Cultural Trends 17 (3): 147. doi:10.1080/09548960802361951.
    • Tremblay, Diane-Gabrielle, y Sébastien Darchen. 2008. «La thèse de la “ classe créative ” : son incidence sur l’analyse des facteurs d’attraction et de la compétitivité urbaine». Revue Interventions économiques (37). La compétitivité urbaine et la qualité de vie (Febrero 1). http://interventionseconomiques.revues.org/503.
    • Tremblay, G. 2008. «Industries culturelles, économie créative et société de l’information». Global Media Journal 1 (1): 65–88.
    • Ünsal, D. 2006. «How to talk about the cultural sector in Turkey». HTTP:< http://www. labforculture. org/de/directory/region_in_focus/previous_regions_in_ focus/turkey/how_to_talk_about_the_cultural_sector_in_turkey_by_deniz_uensal>(accessed: 17 September 2007).
    • Vovou, Ioanna, y Angeliki Koukoutsaki-Monnier. 2007. «La redécouverte de l’Autre par écrans interposés : fiction télévisuelle et redéfinition des relations gréco-turques». Communication (Vol. 26/1). Vol. 26/1 (Noviembre 15). http://communication.revues.org/index760.html.
    • Yardimci, S. 2001. INTERLOCKING FLOWS: GLOBALISATION, URBANISM, AND CULTURE IN CONTEMPORARY ISTANBUL. En Critical Management Conference, Manchester.• Zukin S.,(1995),« The Culture of Cities», Cambridge, MA and Oxford: Blackwell Publish.

    Répertoire de séries TV turques

    Auteur : Ssoosay (source : Flickr, licence Creative Commons)

    Voici un premier répertoire des séries télé turques produites depuis les années 70, composé à partir de données disponibles publiquement sur Internet.

    Le répertoire complet sera prochainement disponible au format excel.

    sources : diziler.com

    Continuer la lecture de Répertoire de séries TV turques

    Première bibliographie


    Image de domaine public. Source : wikipedia commons

    Une première bibliographie indicative (faite à l’aide de Zotéro) :

