Call for papers, VI International PhD Seminar – Urbanism and Urbanization, 21/05/11

“Three main aspects can be identified today that define an “urban question” different from the past: first, the growing distance between the rich and the poor, second, the environmental risks, and third the mobility crises. The ‘question’ is and will be ‘urban’ because it is in the urban context that the largest part of the world population lives. It is in the context of the city that the question is most apparent and gains a sense of urgency.(…)”

“Short and ‘full papers’
The seminar invites full papers that present a coherent piece of research or dissertation chapter, as well as short papers that address methodology, research question or articulate a starting point for PhD research.
Full papers will be organized in thematic sessions. Short papers will be organized in thematic workshops.

Abstract guidelines
PhD candidates interested in presenting a paper should submit an abstract of maximum 1000 words by May 21st . The scientific committee, taking into account the interest of the themes proposed, will select the papers to be presented during the seminar by July 8th . Upon selection of the various contributions, we will invite respondents in function of the subject of the papers submitted. The selected papers will be submitted in a final version to the scientific committee and to each respondent before September 15th. (…)”

Call for papers launch:
21 March 2011

Deadline abstracts:
21 May 2011
Notification of acceptance:
8 July 2011
Full paper due:
15 September 2011

More infos :
http://www.uu2011.eu/

Les séries télévisées américaines contemporaines : entre la fiction, les faits et le réel – Paris Diderot, du 5 au 7 mai 2011

Depuis le milieu des années 1990, les séries américaines connaissent un nouvel « âge d’or », marqué par des productions de grande qualité, par un engouement international spectaculaire (lié aussi aux nouveaux modes de visionnage – DVD, streaming ou VOD), et par un nouveau respect critique pour la forme elle-même. Ce colloque se propose d’explorer le lien que tissent ces œuvres entre fiction et réalité. Pourquoi, par exemple, certaines réalités semblent-elles se prêter plus particulièrement à la forme sérielle (le monde médical, policier, ou judiciaire par exemple)? Les communications pourront aussi s’interroger sur l’idéologie qui sous-tend les choix de la fiction : quelle fonction la fiction a-t-elle quand elle prend en charge un certain aspect de la réalité (sociale, politique, économique) à un moment donné ? (comme la représentation de l’administration américaine dans The West Wing [A la Maison Blanche], ou la dénonciation des dysfonctionnements institutionnels dans The Wire [Sur Ecoute]).

Les approches plus esthétiques et formelles pourront se pencher sur les modes et stratégies utilisées par ces fictions pour représenter le réel. En quoi consiste le « réalisme » prétendument affiché par certaines d’entre elles, depuis la représentation en « temps réel » de 24 jusqu’à l’utilisation de la caméra à l’épaule dans Californication, ou encore aux détails corporels très crus de Nip/Tuck ? D’autres œuvres, au contraire, témoignent d’une ambition de stylisation ou de caricature (Desperate Housewives), et que dire des mondes fantasmés de Battlestar Galactica ou True Blood, ou du rapport à une quelconque « réalité historique » dans des séries comme Deadwood, Mad Men, ou Rome ?

Ce lien entre fiction et réalité pourra aussi nous aider à réfléchir sur la manière dont ces séries s’inscrivent dans la réalité même des spectateurs. Le processus d’identification et d’appropriation semble atteindre des niveaux sans précédents. Les spectateurs poursuivent l’expérience de « leur » série sur internet, par des discussions, des « re-créations » audiovisuelles, ou tout simplement par la consommation de produits dérivés. Les séries influent par la suite sur la manière dont nous appréhendons la réalité qui nous entoure. De tout temps bien sûr, l’individu s’est construit en partie grâce aux fictions auxquelles il était exposé, mais on pourra s’interroger, lors de ce colloque, sur la spécificité de l’impact des séries sur le spectateur, qui y trouve à la fois le pouvoir hypnotique et séducteur du film de cinéma et le plaisir de la complexité narrative et de la durée plus généralement associé au roman littéraire.

