Rapports : Union Européenne

SOME QUOTES FROM SEVERAL EU REPORTS

« «Europe créative», nouveau programme-cadre pour les secteurs de la culture et de la création relevant du cadre financier pluriannuel (CFP) 2014-2020, réunira les actuels programmes Culture, MEDIA et MEDIA Mundus dans un cadre commun et établira une toute nouvelle facilité visant à améliorer l’accès au financement. […]

 

[…] « Les industries culturelles et créatives se caractérisent par une nature duale (qui les distingue de toute autre industrie), à la fois économique, par leur contribution en termes d’emploi, de croissance et de création de richesses, mais avant tout culturelle, par leurs activités qui contribuent à l’épanouissement et à l’intégration sociale et culturelle des citoyens. En encourageant la créativité et en innovant pour améliorer les processus de distribution et de production, ces industries jouent, dans l’Union européenne, un rôle majeur dans la promotion de la diversité culturelle et linguistique, du pluralisme, de la cohésion sociale et territoriale mais aussi dans la démocratisation de l’accès à la culture et la promotion du dialogue interculturel. À ce titre, rémunérer de manière juste la création grâce aux droits de propriété intellectuelle est une condition sine qua non à la préservation de la diversité culturelle européenne.

Aussi faut-il faciliter la mobilité et l’attractivité. En effet, promouvoir la mobilité des artistes, des praticiens de la culture et des œuvres est un moyen d’aider les industries culturelles et créatives européennes à passer notamment de l’échelon local à l’échelon national. Pour ce faire, il est nécessaire de s’employer à mettre en place des partenariats équilibrés avec les professionnels européens sur la base de mécanismes de concertation régulière pour suivre un secteur en évolution rapide, lever les freins à la mobilité et assurer une veille sur les outils développés à tous les niveaux. » […]

Extrait d’une interview de Marie-Thérèse Sanchez-Schmid du 14 février 2011 :

[…] « Ces industries représentent plus de 600 milliards d’euros de chiffre d’affaire par an, soit 2,6% du PIB, explique Marie-Thérèse Sanchez-Schmid, « et elles ne sont pas en récession. Aujourd’hui en Europe, et malgré la crise, les industries culturelles sont en croissance, en particulier, les industries du luxe. »

Ces industries très diverses jouissent d’un énorme potentiel, renforcé par les possibilités de diffusion qu’offre l’ère numérique. Mais ce potentiel n’est pas encore pleinement exploité, car ces industries « sont un peu trop cantonnées dans leurs états membres », estime la députée.

L’union européenne peut aider à surmonter ces obstacles, par exemple grâce aux programmes comme MEDIA (financement pour l’industrie audiovisuelle) ou le Prix Lux du Parlement européen. » […]

 


 

 

[…] « As regards audiovisual policy, the Radio and Television Supreme Council (RTÜK) adopted a regulation in November 2009 that lifted the time restrictions for private broadcasters and allowed 24-hour broadcasting in languages other than Turkish. The Regulation also removed the subtitle/consecutive translation requirement, thus opening the way for live broadcasts. Limitations as regards children’s and language teaching programmes have also been lifted. As a consequence, the number of radio stations and TV channels broadcasting in languages other than Turkish has increased to 15 (5 TV channels and 10 radio stations), all of them broadcasting regionally.

The consultation forum with broadcasters continued, although on an irregular basis. RTÜK has reinforced its monitoring capacity by recruiting new staff who speak Kırmanji and Zaza. For the moment however, the monitoring of all local TV and radio broadcasts are carried out with the contributions of the monitoring units of the local police in line with a protocol that was first signed in 1998 and amended in 2006.

TRT became a shareholder in Euronews, whose Turkish service has been on air since January 2010, 24 hours a day, 7 days a week. Euronews in Turkish is distributed all over Turkey by TRT and is available on all distribution networks. In addition, TRT 2 is using Euronews programmes and the Turkish internet service also features Euronews programmes on demand.

In terms of alignment with the acquis, however, there has been no development. Media legislation is not yet aligned with the Audiovisual Media Services Directive. The draft law aiming to implement the directive was submitted to parliament in May 2010. RTÜK has not yet reallocated frequencies and the broadcasters have continued to use terrestrial frequencies on a de facto basis. The licensing deadlock continues to damage the broadcasting industry and also causes technical difficulties, such as significant interference, including cross-border, on both telecommunication systems and television and radio broadcasts. Switchover to digital would solve this problem, since Turkey adopted a roadmap on digital switchover in 2009, in line with the objective set by the European Commission for EU Member States.