    • Abu-Lughod, Lila. «Du réalisateur au spectateur : la politique des feuilletons égyptiens». Editado por Jean-Noël Ferrié. Égypte/Monde arabe, nº. 24. Anthropologies de l’Égypte 1 (Diciembre 31, 1995): 43-58.
    • Adorno, Théodor W. Prismes Critique de la culture et société. Payot, 2010.
    • Arbid, Walid, Salgur Kançal, Jean-David Mizrahi, y Samir Saul, Collectif. Méditerranée, Moyen-Orient : deux siècles de relations internationales : Recherches en hommage à Jacques Thobie. Editions L’Harmattan, 2003.
    • Arendt, Hannah. Condition de l’homme moderne. Pocket, 2002.
    • ———. L’Impérialisme : Les Origines du totalitarisme. Points, 2010.
    • ———. La Crise de la culture. Gallimard, 1989.
    • Arendt, Hannah, y Hélène Frappat. Le système totalitaire : Les origines du totalitarisme. Seuil, 2005.
    • Ascher, François. L’Age des métapoles. L’Aube, 2009.
    • ———. Métapolis ou l’avenir des villes. Odile Jacob, 2010.
    • Augé, Marc. Non-lieux. Seuil, 1992.
    • Ba, Abdoul Hameth, y Jean-Louis Zentelin. La dimension culturelle du développement : Dynamisques de valorisation et de dévalorisation des territoires urbains. L’Harmattan, 2010.
    • Bachelard, Gaston. La poétique de l’espace. 10th ed. Presses Universitaires de France – PUF, 2009.
    • Baudin, Rodolphe. «Le phénomène de la série culte en contexte soviétique et post-soviétique». Cahiers du monde russe 42, nº. 42/1. Varia (Enero 1, 2001): 49-70.
    • Beck, Ulrich. La société du risque : Sur la voie d’une autre modernité. Flammarion, 2008.
    • ———. Pouvoir et contre-pouvoir à l’ère de la mondialisation. Flammarion, 2009.
    • ———. Qu’est-ce que le cosmopolitisme ? Editions Aubier, 2006.
    • Bell, Daniel. Les contradictions culturelles du capitalisme. Presses Universitaires de France (PUF), 1979.
    • Benhamou, Françoise. L’économie de la culture. 6th ed. Editions La Découverte, 2008.
    • Betsky, Aaron, Ian Buruma, Okwui Enwezor, y Bruce Sterling, Collectif. Qu’est-ce que l’OMA ? : A propos de Rem Koolhaas et de l’Office for Metropolitan Architecture. Le Moniteur Editions, 2004.
    • Birot, Ludovic, Damien Femenias, Christophe Pécout, Régis Thouvarecq, Eric Gillet, y Benoît Louvet. «Contribution d’une démarche quantitative à l’analyse des flux médiatiques d’information». Editado por Nathalie Casemajor Loustau, Romain Huët, Jean-Pierre Machart, Sandy Montalona, y Tiphaine Zetlaoui. Études de communication, nº. 32. Parcours de recherche en SIC: littérature scientifique, méthodes et terrain (Abril 1, 2009): 63-80.
    • Bonet, Lluis, y Emmanuel Négrier, Collectif. La fin des cultures nationales ? : Les politiques culturelles à l’épreuve de la diversité. Editions La Découverte, 2008.
    • Bouquillion, Philippe. «Industries, économie créatives et technologies d’information et de communication». tic&amp;société, nº. Vol. 4, n° 2. TIC et industries créatives (Marzo 21, 2011). http://ticetsociete.revues.org/876.
    • ———. Les Industries de la culture et de la communication. PUG, 2008.
    • Bouquillion, Philippe, y Yolande Combès, Collectif. Les industries de la culture et de la communication en mutation. L’Harmattan, 2007.
    • Bourdieu, Pierre. La distinction. Les Editions de Minuit, 1979.
    • Bourdieu, Pierre, Collectif. La Misère du monde. Seuil, 2007.
    • Boutet, Marjolaine. «Soixante ans d’histoire des séries télévisées américaines». Revue de recherche en civilisation américaine, nº. 2. La culture populaire américaine (Junio 29, 2010). http://rrca.revues.org/index248.html.
    • ———. «Soixante ans d’histoire des séries télévisées américaines». Revue de recherche en civilisation américaine, nº. 2. La culture populaire américaine (Junio 29, 2010). http://rrca.revues.org/index248.html.