Comité scientifique :
Ariane Hudelet (Etudes anglophones, Université Paris Diderot)
Sophie Vasset (Etudes anglophones, Université Paris Diderot)
Pierre-Olivier Toulza (Etudes cinématographiques, Université Paris Diderot)
Marjolaine Boutet (Histoire, Université d’Amiens)
Sarah Hatchuel (Etudes anglophones, Université du Havre)
Monica Michlin (Etudes anglophones, Université Paris IV-Sorbonne)
Thibaut de Saint-Maurice (Philosophe, Lycée Richelieu, Rueil-Malmaison)

Contacts : Ariane Hudelet et Sophie Vasset

 

Programme du jeudi 5 mai 2011

  • 13h30 : accueil et inscriptions
  • 14h00 : ouverture du colloque (Ariane Hudelet et Sophie Vasset)

 

Panel 1 : Quelle réalité, quelle fiction ?
Présidente de séance : Ariane Hudelet

  • 14h30 : De quel réalisme la sérialité est-elle la forme ? – Thibaut de Saint-Maurice (philosophe)
  • 15h : Le temps des séries – Jean-Pierre Esquenazi (Université Lyon III)
  • 15h30 : Du roman réaliste à la série télé, la fresque sociale en miettes – Antonia Zagamé (CNRS)
  • 16h30 : Effet de réel contre réalisme dans les séries télévisées contemporaines – Hervé Glévarec (CNRS)
  • 17h : The treatment of the law: between reality and imagination in television legal series – Barbara Villez (Université Paris 8 )
  • 17h30 : Les séries judiciaires : histoires de cour, histoires de cœur. L’écriture dramatique au service de la culture juridique – Nathalie Maroun Taraud (ENS Ulm)

 

Programme du vendredi 6 mai 2011

Panel 2 : Histoire et histoires
Présidente de séance : Marjolaine Boutet

  • 9h : Les séries historiques entre la fiction et le réel : quand les scénaristes rivalisent avec les historiens – Ioanis Deroide (Historien, lycée Richelieu, Rueil Malmaison)
  • 9h30 : “The West Wing with Wigs?”: Politics and History in HBO’s John Adams – Aurélie Godet (Université Paris Diderot)
  • 10h : Les bonds historico-médiatiques de Sam Beckett. Code Quantum, voyage au temps des images -Vincent Baticle (Université Paris Diderot)
  • 11h : Fiction and Reality in TV Series Portraying Presidents: Reality effect, Déjà Vu, Groundhog Day, Prophecy, or Time Warp? – Monica Michlin (Université Paris Sorbonne)
  • 11h30 : « Qumar », le pays qui n’existait pas. The West Wing et le spectre du Moyen-Orient – Joseph Belletante (Triangle, ENS-LSH)
  • 12h : Le remake de la série V et le système de santé universel de Barack Obama: entre réalité et fiction, histoire d’une défaite programmée – Audrey Viguier (University of Florida)

 

Panel 3 : Réalisme du corps
Présidente de séance: Sophie Vasset

  • 14h : Evidence of the Body: Death, Illness and Representation of Truth in Contemporary American TV series – Maria Neklyudova (Russian State University of Humanities, Moscou)
  • 14h30 : Au plus près de la chair : corps malades et corps morts dans les séries contemporaines (titre provisoire) – Maud Desmet (Université de Poitiers)
  • 15h : Deadwood entre réalité et fiction : inscription de l’Histoire, figurations du corps, et jeux de langage – Gilles Menegaldo (Université de Poitiers)

 

Panel 4 : Esthétiques du réalisme
Présidente de séance : Shannon Wells-Lassagne

  • 16h : Mad Men, Nostalgia, and the Aesthetics of Consumption, or: Don Draper Gets an iPhone – Simone Knewitz (Bonn University)
  • 16h30 : Fiction and Reality in HBO’s Treme : A Narrative Alchemy at the Service of Political Truth – Catherine Dessinges, Dominique M. Gendrin, Wendy Hajjar (Tulane University)

 

Panel 5 : Genres et publics
Président de séance – à confirmer

  • 14h : House of mirrors: New realities, new fictions of the suburbs in The Middle – Donna Spalding Andreolle (Université Stendhal – Grenoble III)
  • 14h30 : The L Word : Le réel sous le glamour : ou “The way that they live” – Adrienne Boutang (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle)
  • 15h : Veronica Mars vs Don Draper : le réalisme des séries adolescentes contemporaines – Pierre-Olivier Toulza (Université Paris Diderot)
  • 16h : Is there a Doctor in the HOUSE ?: les séries télévisées médicales face au monde réel – Pamela Tytell (Université Lille 3)
  • 17h : “Unreal” gender messages in late 90s women-centered action dramas – Anne Sweet (Université Paris 3- Sorbonne Nouvelle)

 

Programme du samedi 7 mai 2011

Panel 6 : Représenter quelque chose qui n’existe pas : de l’Antique à la science-fiction
Présidente de séance : Sarah Hatchuel