The interpretation of certain articles of the broadcasting law and the sanctions imposed on broadcasters raised concerns. In June, RTÜK imposed a broadcasting ban on a channel for the words of a writer who spoke about the Armenian issue and which according to the regulator exceeded the limits of criticism. » […]

[…] « Proclamée en 1923, la République de Turquie, malgré une brève interruption entre 1960 et 1961, s’est apparentée à une démocratie parlementaire jusqu’en 1980, date à laquelle l’armée a pris le pouvoir. Le rétablissement d’un gouvernement civil en 1983 a permis le retour à la démocratie.

Depuis 1983 et la renaissance de la vie politique, plusieurs partis ou coalitions se sont succédé à la tête de l’exécutif.

En 1983, le Parti de la Mère Patrie (ANAP) remporte les premières élections libres depuis la prise de pouvoir par les militaires. Il s’agit d’un parti conservateur.

En octobre 1991, six mois après la fin de la guerre du Golfe à laquelle la Turquie a activement participé, le Parti de la Voie Juste (DYP) remporte les élections mais son leader, Soliman Demirel, est contraint de s’allier avec le Parti Populaire Social Démocrate (SHP). On a parlé là encore d’alliance conservatrice. Les bénéfices tirés de la guerre du Golfe ont permis d’intensifier pendant cette période la lutte contre le PKK (Parti des travailleurs kurdes) et de contrecarrer pour un temps les projets d’indépendance de la minorité kurde.

En juin 1993, le Premier ministre Soliman Demirel succède à Turgut Ozal à la présidence de la République de Turquie. Ce bouleversement à la tête de l’exécutif coïncide avec la montée en puissance du Parti Fondamentaliste Islamique (Refah) qui n’a de cesse de faire la preuve de sa crédibilité électorale entre 1993 et 1995, contraignant même le parti au pouvoir (DYP) à s’allier avec le parti de centre droit ANAP afin de barrer le passage aux islamistes lors des élections de décembre 1995.

Les mésententes entre les dirigeants des deux partis au pouvoir conduisent dès 1996 à la dissolution de l’alliance et à la constitution d’une nouvelle coalition entre le DYP et les islamistes du Refah. Necmettin Erbakan devient chef du gouvernement en juin 1996. Souffrant d’une relative méfiance de l’opinion et du manque d’appui des militaires du Conseil national de sécurité à l’influence politique et aux aspirations laïques affirmées, le Refah a eu le plus grand mal à mettre en application sa politique de repli vis-à-vis de l’OTAN et de l’Union européenne, en rupture avec les engagements pro-européens des gouvernements précédents.

Après trois années d’instabilité politique relative au cours desquelles six gouvernements se sont succédé et où tous les principaux partis, y compris le Refah, dissout malgré tout en 1998, ont eu l’occasion d’exercer le pouvoir, les élections anticipées d’avril 1999 consacrent le retour aux affaires du parti social démocrate de l’ex Premier ministre Bullent Ecevit qui met fin à des dizaines d’années d’hostilité entre son parti et le Parti Nationaliste, arrivé en deuxième place aux élections, en ouvrant la voie à une coalition entre les deux partis. L’arrestation du leader du PKK Abdullah Ocalan, vécue comme une grande victoire par l’opinion publique locale, a fait beaucoup pour la popularité du gouvernement Ecevit, qui a par ailleurs été confronté à la gestion des conséquences du terrible tremblement de terre de1999.

En mai 2000, après sept ans de présidence, Soliman Demirel cède sa place à l’ancien juge constitutionnel Ahmet Necdet Sezer, toujours Président à ce jour.

L’année 2002 consacre le retour en grâce des partis islamistes, Recep Erdogan (AK Parti) menant son mouvement à la victoire lors des élections du 3 novembre 2002. C’est la première fois qu’un parti islamiste gagne à la majorité absolue les élections depuis la création de la République de Turquie. Il n’a manqué que quatre voix au Parti AK pour obtenir la majorité des deux tiers qui permet de faire réviser la Constitution. Recep Erdogan s’est converti à l’Europe en cours de campagne.

Le 15 janvier 2003, la Turquie signe le protocole n°6 de la Convention européenne des droits de l’homme, interdisant la peine de mort en temps de paix, ouvrant ainsi la voie à une intégration à l’Union européenne, la question des droits de l’homme motivant, entre autres, les réserves des pays membres. » […]

 

 

Voir aussi : 

  • « Les industries créatives et l’économie créative dans les rapports officiels européens ».
    Rapport pour le département des études, de la prospective et des statistiques du ministère de la Culture et de la Communication
    Philippe Bouquillion Professeur de sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris 8 Jean-Baptiste Le Corf Doctorant en sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris 8
    Centre d’étude des médias, des technologies et de l’internalisation Université Paris 8
    Mai 2010