« Accro aux séries télé, c’est grave, Dr House ? » – Le Monde

« «Mad Men », « Desperate Housewives », « Dr House », « Dexter », « Les Soprano », « Six Feet Under », « Urgences », « Grey’s Anatomy », « Les Experts »… Si aucun de ces titres ne vous fait vibrer, vous pouvez tourner la page. Vous n’êtes pas accro aux séries télé comme ces quelque 90 fans qui ont répondu à un appel à témoignage lancé sur LeMonde.fr.(…)

Car le vrai fan attend rarement la diffusion de la série sur une chaîne française. Il la télécharge et la regarde le plus souvent en VO sous-titrée dès qu’elle est passée dans son pays d’origine, de préférence gratuitement. Pour Marc Zaffran, alias Martin Winckler, écrivain, médecin, passionné de séries et auteur d’un livre sur le sujet (Les Miroirs de la vie : histoires des séries américaines, Le Passage, 2005), l’attachement des fans est dû à un cocktail. Il combine « variété » – il n’y a pas un seul mais plusieurs personnages -, « continuité » – les récits se déroulent sur plusieurs années – et « surprise » – les rebondissements sont nombreux et alimentent le suspense.

« Toutes proportions gardées, les séries remplissent la fonction de narration que l’on retrouve tous les jours en parlant de ses voisins, de ses collègues ou de sa famille, explique-t-il. Les psychologues évolutionnistes estiment que la fiction sert, non seulement, à nous mettre dans des situations hypothétiques, mais qu’elle nous apprend à les résoudre. » Comme une sorte d’imitation de la vie. Baptiste, 18 ans, se reconnaît dans certaines scènes de ses deux séries préférées (« How I Met Your Mother », « The Big Bang Theory »), « ce qui, avoue-t-il, [le] fait réfléchir ».(…) »

Source: Le Monde

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.