  • 9h : Jules César au secours des américains : l’incipit de la série Rome – Julie Gallego (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
  • 9h30 : Rome : un péplum enfin réaliste ? – Vivien Bessières (Université Toulouse II, Le Mirail)
  • 10h : Rome ou le grain de l’antique – Isabelle Schmitt-Pitiot (Université de Bourgogne, Dijon)
  • 11h : Occupation, collaboration, résistance et épuration dans la troisième saison de Battlestar Galactica – Marjolaine Boutet (Université d’Amiens)
  • 11h30 : Battlestar Galactica and the Global War on Terror – Lori Maguire (Université Paris 8 )
  • 12h : De Babylon à Caprica: la nouvelle science-fiction télévisuelle et l’effet-réalité – Medhi Achouche (Université Stendhal, Grenoble)

 

Panel 7: Du crime au châtiment
Présidente de séance : Barbara Villez

  • 9h : Quand la fiction irrigue la réalité : les usages sociaux des séries policières dans la fiction policière – Guillaume Le Saulnier (Université Paris 2)
  • 9h30 : Qu’y a-t-il de « policier » dans les séries policières ? – Yann Philippe (Université de Reims)
  • 10h : Entre ombres et lumières : les figures de policiers en eaux troubles, symbole d’une Amérique en perte de repères (The Shield, The Wire, Dexter) – Julien Achemchame (Université Paul Valéry, Montpellier)
  • 11h : La perspective narrative dans les séries « Cop and Lab ». Quelles contributions aux représentations du monde scientifique et technique ? – C. Bruguière (Université Claude Bernard, Lyon), M. Chouteau (INSA, Lyon), C. Nguyen (INSA, Lyon), E. Triquet (Université Joseph Fourier, Grenoble)
  • 11h30 : From Oz to Lockup: Bringing Prison Life (Back) Home – Claudia Schippert (University of Central Florida, Orlando)
  • 12h : Fictions et réalités : principes miroirs ? Castle ou la rencontre de la vie et de l’écrit – Anaïs Kompf (Université Paris Diderot)

 

Panel 8: L’inquiétante étrangeté
Président de séance : Monica Michlin

  • 14h : Twin Peaks, conte de la modernité, modernité du conte – Marine Legagneur (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle)
  • 14h30 : X-Files : allégorie de la condition postmoderne du monde – Frédéric Gai (Université de Caen)
  • 15h : “Reality lies elsewhere? Le néo-réalisme fantastique dans quelques épisodes de X-files” – Emmanuëlle Delanoë-Brun (Université Paris-Diderot)

 

Panel 9: Déformation et marginalité comme mode de représentation
Président de séance : Emmanuelle Delanoë-Brun

  • 14h : “Alan Ball’s California and Louisiana series: a troubled state of the nation” – Anne-Marie Paquet-Deyris (Université Paris X-Nanterre
  • 14h30 : Which is the “True Blood”?: A Reflection on Otherness in Contemporary America – Marta Bosch (University of Barcelona)
  • 15h : Carnivàle entre fiction et réalité historique – Jean Du Verger (Université Paris 5-Sorbonne)

 

Panel 10 : Conclusion : le vertige post-moderne ou la fusion entre réalité et fiction
Président de séance : Pierre-Olivier Toulza

  • 16h : Lost in Lost (le retour): Réalité alternative et/ou fiction collective – Sarah Hatchuel (Université du Havre)
  • 16h30 : Transforming the traditional sitcom: the postmodern reflexivity of Abed in Community – Shannon Wells-Lassagne (Université Bretagne Sud)
  • 17h : Desperate Housewives : fiction de toutes les fictions – Renan Cros (Université Paris Diderot)

Technique, méthodologie et interdisciplinarité : des outils pour une “esquisse propre”

Leonardo Da Vinci, étude d'un crâne humain. Source : Wikipedia Commons

Voici un petit billet à propos de la méthode de travail que je suis en train d’expérimenter à travers ma thèse. Cette réflexion fait suite à un parcours professionnel multiple (en agence d’architecture, en ambassades, en agence de communication), à plusieurs discussions avec des étudiants et chercheurs d’horizons divers, ainsi qu’à une discussion avec Khedidja Mamou (architecte et doctorante en sociologie) sur ma façon de travailler. Elle m’a alors conseillé de faire un article sur mes “recettes de cuisine”.

J’exposerai ici mon credo méthodologique, celui d’une “esquisse propre” – ou comment tenter de travailller sur une projet jamais abouti mais en permanence communicable et cohérent – puis je listerai quelques outils informatiques permettant d’appliquer cette logique (pour les plus pressés voir § “Quels outils” en fin d’article).