    • Braudel, Fernand. Grammaire des civilisations. Flammarion, 2008.
    • ———. La dynamique du capitalisme. Flammarion, 2008.
    • Braudel, Fernand, Collectif. La Méditerranée : L’espace et l’histoire. Flammarion, 2009.
    • Brennetot, Arnaud. «David Harvey ou la géographie de la crise». L’Espace Politique. Comptes rendus (Noviembre 8, 2010). http://espacepolitique.revues.org/index1605.html.
    • Center for History and New Media. «Guide rapide pour débuter», s.d. http://zotero.org/support/quick_start_guide.
    • Certeau, Michel de, Luce Giard, y Pierre Mayol. L’invention du quotidien, tome 1 : Arts de faire. Nouv. éd. Gallimard, 1990.
    • Choay, Françoise. L’allégorie du patrimoine. Nouv. éd. rev. et corr. Seuil, 1999.
    • Choay, Francoise. L’urbanisme. Seuil, 1979.
    • ———. L’urbanisme. Seuil, 1979.
    • COLLECTIF. BIBLIOGRAPHIE SUR LES INDUSTRIES CULTURELLES DANS L’ESPACE FRANCOPHONE. C.D.E.I.B, 1988.
    • Collectif. Capitalisme et industries culturelles. Presses Universitaires de Grenoble (PUG), 1980.
    • Costes, Laurence. Droit a la Ville d’Henri Lefebvre Etude de Sociologie Urbaine. Ellipses Marketing, 2009.
    • Debord, Guy. La société du spectacle. Gallimard, 1996.
    • Deleuze, Gilles. Le pli. Editions de Minuit, 1988.
    • Derrida, Jacques. De la grammatologie. Editions de Minuit, 1967.
    • ———. La dissémination. Seuil, 1993.
    • Donnat, Olivier. Les pratiques culturelles des français à l’ère numérique : Enquête 2008. Editions La Découverte, 2009.
    • Eco, Umberto. L’oeuvre ouverte. Seuil, 1979.
    • ———. La production des signes. Le Livre de Poche, 1992.
    • ———. Les limites de l’interprétation. Le Livre de Poche. Le Livre de Poche, 1994.
    • FOUCAULT. Surveiller et punir. Gallimard, 1998.
    • Genieys, William, y Andy Smith. «Qui gouverne les industries ?» Métropoles, nº. 7. La nouvelle critique urbaine (Julio 8, 2010). http://metropoles.revues.org/4189.
    • Grésillon, Boris. Villes culturelles en méditerranée. Publications de l’Université de Provence, 2010.
    • Habermas, Jürgen. L’espace public. Payot, 1988.
    • ———. Théorie de l’agir communicationnel. Fayard, 1987.
    • Harvey, David. Géographie et capital : Vers un matérialisme historico-géographique. Editions Syllepse, 2010.
    • Hukum, Ugur, y Defne Gürsoy. Istanbul : Emergence d’une société civile. Editions Autrement, 2006.
    • INDUSTRIES, LES. LES INDUSTRIES CULTURELLES. UN ENJEU POUR L’AVENIR DE LA CULTURE. UNESCO, 1982.
    • Innerarity, Daniel. La démocratie sans l’Etat : Essai sur le gouvernement des sociétés complexes. Livre neuf, avant-propos de Jorge Semprun. Climats, 2006.
    • Jullien, François. Conférence sur l’efficacité. Presses Universitaires de France – PUF, 2005.
    • ———. Eloge de la fadeur. Le Livre de Poche, 1993.
    • ———. Traité de l’efficacité. Le Livre de Poche, 2002.
    • Koolhaas, Rem. Mutations. Actar, 1753.
    • Koolhaas, Rem, Bruce Man, y Bruce Mau. S, m, l, xl oma, rem koolhaas. [New ed.]. Taschen GmbH, 1998.
    • Lefebvre, Henri. La production de l’espace. 4th ed. Economica, 2000.
    • Lextrait, Fabrice, y Frédéric Kahn, Collectif. Nouveaux territoires de l’art. Sujet, 2005.
    • Lusso, Bruno. «Culture et régénération urbaine : les exemples du Grand Manchester et de la vallée de l’Emscher». Métropoles, nº. 8. Varia (Noviembre 30, 2010). http://metropoles.revues.org/4357.
    • Lyotard, Jean-François. La condition postmoderne. Editions de Minuit, 1979.
    • ———. Le différend. Editions de Minuit, 1984.
    • Martel, Frédéric. De la culture en Amérique. Editions Gallimard, 2006.