Jusqu’à ce que le cadre de références se précise le travail de préparation de thèse donne parfois des vertiges vue la quantité d’informations aujourd’hui disponible, principalement grâce à l’informatique : sur Internet tout d’abord (les catalogues en ligne, les plateformes de référencement, les revues, la presse, etc…), mais aussi dans ces tableaux interminables de chiffres ou de statistiques, les listes de contacts, ce à quoi il faut ajouter toutes les données acquises par des méthodes plus traditionnelles (entretiens, photos, et ainsi de suite). Même si l’on peut regretter cette explosion de données, au motif qu’elle brouille la lecture et la compréhension du monde, on ne peut 1) qu’admettre qu’elle existe, 2) qu’elle nous entoure, et 3) qu’il faut bien au final composer avec.

C’est une banalité de dire que la quantité d’informations traitées dans une recherche change la nature même de la recherche, comme elle change en retour la pensée du chercheur. Sans trop s’attarder on pourrait dire qu’organiser son travail signifie aussi organiser sa propre pensée, et réciproquement. Le mode d’organisation que nous adoptons est à son tour conditionné par une tekhné, c’est-à-dire est à la fois un environnement technique matériel et une technique cognitive (une maîtrise) de ces outils matériels. S’entourer d’outils techniques ne signifie pas pour autant devenir un apôtre de la technique, passer au “tout-technique” ; comme pour le marteau, le téléphone, ou la grammaire, à chaque outil correspond des besoins spécifiques, un apprentissage et un champ d’usages potentiels, qu’ils soient inconnus ou accessoires.

J’essaie de distinguer trois grands problèmes qui conditionnent mon mode d’organisation, et qui demandent chacun une réflexion spécifique :

  • La question de départ, la problématique et les objectifs ;
  • L’organisation de son temps et de ses données ;
  • Les outils à disposition pour que correspondent au mieux les deux domaines précédents.

Cet article ne s’attardera pas sur le premier point, propre à toute thèse, qui sera traité dans des posts ultérieurs. Je me concentrerai simplement sur des questions pratiques d’organisation, et sur l’influence possible de mon mode d’organisation sur la nature de ma recherche. Ce billet suivra peu ou prou la logique suivant :

→ les contraintes de base
→ les besoins spécifiques
→ l’intention
→ l’organisation
—-→ les outils
—–
→ les résultats

Des contraintes très pragmatiques

Qu’il s’agisse d’un chercheur ou d’un travail en dehors de la recherche (en agence d’architecture par exemple) il existe des impératifs et des besoins très basiques, qui engendrent autant de risques qu’il faut anticiper. Ces risques sont d’autant plus importants que la quantité d’informations augmente. Parmi les risques et les besoins du thésard, je citerai les suivants qui sont des plus basiques ou des plus triviaux mais qui au final impactent la recherche même:

  • Ne pas perdre son travail :
    Que faire avant d’avoir le problème du disque dur qui ne répond plus, de l’ordinateur volé, du café renversé sur le clavier ?
  • Gérer des quantités toujours plus grandes d’information :
    Bibliographies, articles, mails, dossiers et fichiers non classés sur son disque dur, travailler sur plusieurs ordinateurs, dans plusieurs bureaux, dans plusieurs langues…
  • Economiser ses ressources :
    Les bourses d’études durent un temps, ne se renouvellent pas automatiquement, les voyages et le matériel informatique coûtent chers. Bref des sources de financement incertaines pour des investissements coûteux.
  • S’adapter à de nouvelles situations :
    Une nouvelle référence peut remettre en question tout ou partie du travail, ou dans le cas du travail dans une équipe (laboratoire, institut) le fait de programmer des événements en parallèle qui peuvent ensuite être intégrés à sa propre recherche.
  • Gagner du temps :
    3 ans pour faire une thèse (sur le papier) et peut-être un an ou deux de plus tolérés, c’est maintenant le “contrat” de base entre l’étudiant et son université. Trois ans donc pour chercher des sources, rencontrer des personnes, travailler à côté, lire, etc… voire même avoir une vie privée pour les plus ambitieux. Le but est alors de gagner du temps sur les tâches ingrates en évitant de refaire les mêmes manipulations plusieurs fois, comme par exemple : refaire un travail perdu (cf “ne pas perdre son travail”), recopier une par une des données… Bref d’automatiser toutes ces tâches ne demandant que peu de travail intellectuel.
  • “Ça pourra peut-être servir…” :
    … petite ritournelle qui trotte lorsqu’on trouve de nouveaux documents dont on ne sait quoi faire sur le moment, et pouvant conduire au syndrome de la boulimie intellectuelle. Aux tous premiers moments de la thèse cette boulimie est nécessaire pour dessiner son cadre de travail, mais peut tout aussi bien faire perdre toute cohérence à la recherche. Le problème est ici en gros de classer l’inutile sur le moment mais peut-être intéressant.
  • Produire une réflexion :
    Sans prendre en compte la course à la compétitivité que se livrent les universités, on demande d’abord à un chercheur d’écrire ou de produire du savoir pour pouvoir ensuite le transmettre et le diffuser. L’objectif est alors de se concentrer sur l’essentiel, c’est-à-dire sur la réflexion et l’usage de l’outil plutôt que sur l’outil lui-même.

La méthode et les solutions techniques choisies pour répondre à chacun de ces problèmes a une influence sur la nature de la recherche, et le point commun à ces techniques est qu’elles ont en général toutes aujourd’hui un support informatique, j’y reviendrai plus bas.

Les sources, les données et la complexité

J’ai choisi de commencer ma thèse en menant d’emblée une approche “macro” : dans mon cas il s’agit de recenser toutes les séries télévisées turques (les titres, les chaînes, les boîtes de production, les holdings financières rattachées, audience) et les acteurs de leur production sur tout le territoire d’Istanbul. Ce choix est motivé par ma problématique et n’est pas neutre : je cherche à étudier la production d’une industrie culturelle de masse (la télévision) et ses liens structurels avec le milieu financier. Il me semblait alors justifié d’étudier en premier lieu une industrie de masse par la masse de données qu’elle produit.

Cette quantité de données génère de fait une complexité : de par la somme des données (environ 1200 séries depuis les années 70), ainsi que par la nature des données (durée, genre, année de production, localisation des entreprises…). Plusieurs réactions extrêmes auraient été envisageables avant ce choix : trancher dans la complexité, ou bien changer d’outils – c’est-à-dire changer mon environnement technique et ma propre organisation.

La première remarque préalable est qu’une recherche de thèse est ou devient complexe quel que soit le sujet étudié. Mais si la complexité est aussi présente dans un cas (trancher) que dans l’autre (changer d’outils), les postures sont à mon sens extrêmement différentes dans leur définition de l’interdisciplinarité.

  • Trancher dans la complexité pour la réduire dès le départ, c’est-à-dire circonscrire mon champ d’étude autour d’un objet très défini (choisir un échantillon restreint de séries dès le départ par exemple, ou le cas d’une seule boîte de production). Le faire dès le début n’aurait été qu’un pis-aller et ce pour deux raisons : ce n’aurait été que retrouver de la complexité au niveau particulier (l’effet “microcosmos”), même si la nature des données change à cette échelle ;  et je n’aurais pu légitimer ma sélection initiale que sur des critères subjectifs, chose compliquée dans mon cas vue mon approche non-anthropologique.
    Dans ce premier cas (trancher) l’approche est celle du spécialiste ou de l’expert, se traduit par un champ disciplinaire plus identifié (histoire, géographie, sociologie…) et se concentre surtout sur un objet plus précis (géographique, disciplinaire ou thématique) : l’interdisciplinarité est ici mis au service d’un objet ou d’une discipline de référence.
  • Changer d’outils pour en trouver de plus adaptés à l’échelle de complexité attendue. En effet si la somme de données à disposition au départ paraît posséder une certaine cohérence mais qu’elle échappe à la compréhension au premier abord, il semble nécessaire de revoir sa “boîte à outils”, intellectuelle et technique.
    Dans ce cas (changer d’outils) l’approche est celle du non-spécialiste, pour ne pas dire de l’artisan ou de l’autodidacte, mais c’est aussi une posture qui se définit par une volonté première d’interdisciplinarité : l’interdisciplinarité se définit alors comme un champ différencié, avec ses outils spécifiques fonctions de la question initiale, et les disciplines satellites ne sont appelées qu’en appui. Alors,  il me semble que l’importance est donnée à la problématique initiale, en la plaçant avant l’objet de la recherche ou du terrain.

La pratique de l’architecte est une bonne métaphore de la pratique interdisciplinaire, car elle se situe exactement dans cet intervalle : “entre” des champs spécialisés. Cette dernière approche est évidemment celle qui me parle le plus et celle que je tente d’adapter au travail de thèse.