    • ———. Mainstream. FLAMMARION LETTRES, 2010.
    • Marx, Karl. Le Capital : Livre 1. Editions Gallimard, 2008.
    • Masboungi, Ariella, y Olivia Barbet Massin. Organiser la ville hypermoderne – François Ascher, grand prix de l’urbanisme 2009. Parenthèses, 2009.
    • Monceau, Nicolas. Générations démocrates : Les élites turques et le pouvoir. Dalloz-Sirey, 2007.
    • Morin, Edgar. Introduction à la pensée complexe. [Nouv. éd.]. Seuil, 2005.
    • ———. La Méthode : Tome 6, Ethique. Points, 2006.
    • ———. La Méthode, l’humanité de l’humanité, tome 5 : L’Identité humaine. Seuil, 2003.
    • ———. La méthode, La vie de la vie, tome 2. Seuil, 1985.
    • ———. La méthode, tome 1. Seuil, 1981.
    • ———. La méthode, tome 3. Seuil, 1992.
    • ———. La Méthode, tome 4 : Les Idées. Seuil, 1995.
    • Morin, Edgar, y Heinz Weinmann. La complexité humaine. Flammarion, 2008.
    • Orueta, Agustín Gámir. «La industria cultural en el mundo. Estructura, composición y distribución territorial de los grupos multimedia en España». Cybergeo : European Journal of Geography. Espace, Société, Territoire (Agosto 23, 2004). http://cybergeo.revues.org/2549.
    • Pamuk, Orhan. Istanbul. Editions Gallimard, 2008.
    • Paris, Thomas. «Des industries culturelles aux industries créatives : un changement de paradigme salutaire ?» tic&amp;société, nº. Vol. 4, n° 2. TIC et industries créatives (Marzo 21, 2011). http://ticetsociete.revues.org/871.
    • Pérouse, Jean-François. La Turquie en marche : Les grandes mutations depuis 1980. Editions de La Martinière, 2004.
    • Porter, Michael E, y Jean-Pierre Détrie. L’avantage concurrentiel des nations. Dunod, 1998.
    • Porter, Michael. L’avantage concurrentiel. Dunod, 2003.
    • Raffin, Fabrice. Friches industrielles : Un monde culturel européen en mutation. L’Harmattan, 2007.
    • ———. Friches industrielles : Un monde culturel européen en mutation. L’Harmattan, 2007.
    • Saez, Guy. Institutions et vie culturelles. 2nd ed. La Documentation Française, 2005.
    • Saez, Jean-Pierre, y France) Observatoire des politiques culturelles (Grenoble. Identités, cultures et territoires. Desclée de Brouwer, 1995.
    • Saez, Jean-Pierre, Edgar Morin, Alain Touraine, Michel Wieviorka, Bernard Stiegler, Jean Viard, Françoise Benhamou, et al. Culture &amp; Société : Un lien à recomposer. Editions de l’Attribut, 2008.
    • Simondon, Gilbert. Du mode d’existence des objets techniques. Ed. augm. d’une préface. Aubier, 2001.
    • ———. L’individuation psychique et collective : A la lumière des notions de Forme, Information, Potentiel et Métastabilité. Editions Aubier, 2007.
    • Smithhuijen, Cas, Murat Guvenc, Ulku Zumray Kutlu, Philipp Dietachmair, Serhan Ada, Osman Kavala, y Ayca Ince. Cultural Policy and Management Yearbook 2010: Sena Ofset, 2010.
    • Stiegler, Bernard. La télécratie contre la démocratie : Lettre ouverte aux représentants politiques. Flammarion, 2008.
    • ———. Réenchanter le monde : La valeur esprit contre le populisme industriel. Flammarion, 2008.
    • Stiegler, Bernard, Philippe Petit, y Vincent Bontens. Economie de l’hypermatériel et psychopouvoir. Mille et une nuits, 2008.
    • Tremblay, Rémy, y Diane-Gabrielle Tremblay. La classe créative selon Richard Florida : Un paradigme urbain plausible ? PU Rennes, 2010.
    • Urfalino, Philippe. L’invention de la politique culturelle. [Nouv. éd.]. Hachette, 2004.
    • Vovou, Ioanna, y Angeliki Koukoutsaki-Monnier. «La redécouverte de l’Autre par écrans interposés : fiction télévisuelle et redéfinition des relations gréco-turques». Communication, nº. Vol. 26/1. Vol. 26/1 (Noviembre 15, 2007). http://communication.revues.org/index760.html.