Croquis de Leonardo Da Vinci "dessin pour une machine volante". Source Wikipedia Commons

Une organisation proche de celle d’un “projet”

Cette réflexion repose au fond sur un principe de non-finalité et de doute : je considère en somme qu’un travail – quelle que soit sa nature – n’est jamais achevé, ou du moins en doutè-je. Deux métaphores pour l’illustrer : l’architecture et le diplôme. Dessiner un bâtiment n’est pas une fin en soi  tant qu’il n’est pas occupé dirons les architectes. Habiter un bâtiment n’est pas non plus une fin en soi dirons les habitants, cela nous permet d’avoir un confort, d’être proche des écoles, de son travail, et ainsi de suite. Le baccalauréat, un diplôme, un mémoire n’ont pas de fin en soi non plus ; certains diront qu’ils permettent de trouver un travail, mais on peut plus certainement dire qu’ils sont des rituels de passage vers autre chose. Une fois le travail trouvé on il s’agit ensuite de lui donner un sens. De fait la thèse n’est jamais qu’une étape dans ce parcours, étape est elle-même ponctuée de séquences, significatives ou non. Il n’y a donc dans cette logique ni fin ni moyen, simplement le cours d’une pensée.

Au cours de mes diverses expériences professionnelles ainsi qu’en repensant à mon apprentissage en école d’architecture j’ai souvent appliqué de manière plus ou moins consciente une logique de “projet” telle qu’on a  pu me l’enseigner en école d’architecture. Voici livrées à chaud quelques réflexions personnelles sur mon mode d’organisation en tant que chercheur, à la croisée de cette logique et de ce principe de non-finalité.

  • La thèse peut être vue comme un “projet” :
    Sans prétendre résumer la notion de “projet” d’architecture en un paragraphe je dirais que ce concept englobe plusieurs caractéristiques : une structure (une idée), un processus (une évolution), des objectifs (une commande), un planning (des délais), un cadre (une problématique), des contraintes extérieures (contraintes physiques par exemple), et l’obligation d’être communicable (pouvoir communiquer des résultats au fur et à mesure de son avancée).
  • La thèse est un processus, donc une production amenée à évoluer :
    Dans le monde professionnel un projet d’architecture se décompose dans le temps en plusieurs séquences. Dans l’ordre : l’esquisse, l’avant-projet sommaire, l’avant-projet détaillé, le projet, l’exécution,  le chantier, le rendu. Chacune des séquences demande de faire appel à des compétences propres ou à des compétences extérieures : création, expérience et inspiration personnelle de l’architecte au niveau de l’esquisse, appel à des bureaux d’études techniques au niveau projet, appel à des artisans du bâtiment lors de l’exécution et du chantier.
  • Chercheur, architecte ?
    L’architecte non-spécialiste a le rôle de coordinateur, chargé de maintenir une cohérence entre ces différentes compétences, sans pour autant figer la production. Le plus compliqué est alors de posséder en amont une organisation à la fois rigoureuse pour mener le projet vers un but précis, une connaissance minimale et critique des différentes compétences appelées pour pouvoir dialoguer avec les différents intervenants, et une flexibilité permettant de faire évoluer le projet au cours du temps.

Principes d’une “esquisse propre”

L’objectif de base de ce credo méthodologique est un principe de communication : constamment rendre lisible l’idée, puis l’évolution de l’idée maîtresse, pour permettre un dialogue à chacune des étapes et enrichir. En appliquant à ma thèse une logique de projet je la considérant comme un matériau composite et évolutif, qui n’est au final qu’un façon de créer de la discussion autour d’un sujet.

S’imposer une logique “d’esquisse propre” est une manière simple de dire qu’on est en permanence à l’étape du brouillon, de l’esquisse, mais que chaque esquisse se doit  d’être présentable, cohérente, parlante, claire, bref “propre” afin qu’elle puisse participer à faire évoluer le projet dans son ensemble.

Quelques exemples de productions que je considère comme autant d’esquisse, visibles dans ce carnet :

– Cet article, tout comme ce carnet de thèse dans son ensemble.
– Ma présentation d’étape du 26 janvier 2011 : visible ICI.
– Mon article sur les clusters média : visible ICI.

Quelques principes d’organisation et réflexes dans un environnement informatique et informationnel

En bonne théorie qu’elle est, cette notion d’esquisse propre n’est aucunement performative, elle n’est qu’une intention. Elle n’est efficace qu’à travers des outils concrets répondant à des problèmes d’organisation purement pratiques. Du général au particulier, voici quelques principes que j’essaie de garder à l’esprit :

  • Garder une vision d’ensemble ;
  • Trouver une organisation flexible dans le temps ;
  • Synchroniser ses dossiers ;
  • Partager ses fichiers ;
  • Sauvegarder sur plusieurs supports ;
  • Ne pas dépendre de logiciels payants.

J’ai bien conscience qu’une grande partie des problèmes évoqués jusqu’ici peuvent paraître d’une grande banalité. Pourtant j’ai pu observer que les solutions apportées à ces problèmes relèvent souvent soit de l’empirisme (techniques ad hoc qui parfois marchent très bien), soit d’une réaction par trop tardive suite à un accident, mais encore le plus souvent d’une mauvaise maîtrise technique, voire d’une technophobie irrationnelle.

Quels outils ?

Le but premier de cet article était de fournir quelques solutions concrètes à des problèmes d’organisation courants, à la portée de toute personne se servant d’un ordinateur. La courte mise en perspective théorique avait d’abord pour objectif de garder une distance critique avec les solutions proposées.

Voici donc quelques outils qui me servent quotidiennement, et que j’ai maintenant presque totalement intégrés à ma manière de faire, à tel point qu’ils me paraissent “naturels”, ou tout du moins comme constituant mon environnement. La plupart des outils que je mentionne dans ce paragraphe sont référencés dans la rubrique de liens (colonne de droite du carnet) intitulée “Outils pour la recherche“.

Outils de base, simples d’utilisation :

  • Excel : tableur bien connu de la suite Office mais possédant quantité de fonctions peu utilisées dans les sciences humaines : exploration et traitement de bases de données, calculs statistiques, formules de conditions… Payant (a priori).
  • Zotero : outil de gestion de bibliographie. Plug-in Firefox. Versions Safari et Chrome en développement. Voir aussi un autre article ICI.
  • OpenOffice : suite bureautique en opensource. A peu près les mêmes fonctionnalités que la suite Office de Microsoft mais gratuit.
  • GoogleDocs : espace de votre boîte mail Google permettant de stocker et partager des documents (word, excel, pdf, power point…).
  • Dropbox : synchronisation de fichiers. Permet de synchroniser un dossier et son contenu entre plusieurs ordinateurs, tout en conservant une copie de sauvegarde sur Internet (jusqu’à 3 Go gratuitement). Voir aussi ICI.
  • YouSendIt : un site permettant d’envoyer des mails (jusqu’à 100 Mo gratuitement).
  • Xmarks : synchronisation de bookmarks. permet de sauvegarder, de synchroniser et d’organiser tous ses favoris (bookmarks) internet entre plusieurs ordinateurs, entre plusieurs browser (Firefox, Chrome, Internet Explorer), tout en gardant une sauvegarde sur Internet.

Outils spécialisés :

  • RapidMiner : logiciel opensource de traitement de données et de “web crawling”/”data mining”. Voir aussi ICI.
  • UDig / gvSIG : deux Systèmes d’Information Géographiques (SIG) opensource et plutôt simples d’utilisation. Voir aussi ICI.
  • FileZilla : logiciel opensource de FTP (File Transfer Protocol).
  • FreeMinder : cartographie heuristique ( ou mind mapping ). Opensource, écrit en Java.

Outils ouvrant d’autres questions sur la recherche (qui feront l’objet d’autres articles) :

  • WordPress et Hypothèses (ce carnet en faisant partie) : de l’intérêt d’écrire sous la forme d’un “blog” lors d’un travail de recherche.
    voir aussi : “Why blog? (Pourquoi un blog?)”, éléments de réponse par André Gunther (article cité dans la documentation Cléo) : http://www.arhv.lhivic.org/index.php/2008/09/15/807-why-blog
  • La licence “Creative Commons” : diffuser l’information le plus librement possible en respectant certaines règles.

Ouverture sur une question majeure : du choix des outils et leur influence sur la nature de la recherche

En guise de conclusion j’aimerais ouvrir sur deux points distincts concernant l’influence de cette méthode sur la nature de ma recherche : la posture (l’interdisciplinarité comme champ) et les outils (l’informatique et la recherche).

  • En quoi cette posture interdisciplinaire basée sur la non-finalité constitue à la fois un risque et un angle importants dans ma recherche ?
  • En quoi les outils informatiques influent-ils mes résultats et ma pensée ?

Ces deux questions feront elles aussi l’objet de billets ultérieurement.

 

Croquis de Léonard de Vinci "Etudes d'eau franchissant un obstacle et d'une chute d'eau". Source Wikipedia Commons

Continuer la lecture de Technique, méthodologie et interdisciplinarité : des outils pour une “esquisse propre”

Call for proposals: European Alliances for Mobile and Mobility Industries and Creative Industries


source Wikipedia Commons

“The present call for proposals aims at a more strategic support to service innovations, with the objective to unlock its transformative potential at sectoral and market level and to contribute to strengthening the innovativeness of the economy as part of the implementation of the Europe 2020 Strategy. The call for proposals has two actions:

  • Action 1: European Mobile and Mobility Industries Alliance (1/G/ENT/CIP/11/C/N01C031). This action aims at strengthening the role of innovative services in mobile and mobility industries to re-invigorate the competitiveness of the EU. Whereas mobile services can build upon key enabling technologies developed in Europe or elsewhere, innovative mobility concepts are urgently needed to better address societal challenges. Both aspects will be addressed by this action.
  • Action 2: European Creative Industries Alliance (2/G/ENT/CIP/11/C/N03C011). This action aims at strengthening the role of creative industries as a catalyst of innovation and structural change by promoting the more effective use of all different forms of knowledge and creativity for innovation throughout the economy and to support the emergence of new industries that combine knowledge and creativity with modern technologies, in particular ICT.
  • The two actions will complement regional and national efforts by adding a European dimension through mutual learning and concrete actions. Each action has 4 strands. The deadline for the submission of proposals to each of the strands of the two actions is 24/06/2011.”

    Source : Commission Européenne

    Voir aussi : Interarts

    Seminar “Studying the Arts in Society. New Developments in Research and Training”

    Presentation :

    “This workshop investigates the consequences of these developments and the opportunities they provide. It has three main aims: (1) to explore a variety of approaches, in research and teaching, of the functioning of the arts in society today; (2) to provide a platform for cross-pollination between the department of Arts, Culture and Media at the University of Groningen and participating departments of Istanbul universities regarding both research and education and (3) thus, to explore the basis for structural cooperation between our universities in research, education, staff exchange and student exchange.

    The presentations will deal with the development of new and promising approaches within distinct fields of interest, namely (1) Art policy and management, (2) Art education, among others from a cognitive perspective, and (3) Ethical and ideological issues in both artworks and art criticism.
    /
    Speakers:
    Murat Belge (Istanbul Bilgi University)
    Selen Ansen (Istanbul Bilgi University)
    Deniz Bayrakdar (Kadir Has University)
    Melis Behlil (Kadir Has University)
    Barend van Heusden (University of Groningen)
    Quirijn van den Hoogen (University of Groningen)
    Aylin Kalem (Istanbul Bilgi University)
    Liesbeth Korthals Altes (University of Groningen)
    Levent Soysal (Kadir Has University)
    Deniz Ünsal (Istanbul Bilgi University)
    /

    Source :
    Location: Netherlands Institute in Turkey
    Tel: 0212 293 9283
    Email: nit@nit-istanbul.org
    Web: www.nit-istanbul.org











    “The crises of capitalism” par David Harvey – RSA Animate

    Une des vidéos de la série “RSA Animate”, illustrant des conférences tenues à la Royal Society for the encouragement of Arts, Manufactures and Commerce (RSA). Ces vidéos d’animation sont des petits chef-d’oeuvres à la fois d’intelligence et de vulgarisation scientifique.

    La plupart des conférences données à la RSA sont disponibles en vidéo ou audio (toujours en anglais), soit directement sur le site de la RSA, soit en différé par podcast (ici, ou dans ITunes).

    Cette vidéo a été postée le 26 juin 2010 sur le site de la RSA et illustre le propos de l’urbaniste et économiste marxiste David Harvey sur le capitalisme.

    Source :
    http://comment.rsablogs.org.uk/videos/page/2/

    Article de Séverine Barthes : “Panorama de la recherche universitaire sur les séries télévisées en France”

    Titre:
    Panorama de la recherche universitaire sur les séries télévisées en France

    Auteur:
    Séverine Barthes

    Date de publication :
    mercredi 15 avril 2009

    Introduction :
    “Pour vous parler de la recherche universitaire sur les séries télévisées en France, j’ai décidé de m’appuyer prioritairement sur les thèses de doctorat déjà soutenues ou en cours, tout en faisant écho à quelques autres ouvrages. En effet, c’est à ce niveau que les changements se voient en premier, que sont proposés les sujets les plus originaux, que sont menées les premières expérimentations. D’autre part, le panorama que je vous propose ne pourra pas être exhaustif. En effet, les publications universitaires sur les séries sont certes encore limitées, mais elles se font majoritairement par le biais de colloques et de revues, de telle sorte qu’il est extrêmement difficile, voire impossible, de toutes les recenser. (…)”

    Lien :
    http://www.a-suivre.org/rust/panorama-de-la-recherche-universitaire-sur-les-series-televisees-en-france.html